André Breton & Pierre Molinier – Catalogue de l’exposition à L’Etoile Scellée, Paris, du 27 janvier au 17 février 1956.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

André Breton ( texte) , Pierre Molinier (images), catalogue de l’exposition à L’Etoile Scellée, Paris, du 27 janvier au 17 février 1956.

Francesca Woodman- Self-Deceit, Rome, Italy 1978

Francesca Woodman-Self-Deceit #1, Rome Italy, 1978

Francesca Woodman-Self-Deceit #1, Rome Italy, 1978

Francesca Woodman- Self-Deceit# 2 , Rome Italy, 1978

Francesca Woodman- Self-Deceit# 2 , Rome Italy, 1978

Francesca Woodman, Self-Deceit #3, Rome 1978

Francesca Woodman, Self-Deceit #3, Rome 1978

Francesca Woodman -Self Deceit #4, Roma, 1978

Francesca Woodman -Self Deceit #4, Roma, 1978

Francesca Woodman -Self Deceit #5, Rome, 1978

Francesca Woodman -Self Deceit #5, Rome, 1978

Francesca-Woodman-Self-Deceit #6 Rome, 1978

Francesca Woodman-Self-Deceit #6 Rome, 1978

Francesca Woodman- Self-Deceit #7, Rome, Italy 1978

Francesca Woodman- Self-Deceit #7, Rome, Italy 1978

 


Lee Cluderay (1900-1937)

Lee Cluderay une collagiste  photographe et cinéaste surréaliste peu connue, amie de Breton ( avec qui elle a d’ailleurs eu une liaison). Elle participera à Exposition internationale du surréalisme de 1936 à Londres . Elle reste peu connue du fait de son décès précoce , tuée dans un incendie criminelle déclenché par  sa  » rivale » Tiva Miller ( Lee était la maitresse de son mari) . Ce drame,  non comptant d’ emporter la vie de Lee,  a également emporté la plus grande totalité de son travail collages, photos et films…

Lee Cluderay- A Scottish Memory, collage,  1929

Lee Cluderay- A Scottish Memory, collage, 1929

Lee Cluderay-This may not be for you, 1929,

Lee Cluderay-This may not be for you, 1929

Lee Cluderay- untiltled, 1930

Lee Cluderay- untiltled, 1930

Lee Cluderay- untiltled, 1931

Lee Cluderay- untiltled, 1931

Lee-Cluderay-Alternatives, nd, 1930s

Lee-Cluderay-Alternatives, nd, 1930s

Lee-CluderayThat-Afternoon-1931-collage

Lee-CluderayThat-Afternoon-1931-collage

Source ICI

Francesco Vezzoli Olga Forever ! (Olga Picasso), 2012

Dans ses films, spectacles et  œuvres à l’aiguille, Francesco Vezzoli explore le pouvoir de la culture médiatique contemporaine et l’ambiguïté et l’instabilité de ce qui constitue la vérité. Son travail comprend  une campagne de publicité pour un parfum fictif par exemple , ou dans une série de 2010, Vezzoli retravaille des images du 15 et 16ème siècle de la Madonne et de peintures d’enfants. l’apposition de grosses larmes, maquillant et  tatouant ​​ les visages en utilisant sa technique à l’aiguille et une de ses signatures les plus connue. En 2012, il réalise une série ( une des plus belles qu’il ait faites à mes yeux) que je vous propose aujourd’hui : Olga Forever !  qui n’est autre qu’une reprise des photographies d’ Olga Khokhlova ( la danseuse des Ballets Russes devenue épouse de Picasso qu’il rencontra au début des années 1917 , lorsqu’en compagnie de Jean Cocteau , il est allé à Rome qui lui présente l’imprésario russe Sergeï Diaghilev  des Ballets Russes ) qu’il a ornée de ses fameuses larmes. Ici les larmes ajoutées ( parfois broderies parfois collages font constamment référence au monde de Picasso et des Ballets Russes, on y retrouve aussi  des fragments de tableaux de Picasso, et des références à Jean Cocteau et à célèbres danseuses de l’époque. ( Pour la petite histoire, Olaga elle même aimait également faire de la broderie…  un élément très important pour Francesco Vezzoli bien sur, puisqu’il s’est attaché depuis des débuts à mettre en valeur des icônes féminines par la pratique de la broderie en leur ajoutant de façon obsessionnelle des larmes.)

Francesco Vezzoli  Olga Forever (Olga Khokhlova en nymphe dans le ballet L’Après-midi d’un faune, 1916), 2012 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery

Francesco Vezzoli Olga Forever (Olga Khokhlova en nymphe dans le ballet L’Après-midi d’un faune, 1916), 2012 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery

Francesco Vezzoli  Olga Forever (Olga Picasso, bal des Beaumont, 1924), 2012 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery

Francesco Vezzoli Olga Forever (Olga Picasso, bal des Beaumont, 1924), 2012 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery

FrancescoVezzoli Olga Forever (Olga Picasso, Paris, ca. 1922), 2012 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery

FrancescoVezzoli Olga Forever (Olga Picasso, Paris, ca. 1922), 2012 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery

 

Francesco Vezzoli- from Olga Forever (Olga Picasso, London, ca. 1919), 2012Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery

Francesco Vezzoli- from Olga Forever (Olga Picasso, London, ca. 1919), 2012Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery

Francesco Vezzoli Olga Forever (Olga Picasso, Villa Belle Rose, Juan les Pins, 1925)2 Courtesy of the artist and Artsy

Francesco Vezzoli Olga Forever (Olga Picasso, Villa Belle Rose, Juan les Pins, 1925)2 Courtesy of the artist and Artsy

Francesco Vezzoli Olga Forever (Olga Picasso en mariée, Boisgeloup), 2012 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery

Francesco Vezzoli Olga Forever (Olga Picasso en mariée, Boisgeloup), 2012 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery

Francesco Vezzoli Olga Forever (Olga Picasso, ca. 1930), 2012 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery

Francesco Vezzoli Olga Forever (Olga Picasso, ca. 1930), 2012 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery

FrancescoVezzoli Olga Forever (Olga Picasso, Paris, ca. 1922), 2012 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery

FrancescoVezzoli Olga Forever (Olga Picasso, Paris, ca. 1922), 2012 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery

 

Francesco Vezzoli –from Olga Forever (Olga Picasso, 1950s I), 2012 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery

Francesco Vezzoli –from Olga Forever (Olga Picasso, 1950s I), 2012 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery

Francesco Vezzoli –from Olga Forever (Olga Picasso, 1940s), 2012 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery

Francesco Vezzoli –from Olga Forever (Olga Picasso, 1940s), 2012 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery

Francesco Vezzoli- from Olga Forever (Olga Picasso, ca. 1930), 2012 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery

Francesco Vezzoli- from Olga Forever (Olga Picasso, ca. 1930), 2012 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery

Source 1  et Source 2

Jacques Henri Lartigue – Florette Ormea

« Flore Ormea, surnommée Florette, est née le 29 janvier 1921 à Beausoleil (Alpes-Maritimes). Le 12 janvier 1942, elle rencontre Jacques Henri Lartigue à Monte Carlo. Leur différence d’âge est de 27 ans. Florette devient la compagne puis l’épouse de Jacques Lartigue avec lequel elle partage les passions, les rencontres, les voyages et le travail jusqu’à la mort de celui-ci. » Lartigues.org

Jacques Henri-Lartigue- Florette à Cannes, 1942

Jacques Henri-Lartigue- Florette à Cannes, 1942

Jacques-Henri Lartigue- Florette, Cannes ,1942

Jacques-Henri Lartigue- Florette, Cannes ,1942

Jacques-Henri Lartigue- Florette, 1943

Jacques-Henri Lartigue- Florette, 1943

“What is that you express in your eyes? It seems to me more than all the print I have read in my life.”
 Walt Whitman

Jacques-Henri Lartigue - Florette Paris,1943

Jacques-Henri Lartigue – Florette Paris,1943

 

Jacques Henri-Lartigue- Florette , Talloires, septembre 1943

Jacques Henri-Lartigue- Florette , Talloires, septembre 1943

Jacques-Henri Lartigue – Florette Ormea, Paris Janvier 1944

Jacques-Henri Lartigue – Florette Ormea, Paris Janvier 1944

Jacques-Henri Lartigue – Florette Ormea, Paris Janvier 1944

Jacques-Henri Lartigue – Florette Ormea, Paris Janvier 1944 4

Jacques-Henri Lartigue – Florette Ormea, Paris Janvier 1944

Jacques-Henri Lartigue – Florette Ormea, Paris Janvier 1944

Jacques-Henri Lartigue – Florette Ormea, Paris Janvier 1944

Jacques-Henri Lartigue - Florette, 1944

Jacques-Henri Lartigue – Florette, 1944

Jacques-Henri Lartigue – Florette Ormea, Paris Janvier 1944

Jacques-Henri Lartigue – Florette Ormea, Paris Janvier 1944

Jacques-Henri Lartigue - Florette, 1944

Jacques-Henri Lartigue – Florette,Paris  1944

Jacques Henri Lartigue - Florette, 1944

Jacques Henri Lartigue – Florette, Paris 1944

Jacques-Henri Lartigue - Florette, 1944

Jacques-Henri Lartigue – Florette, Paris 1944

Jacques-Henri Lartigue - Florette, 1944

Jacques-Henri Lartigue – Florette, 1944

Jacques-Henri Lartigue - Florette Paris,January 1944

Jacques-Henri Lartigue – Florette Paris,January 1944

Jacques Henry Lartigue - Florette 1944

Jacques Henry Lartigue – Florette 1944

Jacques-Henri Lartigue- Florette, Paris ,1944

Jacques Henri Lartigue- Florette Orméa.’s Painted Finger - doigt peint de Florette Orméan ( 1944-45) [Jacques Lartigue épouse Florette Orméa le 28 août 1945]

Jacques Henri Lartigue- Florette Orméa.’s Painted Finger – doigt peint de Florette Orméan ( 1944-45) [Jacques Lartigue épouse Florette Orméa le 28 août 1945]

Jacques Henri Lartigue - Florette Ormea,1947

Jacques Henri Lartigue – Florette Ormea,1947

Jacques henri Lartigue- Florette, Monte Carlo Beach, August, 1953

Jacques henri Lartigue- Florette, Monte Carlo Beach, August, 1953

Jacques Henri Lartigue - Florette with JFK and a friend, Le Cap d'Antibes 1953

Jacques Henri Lartigue – Florette with JFK and a friend, Le Cap d’Antibes 1953

Jacques Henri Lartigue - Florette at Picasso's studio, Cannes, 1955

Jacques Henri Lartigue – Florette at Picasso’s studio, Cannes, 1955

photos issues entre autre du  catalogue Lartigue l’album d’une vie 1894-1986

Une interview de Florette sur Ina

https://player.ina.fr/player/embed/CAB94070177/1/1b0bd203fbcd702f9bc9b10ac3d0fc21/560/315/1

Marcel Mariën – Poèmes et lettres à Jacqueline Nonkels from De Marcel à Jacqueline

Jacqueline Nonkels rencontre Marcel Mariën chez Georgette et René Magritte avec qui elle sera amie tout au long de sa vie. Mariën quant à lui sera tout autant proche de Magrite, et ce n’est que tout logiquement ils font connaissance grâce au couple.La séduction exercée par la jeune fille sur le Benjamin du groupe surréaliste (il a 17 ans et elle en a 4 de plus), se traduisit aussitôt par une intense correspondance, où la délicatesse du soupirant le dispute à sa ferveur. Si la passion n’est pas réciproque, elle est féconde. Entre décembre 1937 et août 1938, le jeune prétendant adressa à la jeune femme trente-cinq lettres et cartes postales accompagnées de collages et poèmes. Ils comptent parmi les premiers d’une longue production d’oeuvres érotiques, pimentées d’humour, dont cet amour de jeunesse constitue en quelque sorte le creuset. La destinataire en était consciente, c’est pourquoi elle souhaita voir ces lettres publiées après sa mort, comme un hommage posthume à celui dont elle avait été la première muse (Marc Quaghebeur, Véronique Jago-Antoine, Les lettres du désir, AML, 2012.)

Certaine de ces planches sont conservée au Musée du parimoine Belge et elle son publiée dans  Jacqueline Nonkels « Magritte, Mariën, mes complicités » ed° La Fondation Roi Baudouin ,2008. Le souhait ultime de Jacqueline était « l’édition d’un recueil publiant la correspondance et les collages de Marcel Mariën ». Ces 35 lettres, collages et cartes postales lui ont été adressées par Marcel Mariën entre décembre 1937 et août 1938. Ils forment un témoignage inattendu et révélateur des débuts de l’un des artistes qui aura marqué le Surréalisme Belge.

Autre article sur Marcel Mariën Ici

René Magritte, Marcel Mariën, Jacqueline Nonkels , 1937-39

René et Georgette Magritte, Marcel Mariën, Jacqueline Nonkels , 1937-39 collection Jacqueline Nonkels Musée du parimoine Belge

Dans le repos fascinateur qui s’instaure dans le cercle grave des
vagues démises, dépliées, reléguées aux vieux et théâtraux accessoires de
bruiteurs, les bouches closes se rencontrent aux embouchures du sourire.
Mille lèvres folles, mille lèvres éprises, mille lèvres voilées, sur l’étagère
des baisers, font l’offrande de leur chair pure et polie, dans une prairie
pas toujours verte si l’on ferme les yeux, dans une nuit pas toujours sans
étoiles, si l’on en distille les fissures. L’alphabet de l’Amour, enseigné avec
les larmes, celles-ci vite effacées, vite taries dans le creux d’un cœur déteint,
puis les murmures d’orgueil sillonnent le désert des corps obscurs, où les
plis font volte-face à toute lumière, où les chevelures chaudes aplanissent
les remous, puis les mains à
à Jacqueline avec toutes mes pensées, les désirs de tendresse
M.
Marcel Mariën- Les touches du silence, poème sans paroles, 1937, collage, ( pour Jacqueline Nonkels his lover)Épilogue inachevable .
Trop de grappes rieuses pendent encore à la treille des visages,
trop de cieux, écarlates sans raison ; mais avant que s’illuminent de
paupières éteintes les torches du silence, avant que des lagunes d’air jouent
parmi les tulles et les soies, avant que les miracles encore à accomplir se
réalisent, les dernière épaves d’yeux enflammeront de toutes parts les
ténèbres, fenêtres mobiles d’un désert sans désirs, satellites inhabités de
leurs compagnes jumelles, les lèvres, qui à tout passant

Marcel Marien - Le parallelogrammes des forces, Décembre 1937A
P
R
L
Le Parallélogramme des Forces.
:- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :
Quittant leur port d’attache P (Poésie) les droites A et L (Amour-
Liberté) divergent dans des directions inconnues d’elles-mêmes. C’est
leur pré-destin. Mais par la providence de l’unité, il les mène à épouser
leur ombre jumelle. Implicitement, la menace d’un coin n’obtempère
pas avec une telle désinvolture à la submersion des déserts. Il serait
cependant erroné de supposer un quelconque espace entre ces quatre
lignes murales- de pure et froide apparence – où nous avons incarcéré
l’infini. L’espace illimité est en dehors, maîtrisant sans efforts pénibles les
horizons déplaçables. C’est donc dans le centre mitoyen R, dans le Rêve ,
que s’installera la solution de l’impossible. Le parallélogramme des forces
devient de ce fait le parallélogramme des vies, le parallélogramme de la vie,
NOTRE VIE.
Marcel Mariën.
4 décembre 1937

Sans titre3

Ma chère Jacqueline,
Je m’en voudrais de voler ton cœur par effraction. Dans l’espace
passager qui nous désunit, il y a le relief de nos lèvres nues qui cherchent
leur emprise, cette éternité ; il y a les anfractuosités de ciel qui regrettent à
plein poumons la démence des miroirs profonds. Il y a également ce trépied
de feu où l’orage pose ses doigts séniles pour fourvoyer ses partenaires
absents. Ton œil adorable sous l’âme de laquelle j’évolue en losange, dirige
la feuille moite qui se déploie entre tes mains, dans le sens de l’horizon.
Ton œil n’échappe pas à l’infinité martyre et même pour escorter un rêve
ne la perd pas d’une semelle. La nuit traîne son remords de Barbarie sous
les toits du désert. Un œil par doigt et c’est à présent toute une perspective
de sourires aux becs de nuit explorant la voix des déroutes, leur domaine.
Vu de mes propres lèvres, ce qu’on appelle voir ; dans la rue, soudain prise
par les glaces de la peur. Je cherche une sérénité assez durable et forte pour
effacer le sommeil. L’encre ne coule plus à flots, des larmes sympathiques ;
il y a le dégel des plumes qui remue terre et ciel pour retrouver l’artère du
pavé. La larme, au bord du précipice du mouchoir, seule, à l’abandon,
rougit de se trouver nue sous le soleil braqué. Il reste encore de la place
pour toi et moi dans le compartiment des caresses aux portières de légèreté.
Le courroux s’appesantit vite dans les mares de relais. Ma mémoire, d’un
côté, transpercée de part en part de souvenirs cherche en tout endroit,
l’oubli salutaire du mensonge, le fertile diadème des rapprochements, toi,
de l’autre, dans le mystère qui te pare des rayons de la naufrageuse, tu
sers de pâture à l’épidémie d’aurores. Et la pluie de limbes qui perd ses
abris, découvre la foudre indispensable pour la récolte des rossignols et
l’interminable baiser qui attend au port le signal du définitif départ. Les
chercheurs de cœurs emportent dans leur voyage téméraire des sacs de
préoccupations et des provisions de déboires. Peu réussiront . En serai-je ?
Marcel Mariën
21 décembre 1937

Sans titre 1

1937
Chère Jacqueline,
Le monde s’amenuise à mesure qu’on en prend connaissance. La réalité est
tantôt noire tantôt blanche, tantôt les deux ensemble. Certains se complaisent dans des
domaines arides, où la privation tient lieu de bien-être. D’autres préfèrent – comme a dit
Nietzsche – « souffrir et mourir de soif dans le désert plutôt que de boire à la citerne en
compagnie des chameliers malpropres ». La morale – la seule – est conditionnée par une
désobéissance totale à toute loi établie. Mais cette désobéissance ne peut qu’aller de pair
avec une assez grande misère matérielle,une persécution interminable. La foi dans un
ordre nouveau corrobore cependant toute infériorité. J’espère avoir à l’avenir l’opportunité
de pénétrer à même vos pensées pour en épanouir les graines encore latentes. Je ne
sais de vos occupations, de vos préoccupations surtout, que peu de choses. Mais, peut-être
ne doit-il pas être si insurmontable, l’obstacle qui sépare deux êtres, à la recherche
d’une même lumière. Je n’ai vécu, jusqu’à ce jour et d’autres jours, que sous le faix d’une
constante oppression. Vous-même qui n’êtes sans doute pas à l’abri de toute restriction
de liberté, n’attendez qu’un signal, qu’un écho voisins ,mais assez clair pour reconnaître
dans cet écho, ce signal la précursion d’un bonheur accessible. Plus vous lirez, plus vous
vous frayerez un passage à travers un monde inconnu évoluant autour de l’esprit, plus
vous souffrirez de toute parcelle ravie à votre liberté, mais d’autant plus tenaces seront
vos désirs d’évasion, d’autant plus merveilleux le bris de la dernière entrave. Il ne m’est
pas permis, sans me précipiter dans des situations pires, d’agir selon mes voeux. Nos
efforts conjugués doivent réussir. J’ai tant de choses à vous dire, qu’un long silence n’a pu
être qu’un long aveu. Vous m’apparaissez de jour en jour sous la forme d’une nécessité
ineffaçable qui dans mes pas de ténèbres ne peut être que.la flamme du plus pur espoir.
J’ai besoin de souvent vous voir, mais comme hélas cela ne me sera matériellement très
malaisé, je vous demande de bien vouloir accepter par écrit ce contact. Trop rare.
Marcel Marïen
P.S. Pour dimanche prochain je viendrai à Bruxelles et espère vous trouver
au même endroit que précédemment vers 3 h.- 3 h.15. Si cela contrariait vos projets, en
vous servant de la carte-postale ci-incluse, vous serez assez gentille pour m’avertir de vos
dispositions.
Vous pouvez m’atteindre à la Poste Restante également, d’Anvers en spécifiant :
Place Verte.
Mes très sincères affections, en souhaitant la joie de vous rencontrer le plus
souvent possible.
M. M.

Sans titre 4

Chère Jacqueline,

Je ne sais comment m’adresser de la manière la plus
proportionnée à votre grâce évidente. Mon bonheur serait d’être très près
de vous en ce moment, de rendre nos pas inséparables, de conjuguer
nos mains. Qui que vous soyez vous êtes sur la terre, vous ne pouvez
donc totalement différer d’une certaine orientation vers le mystère, d’une
certaine recherche vers le sublime. Vos fréquentations surréalistes si elles
vous ont en partie conduit vers un point de vue d’où la liberté semble
vouloir apparaître, laissez moi tout de même vous aider à percevoir tout le
gigantesque panorama. A ce propos, pour autant que dans un avenir où
j’aurais la joie de plus fructueusement vous rencontrer, où je m’immiscerai
mieux dans le cercle de votre « moi », je tiens ici à mettre en avant quelques
points de repères modestes où abreuver votre pensée.
Le surréalisme – comme vous le savez – n’est pas comparable
à une activité littéraire, artistique quelconque. La volonté initiale, de
« transformer le monde » (Marx) de « changer la vie » (Rimbaud) qui
est la raison d’être prépondérante du surréalisme, a pour canalisation
d’autres voies qu’un jeu domestiqué, qu’un engouement passager ; il se
doit qu’en découle de fortes bases morales, à l’origine même du conflit
qui sépare le monde intérieur individuel (du moi) et le monde extérieur
collectif (du soi), qui oppose la vie et la mort, la veille et le rêve, l’action
et la passivité, la sensation et le sentiment. C’est par le retournement du
concept philosophique idéaliste par lequel la pensée conditionnait l’être ou
la matière, que l’on obtient dans le matérialisme moderne dialectique, la
matière, l’être social et ses dérivés économiques qui déterminent la pensée
et toutes ses formes de représentations, l’art, la philosophie, l’histoire, la
littérature, la poésie.
Le surréalisme qui cherche le mur mitoyen, la conciliation entre les
antagonismes précités,prend note de cette valeur nouvelle aux incalculables
conséquences, qu’instaure le matérialisme marxiste sous l’égide de Karl
Marx et son camarade Frédéric Engels, édifiant leur doctrine d’après les
méthodes préexistantes de Ludwig Feuerbach et avec plus de modifications,
celles de Hegel, tous philosophes allemands du XIXème siècle. L’étude de
Marx et Engels sur l’interprétation du monde se rapporte principalement
à l’évolution de celui-ci selon des lois économiques liées aux conditions
d’existence de l’homme, à ses besoins affectifs ( plus tard au XXème
siècle développés et considérés comme capitaux par Freud, créateur de
la psychanalyse), à la situation géographique de l’homme et aux moyens
auxquels il a recours pour vivre, pour produire ce qu’il nécessite; ainsi se

précise au cours des siècles, par le principe du mouvement, une série de
faits successifs, reliés entre eux sous le nom d’histoire et qui englobe toute
culture, toute civilisation, toute vie sociale, rigoureusement et a priori
déterminées. C’est également un principe certifié que toute rénovation
sociale ou culturelle apporte avec elle, en plus des progrès qu’elle
introduit, des chaînes qui deviendront de plus en plus lourdes, de plus
en plus intolérables et qui se briseront lorsque la révolution nouvelle sera
mûrie dans l’oppression antérieure elle-même. Il s’en suit une constante
fluctuation des lois qui régissent la collectivité; philosophiquement
aussi les idées du bien et du mal sont impérissables tant que le bien
ne sera pas admis comme synonyme de vrai. Le surréalisme, aidé de la
conception matérialiste du monde et situé au confluent du conscient et
de l’inconscient, continue dans l’empire de l’esprit ce que le marxisme a
édifié dans le monde historique et social, mais sans, loin de là, abandonner
l’idée de la transformation extérieure du monde. Or, c’est parce que cette
transformation ne peut s’effectuer sans un bouleversement primordial de
l’individu, c’est parce que les chaînes des classes sociales ne peuvent être
définitivement écartées sans que le soient d’abord les chaînes du monde
mental, discipliné par la raison, par la censure, mise en lumière par la
doctrine psychanalytique, sur laquelle suit ce exposé, que le surréalisme se
situent électivement à l’intersection de Marx et de Freud.
Il est un ensemble d’événements de notre vie qui peuvent
être vérifiés par la mémoire, nous pouvons plus ou moins aisément en
découvrir les causes, en supporter les suites, cette partie de notre activité,
nous l’appellerons, le monde conscient. Par contre un singulier nombre
de faits, échappe à notre raison directe, nous n’en découvrons point de
causalité logique, comment expliquer même que Baudelaire avant de
mourir disait « ouvrir » pour « entrer » et vice-versa, ou certains oublis,
toutes ces choses qu’on les appelle : erreurs, folies, manies, maladies, tics,
appartiennent à un monde encore à peine exploré, le monde inconscient.
Le lien intermédiaire entre ces deux oppositions, le passage de l’un à
l’autre, est généralement appelé : subconscient . La psychanalyse, en
temps que science n’est rien d’autre qu’un moyen, qu’une méthode, qu’un
système pour interpréter l’inconscient, l’analyser, le mettre à la lueur du
conscient. En temps que manifestation humaine, c’est évidemment passer
de l’inconscient au conscient qui en forme le principal mobile. L’inconscient
a pour principe fondamental que tout y est rigoureusement déterminé.
Toute vie est ainsi soumise à une succession de forces sur lesquelles elle
croit agir par ce qu’elle nomme sa volonté, mais qui n’est au fond qu’une
réalisation d’autres volontés indépendantes, liées à la matière et à ses
désirs. Or, il est des lois majeures, des principes indéniables qui font

agir cet inconscient d’une façon toujours assez répétée, identique. Par ex.
l’instinct de nutrition, apparenté à l’instinct sexuel. La nécessité naturelle
qui pousse l’homme à se nourrir pour apaiser sa faim, trouve une impulsion
analogue dans l’univers sexuel où faute de terme existant, la faim, le désir
sexuel a été appelé « libido ». Mais là où la faim de nutrition est impérieuse
et n’admets qu’un faible délai, aux dépens de la complexion physique
de l’homme, la libido, elle, au cours de la succession formidable des
siècles, par l’inassouvissement graduel de l’appétit sexuel, la continence,
l’ascétisme, a été peu a peu refoulée dans le monde inconscient, au point
qu’au lieu d’être directement satisfaits, nos désirs sont refoulés aux dépens,
non cette fois-ci de notre constitution (encore que toutes maladies relèvent
en grande partie de l’inconscient) mais de notre vie psychique, en un
seul mot de notre bonheur, ou avec moins d’optimisme, de nos chances
de bonheur. La psychanalyse s’ingénie donc à découvrir les traces de
désirs refoulés, à les dévoiler, les analyser, à guérir par leur mise à jour,
nombre de maladies de toutes espèces, mais trop confinée dans la science
particularisée, elle a négligé jusqu’à présent, l’ensemble social, concret de
l’humanité et l’incontestable valeur poétique et libératrice du rêve. C’est là,
qu’interviennent les surréalistes en préconisant, dans toutes leurs formes
bouleversantes de nudité, le déchaînement illimité des désirs, auquel ils
s’appliquent dans toues les branches de l’effort de connaissance humaine
à donner une réalité. La surréalité, c’est-à-dire la nouvelle réalité comprise
entre la réalité pure et le rêve, est donc le passage, non seulement, du rêve,
de l’inconscient à leur épanouissement réel, conscient, mais aussi celui
des choses réelles dans leur état irréel, surréel, auquel aident l’humour,
le hasard, la vie amoureuse, l’inspiration automatique, etc…Mais tout cela
s’enchevêtrent et se démêlent avec tant de consistance que j’ai grand peur
d’avoir omis tant de points capitaux. Il faut m’en excuser, j’espère d’ailleurs,
si cela vous convient, vous écrire d’autres précisions prochainement. Ne
veuillez pas, je vous prie, juger de ceci comme une ambition de professeur,
mais comme une légère lettre d’ami, qui veut vous permettre, dans la
mesure de ses moyens, de voir clair en vous-même et libérer votre vie, par
les voies les moins confuses et les plus aisées possibles.
Je m’arrête ici, et voue, – à celle dont j’ai déjà eu par une fois,
mais dans des circonstances assez floues, l’inexprimable joie que me valut
le contact de ses lèvres -, un baiser passionné et regrettablement distant,
d’une admiration trop pure pour l’effaroucher en quoi que ce soit.
Votre ami affectueux
Marcel Mariën
8-9/1/388

Sans titre 5Sans titre 6

Il y avait, celée dans les engrenages secrets d’une nuit régente
une forêt toute de paix et de silence, qui servait de refuge à des écureuils
d’eau claire, qu’une connaissance égarée des abîmes, jointe à l’incessante
sollicitude des orgueils manutentionnaires broutant l’herbe tendre du vent,
avait conduit à l’instauration de leur sobre plénitude dans cette forêt dont
je parle et dont je n’achèverai pas de si tôt le dénombrement de ses arbres
rompus par le vagabondage des confidences, si j’en augure à l’horloge des
heures torrentielles, où l’on ne peut – sans percevoir étouffé mais distinct, le
passé qui se ravise dans le gîte de l’âme – entendre gémir la minuit, parmi
le clapotis des larmes.
Cette résidence de désirs confus, cette forêt de forêts n’était ni
vaste ni petite, ni large ni exiguë, ni même moyenne quoique l’on puisse
dire. Elle détruisait ses proportions à mesure qu’on les établissait. Or, rien
n’est plus irréel qu’une forêt n’aurait-elle même pour toute enceinte que
les cloisons de cette feuille, alliée bien entendu aux champs fraîchement
labourés de mon cerveau, tout effort déduit. C’est la suprême excuse à
l’infraction des lois, que de considérer les lisières de la forêt, par excellence
celle qui nous préoccupe, forêt interdite entre toutes par raison qualitative,
où se constate l’indiscipline souterraine des racines du bois. De même il
n’est pas tellement abusif de prétendre que cette feuille, modestement
plantée en terre ferme, soit incapable de germer. On a bien vu des oiseaux
s’emparer grain après grain du ciel pour le déménager on ne sait où, sans
aviser quiconque de cette performance à imiter.
Pour la forêt cependant – il est difficile même en prenant la voie
des cieux, de se débarrasser aussi aisément d’une forêt – je sais encore
que tôt dans l’espace sans temps ; ce dernier avait depuis peu prononcé
formellement son abdication ; je sais encore, dis-je, qu’à travers les taches
de firmament qui maculaient la sérénité uniforme et noire comme le plus
pur charbon, de la voûte soutenue par l’amabilité des arbres, des étoiles
rôdaient, clignant parfois de l’œil ou sinon projetant des mots vifs de
leurs lèvres simiesques, qui tombaient alors sur la mousse épilée, qui les
renvoyait comme balle. Chose vraiment curieuse, au lieu de diminuer leur
force d’élasticité en répétant leurs bonds, ces mots, ces balles restaient se
mouvoir ainsi à une respectueuse distance de deux ou trois mètres entre
leur point de redescente et le sol. Depuis l’incommensurable héritage des
années, il va de soi que ces paroles croissantes en quantité, aux prises
avec l’exacte compréhension des phénomènes, ( le parler des étoiles étant
toutefois inné aux poètes) ne laissaient d’autres traces que la confusion
totale de milliers de bruits, faisant régner sur le silence des débuts, une
tutelle lourde et incurvée, le cœur restant de toute cette nuée de murmures,
le seul écouteur intelligent, la seule oreille précise, l’oreille même qui dirige

la caravane du sang.
L’œilse perdra dans les taillis ; les branches qui ne s’écarteront
pas assez vite le déchireront en lambeaux, en éclaboussant un peu partout
des parcelles du regard.
Les lèvres, à elles-deux s’accoupleront pour enfanter un baiser qui
sera mis au monde avec un tel soin de mystère que nul hasard ne le fera
découvrir.
Les seins perdront la tête comme toujours lorsque des mains s’en
approchent à courte distance. Elles garderont leurs, l’oppression délicieuse
de mes caresses. Il y a des outrages qu’il faut accomplir dans une impasse ;
là seul le manque bouleversant d’apprêts décidera de l’orientation
nécessaire que surveillera l’amour aux bracelets de titan.
Aussi, je puis déjà te dire, que tu seras aimée, tel sera le paysage
indicible de la surréalité que tu conquéras pour y mener boire l’arène de
tes joues et de tes jours, tel sera de tout ton corps en feu inconsummable,
l’inexprimable joie, l’inexprimable tiédeur de ta joie, l’Amour.
Marcel Mariën
30 janvier 1938

Sans titre 7

Sans titre8

Sans titre9

Le 8 février 1938
Ma très chère Jacqueline,
Vous me permettrez, si cela ne vous lasse pas trop, de reprendre
ici quelques paragraphes consacrés à l’acheminement du surréalisme, sur
lequel je vous ai déjà offert un préambule assez éprouvé et dont j’espère
croire qu’il ne vous aura pas tellement déplu. Vous excuserez d’éventuelles
répétitions, je n’ai pas en effet garder un très précis souvenir de cette
lettre à laquelle je me rapporte, mais je pense vous avoir seulement
entretenu « grosso modo » des parallèles entre le surréalisme et le
matérialisme marxiste, ainsi que quelques élémentaires considérations
sur la psychanalyse. Je tâcherai de me rendre aussi compréhensif
que possible dans l’exposé qui va suivre et dans lequel j’engloberai
le surréalisme proprement dit. Le mot lui-même « surréalisme » a été
emprunté à Guillaume Apollinaire, mort pendant la guerre, qui l’avait
utilisé comme qualification d’une de ses pièces, notamment « Les
mamelles de Tirésias » ; ce mot n’avait cependant dans les intentions
d’Apollinaire qu’un très fuyant rapport avec celui qu’André Breton et
Philippe Soupault firent valoir comme la désignation d’un moyen suprême
d’inspiration dirigée, expérimenté dans ce sens pour la toute première
fois par eux, dans un recueil intitulé « Les champs magnétiques » et paru
en 1921. Ce n’était pas toutefois, la seule exploration vers cette muraille
de brouillard qui s’interpose entre la pensée et l’expression de celle-ci,
puisque de rares mais suffisants devanciers l’illuminaient de leur nom,
pour la plupart, enfouis dans les ténèbres de l’histoire, les uns méconnus,
les autres calomniés, quand ils n’étaient pas avilis d’éloges, faits dans
l’espoir sournois de les détruire. Parmi eux, Gérard de Nerval, écrivait
aux alentours de la première moitié du XIXè siècle ces phrases , dans
lesquelles se prévoit toute l’essence future du surréalisme : « C’est ainsi
que je m’encourageais à une audacieuse tentative. Je résolus de fixer le
rêve et d’en connaître le secret.
– Pourquoi, me dis-je, ne point enfin forcer ces portes mystiques,
armé de toute ma volonté, et dominer mes sensations au lieu de les
subir ? N’est-il pas possible de dompter cette chimère attrayante et
redoutable, d’imposer une règle à ces esprits des nuits qui se jouent de
notre raison ? Le sommeil occupe le tiers de notre vie. Il est la consolation
des peines de nos journées ou la peine de leurs plaisirs ; mais je n’ai
jamais éprouvé que le mien fut un repos. Après un engourdissement de
quelques minutes, une vie nouvelle commence, affranchie des conditions
du temps et de l’espace et pareille sans doute à celle qui nous attend

après la mort. Qui sait s’il n’existe pas un lien entre ces deux existences et
s’il n’est pas possible à l’âme de le nouer dès à présent ?
Dès ce moment, je m’appliquai à chercher le sens de mes rêves,
et cette inquiétude influa sur mes réflexions de l’état de veille. Je crus
comprendre qu’il existait entre le monde externe et le monde interne
un lien ; que l’inattention ou le désordre d’esprit poussaient seuls les
rapports apparents, – et qu’ainsi s’expliquait la bizarrerie de certains
tableaux, semblables à ces reflets grimaçants d’objets réels qui s’agitent
sur l’eau troublée » Ce lien qui n’est autre que la surréalité omniexistante,
pousse plus de cent années après Nerval, Breton à écrire, ces paroles
si fréquemment citées : « Tout porte à croire qu’il existe un certain point
de l’esprit d’où la vie et la mort, le réel et l’imaginaire, le passé et le
futur, le communicable et l’incommunicable, le haut et le bas cessent
d’être perçus contradictoirement. Or, c’est en vain qu’on chercherait à
l’activité surréaliste un autre mobile que l’espoir de détermination de ce
point. On voit assez par là combien il serait absurde de lui prêter un sens
uniquement destructeur, ou constructeur : le point dont il est question est
‘ a fortiori’ celui ou la construction et la destruction cessent de pouvoir
être Grandie, l’une contre l’autre… »
Et plus haut, Nerval en traitant de ce lien « merveilleux » ne
nous mène-t-il pas déjà très clairement au cœur du dépaysement ? De ce
dépaysement, cette volonté de dépaysement comme il a été dit, qui anime
l’œuvresurréaliste de tous ces temps est par excellence celle dont nous
sommes les contemporains, ce dépaysement qui est le seul effort valable
et qui se manifeste tant par des actes que des poèmes, tant par des
paroles que par des tableaux, tant par des gestes que par des silences,
tant par des sourires que par des larmes. En un mot par la Poésie ,
résidence de notre vie.
III
Je continuerai ailleurs la suite sans fin
…………………………………………..
Je vous remets ci-joint un petit livre sur Picasso et la nouvelle
que je viendrai samedi soir chez Magritte où j’espère ardemment vous
rencontrer.
Pour vous, le meilleur de mes pensées.
Marcel Mariën

Sans titre 10Des yeux purs dans un bois
Cherchent en pleurant la tête habitable
(René Char)
De toutes les fontaines sinueuses qui s’ouvrent nuit comme jour
sous le printemps inaperçu, l’eau chevrotante flâne seule dans les soifs
tortueuses. L’éclair noir trace des chenilles muettes dans l’horizon des
fenêtres. Les accomplissements de joie sont proches. Les rires gambadent
dans le gris, teinté d’émotion. On amène l’étoile en liberté de descente.
C’est la pluie moissonneuse qui sépare en portions de soins la route
indigente des exils de pierre. Les pleurs ferment l’astre des chevelures,
tapi dans l’ombre de l’ombre. Les pas retrouvent la main du maître qui les
caresse, souples, sous l’étoffe de l’abandon, jaillissant sans fin des baisers
d’apprêt, des fruits éprouvés, des terres émaciées par les oiseaux du zénith.
On écoute alors le beau silence en délire qui plie les rumeurs
entre ses doigts de plume. Flocons de gratitude qui descellez les bouquets
de ruelles entre les misères aux fanes perpétuelles, couvrez les moisissures
de vos tristesses confiantes, secouez nettement jusqu’à faire naître dans
les soucis de bouleaux la rade geôlière, les épis lourds du vent, malheur
confidentiel.
J’hésite à tremper le sol d’accrocs dans la mer verbeuse. Qu’au
moins une paupière souffreteuse tache de ses réserves la page mille fois
offerte à la saison compatible.
Charmante main, ne détournez point le regard aigu du nuage
versant d’aplomb ses attirances de douceur sur une table coquettement
mise pour recevoir affamés les tremblements du feu. Charmantes lèvres,
il y a dans un pays vaste comme une douleur, des compagnes solitaires
qui cherchent à contagier leur folie dans la foudre prête à tout, qui
brandissant ses évasions fugaces, vient de trouver sans mon coeur un
palais , aux mille colonnes de flammes, où se réfugient depuis votre venue,
l’incommensurable ciel forestier et la hache des équinoxes.

Sans titre– A quoi penses-tu ?
– A rien.
(Breton-Eluard, L’Immaculée Conception)
A Jacqueline,
Rétrospective
Le cercle des adieux se resserre. Le ciel n’est plus autre chose
qu’un cil qui veille sur tes yeux clos, qui maîtrisent le secret.
Nous marchons… nous marchons jusqu’à nous évanouir et
chacun de nos pas ébranle à l’infini le vieux trésor des pirates et les pépites
gisant en cale humide, tandis qu’aux antipodes un explorateur égaré, à
l’affût d’enfances décrues, relève nos empreintes mouvantes sur un étoc
en diffraction. Mais la vie franchit peu à peu la frontière des étoiles. L’azur
échoue dans tes paumes pour désaltérer la peine, à sa mort culminante.
A fleur d’eau, la caresse vogue périlleuse, émiettant sens et
soupirs ; un parchemin vétuste au fond d’un cœur creux qui flotte sur
l’océan, relate encore leurs destinées sauvages.
C’est le vent qui maintenant prend le haut commandement
des naufrages et contre ses parois essoufflées qui sont geôlières de nos
cheveux, l’indicible est placardé en lettres bleues d’un pied et demi. Tes
veines gracieuses teintent les joues du phare qui tourne, tourne et tourne
à l’aveuglette, sans perdre pied, faisant de la tempête une cible circulaire,
de plus en plus immense à mesure que le phare grandit et que nous
approchons et que l’éclair charpente les aîtres de son corps géant, où
les habitants sont inhumés parmi d’étranges romans de chevalerie dont
chaque folio est un pavé qui dérobe l’océan à l’abîme, la souffrance au
fléau.
L’âme revient au calme plat. Le soleil éteint lentement les
paupières aphones, les paupières se font vivantes à travers nuit, la nuit
repart sur son palanquin effronté et la mer n’est plus blessée que par les
nues dont le reflet écorche sa surface, et elle n’a plus d’autres épaves que
les larmes qu’elle a ravi aux yeux et elle a ouvert ses chagrins à l’aube qui
prend eau toute part.
L’espace déborde.
M.M.
27.2.38

Marcel Marien - deux collages adressés à Jacqueline , 1938

« Le ciel tâte le front du voyageur.
Puis, dans le vent, arrachant les trous par la racine, la
pierre dévale la pente noire du soleil pour s’écraser
dans la vallée qui n’en a jamais vu d’autres.
mes yeux langoureux
sont si bleus
qu’ils sont amoureux
à deux de tes yeux
heureux celui qui peut
de tes yeux de feu
détacher le bleu
de mes yeux
amour à deux
amour de mes yeux
licencieux
comme la flamme du feu bleu
Posant le petit doigt sur la pointe de ton sein,
mon annulaire atteignait la cime de l’arbre et je suivais
avec le majeur le vol de l’aigle à son point culminant,
mon index perforait le soleil tandis qu’à la base des
océans, faisant de sa corpulence un trône, mon pouce
servait de pâture aux poissons des grandes profondeurs »

Marcel Marien - Collage et poème adressé à Jacqueline , 1938J’ai quelques moments à vous dédier, ma chère Jacqueline et je
m’empresse de vous adresser ces quelques mots. Vous pourriez me rendre
tellement heureux si des occasions mieux disposées nous réunissaient
plus fréquemment. Ici, je suis abandonné au rythme hostile des déboires.
Je sais que vous songez de temps à autre à mon existence mécanisée et
prisonnière et c’est déjà un tel réconfort. Chaque fois que je vous ai vu, je
n’ai guère manifesté l’intérêt que je conçois à votre égard, cependant mes
yeux erraient…Ils viendront, ces jours merveilleux qui nous rapprocherons
de nous-mêmes. Vous restez, vous croissez plus belle, malgré tout. Inutile,
n’est-ce pas, de crier, d’étaler vos charmes si jeunes, auxquels j’aurai tantôt,
si vous exaucez mon attente, la grâce de goûter, de m’en rassasier à pleines
lèvres, vous Jacqueline, si nue dans une robe que vous croyez porter et que
les mains de l’amour défont avec une si vive prestesse, si jolie derrière un
abri de tendresse muette, si inconnue malgré les heures partagées, si loin
moi de toi. Nos corps sont encore entre nous, pour paralyser le plein va-et vient
des âmes portées vers l’élan de l’unisson entière ; toute pleine dans
le creux de ma main, tu ne tiens qu’à la vie pour me la donner, cette vie
menue, captive, si irrégulière qu’elle n’a que les courbes imparfaites de la
mienne pour en réfléchir le tracé. Et cette heure dont nous approchons, ma
toute jolie, ne me la retardez pas.
Très doux baisers
Marcel

Hugo Erfurth (1874 – 1948)

 

20131218-125947.jpg

20131218-125207.jpg
Hugo Erfurth – Zwei tanzende Mädchen (Two Girls dancing), 1916.

20131218-125521.jpg
Hugo Erfurth- Porträt

20131218-125825.jpg
Hugo Erfurth, photo of Mary Wigman, 1912

 

20131218-131508.jpg
Hugo Erfurth- Mary Wigman 1920
The dancer Gertrud Leistikow, Dresden, 1912

20131218-132012.jpg
The dancer Gertrud Leistikow, Dresden, 1912

 

20131219-103448.jpg

20131219-103550.jpg

 

Julian Mandel (1872-1935)

Julian Mandel (1872-1935)

Julian Mandel est le nom d’un des plus célèbres photographes de nu féminin commercial du XXème siècle. Les renseignements biographiques le concernant sont rares, et on présume que son nom soit un pseudonyme.(Je me permets de notifier que son petit fils m’a contacté afin de me notifier que son vrai nom était Julien et non, Julian, là étant le seul changement en terme de pseudonyme, mais je n’ai aucun moyen de verifier si ces écrits sont vrais.), d’aucun disent que Walery serait derrière ce pseudonyme, hors il travaillait au même moment aussi  avec le studio Pc Paris,  donc, cela semble plutôt étonnant, mais on sait qu’il a produit un très bel ouvrage ( voir article ici sous un pseudonyme à cette même époque, et  que Walery utilisé le nom  vendant ses clichés à l’éditeur Alfred Noyer,aurait bien pu utilisé ce pseudonyme afin de ne pas être ennuyé pour des histoires de concurrence. Quelle que soit la vérité et on ne l’a toujours pas établie, Mandel ( Julien, ou Julian, Walery ou pas) a laissé derrière lui un « monument de photographie érotiques de nus en studio ou en plein air ( il a d’ailleurs était l’un des pionniers de ce qu’on appelait alors le « new age outdoor » ou nu en  « plein air » movement. suivront ensuite des artistes comme qui continueront cette ligné.

Les photographies portant sa signature apparaissent dès 1910, et son publiées à Paris dans les années 30 par des éditeurs comme Alfred Noyer, Les Studios, PC Paris, et la Neue Gesellschaft Photographlsche. Il a également travaillé pour le cinéma

La plupart de ses photographies ont été publiées au format carte postale, ce qui explique que Julian Mandel soit reconnu comme un auteur fameux de cartes postales érotiques. En réalité, elles n’ont de la carte postale que le format, l’envoi de telles images par la poste était interdit à l’époque, ce format était utilisé car il était pratique pour glisser les photos dans une poche de veste, ou un livre.

http://www.vintagefinenudes.com/mandel.html#.Uq9SwOLd7w8

Julian mandel- Nu Fantastique, 1920,s

Julian Mandel – Nude study, 1925/30’s

Julian Mandel – Nude study, 1925/30’s

Studio Mandel -Nu, 1920. Tirage argentique d’époque.

Julian Mandel for Mandel Studio – Nu au turban et à la jarre, 1920

Julian Mandel for Mandel Studio – Nu au turban et à la jarre, 1920

Julian Mandel – Etude de Nu, Postcard Paris, 1930

Julian Mandel – Nu de face, postcard Paris, 1930’s

Julian Mandel for studio NP -Study of nude # 1030, 1925’s

Julian Mandel For A. Noyer studio – Femme Nue, devant l’arche de fleurs #370, 1920’s

Julian Mandel – Nude,Paris, Nd

Julian Mandel – Study of Nude,Paris, 1925’s

Julian Mandel- Nu allongé dans le boudoir- 1930’s

Julian mandel, or A. Noyer studio , 1920′s

Julian Mandel, Nude Portrait # 4108, Paris,1924

Julian Mandel, Nude Portrait, Paris,1922

Julian Mandel for A;Noyer studios- Nude # ,Postcard,Paris, 1920’s

Albert Arthur Allen- from portfolio Premier nudes, 1930 Oakland, California. (Photography 1923)

Albert Arthur Allen- from portfolio Premier nudes, 1930 Oakland, California. (Photography 1923)

Albert Arthur Allen- from portfolio Premier nudes, 1930 Oakland, California. (Photography 1923)

More Articles about Albert Arthur Allen

Albert Arthur Allen- from portfolio Premier nudes, 1930 Oakland, California.

Albert Arthur Allen- from portfolio Premier nudes, 1930 Oakland, California. (Photography 1923)

Albert Arthur Allen- from portfolio Premier nudes, 1930 Oakland, California.1923

Albert Arthur Allen- from portfolio Premier nudes, 1930 Oakland, California.1923 (Photography 1923)

Albert Arthur Allen- from portfolio Premier nudes, 1930 Oakland, California.

Albert Arthur Allen- from portfolio Premier nudes, 1930 Oakland, California.(Photography 1923)

 

gif based with the serie of Albert Arthur Allen, 1923

More Articles about Albert Arthur Allen

Diana slip Co Lingerie

Diana Slip, une entreprise de lingerie française des années 1930 appartenant à Léon Vidal. Dire que Diana slip  n’était qu’une société de lingerie serait un véritable raccourci. En effet, Vidal avait étendu son activité dans domaine parallèle celui des dessous et vêtements fétichistes pour les adeptes du Bdsm ( bottes, fouet, combinaison de cuir, corset, ce qui étaient nécessaire aux poneys girls/boys, par exemple, mais je ne rentre pas plus dans les détails de ces pratiques bien spécifiques…)

Les filles des maisons closes sont d’ailleurs les premières clientes de ces  nouveaux dessous coquins, devenus plus  souples et légers ( auparavant les tenues fétichistes étaient en matériaux tels que le fer, ( on trouve beaucoup de photographies bdsm des années 1900s avec des corsets en fer, des chaines très lourdes) .

Vidal ne s’est pas arrêté à la confection de vêtements et lingeries, sa société vendait également  des préservatifs, et surtout des livres et  de la photographie érotique. Pour se faire La société travaillait avec  Ostra Studio ( crée par le très celèbre Jacques Charles Biederer,  voir article ici) et Le Studio 35 par ne citer qu’eux. Ainsi sans le savoir les amateurs de ces photos érotiques de domination, lesbiens, de bdsm, on sous leurs nez la lingerie Diana Slip, vous le verrez dans l’article. On  pouvait acquérir à la librairie de la Lune et par correspondance toutes ses productions.

Diana Slip and Co est également très connu pour la production d’ une série de catalogues illustrés dans les debuts des années 30 ( conçu comme des  magazines) et Le Magazine Paris avec la participation de  photographes de renom tels que Brassaï, Jean Moral et Roger Schall. Aujourd’hui ces catalogues sont très difficiles à trouver et se vendent à prix d’or .

Brassaï entre autre connu pour ses photographies des maisons closes de la Rue Quimquanpoix ( voir articles ici) pour  sa série Chez Suzy fût le témoin de l’usage des ses dessous dans la réalité. Une fois encore sans le savoir vous regardez des dessous de cette compagnie de lingerie Diana Slip,  destinée à mœurs plutôt libertins et fétichistes

je vous proposes aujourd’hui à la fois des travaux réalisés avec Jean Moral,  les Studio Ostra, et Biederer, Le Studio 35, quelques Roger Schall ( dejà plusieurs articles) encore et Brassaï ( dejà un article sur les filles de joies) qui étaient édités en format carte postale, et ceux des catalogues, qui sont là d’un autre genre,  puisqu’il s’agissait de mettre en valeur la lingerie, contrairement aux précédents qui se concentraient surtout sur les jeux érotiques.

*************************

Diana Slip was a 1930s French lingerie company created by Leo Vidal. In the 1930s, he created a publishing company called Les Éditions Gauloise, which in 1936 became Les Librairies Nouvelles, which was a network bookstores, boutiques, newspaper groups, documents and studios–all grouped into one company. It was a company that manufactured and sold fetish clothes, condoms, erotic books and photography. Diana Slip was one of those parts and was able to bring large resources to the Librairies Nouvelles due to its marketing/distribution and reputation, thanks largely to the production of a series of illustrated catalogs/magazines (including « Lingerie Libertines » and « Le Magazine Paris ») with great art made by such photographers as Brassaï, Jean Moral and Roger Schall–all of whom needed the work during the Depression. Diana Slip went into a final decline during World War II and disappeared at the end of the war.

 

 

 

 

 

 

Brassaï - scene de séance photo pour unepublicitaire pour de la lingerie Diana Slip (Lingerie advertisement for Diana Slip), 1933

Brassaï – scene de séance photo pour unepublicitaire pour de la lingerie Diana Slip (Lingerie advertisement for Diana Slip), 1933 +Brassaï

Brassaï.-Hôtel de passe rue Quincampoix, publicité pour la lingerie féminine Diana Slip 1932

Brassaï.-Hôtel de passe rue Quincampoix, publicité pour la lingerie féminine Diana Slip 1932

Braissaï for the Diana Slip Co- 1930 3

Braissaï for the Diana Slip Co- 1930 +Brassaï

Brassaï- 'Pantalon Tentation' en satin noir, gros ruches en r..., 1932( phillips auctions)

Brassaï- ‘Pantalon Tentation’ en satin noir, gros ruches en r…, 1932( phillips auctions) +Brassaï

Diana Slip lingerie advertisement, Paris,1930 atrributed to Brassaï

Diana Slip lingerie advertisement, Paris,1930 atrributed to Brassaï+Brassaï

DIANA SLIP Photo by BRASSAI Fetish LINGERIE 1930

DIANA SLIP Photo by BRASSAI Fetish LINGERIE 1930

Diana Slip Lingerie dans les années 1930. Ce fut l'un des plus provocateurs de leurs annonces à cause du slogan Prenez Moi

Diana Slip Lingerie dans les années 1930. Ce fut l’un des plus provocateurs de leurs annonces à cause du slogan Prenez Moi

 

Publicité for Diana Slip Lingerie- crédit photographique Brassaï, 1932

Publicité for Diana Slip Lingerie- crédit photographique Brassaï, 1932+Brassaï

Jean Moral for Diana Slip Lingerie Catalogue, 1932 1

Jean Moral for Diana Slip Lingerie Catalogue, 1932

Jean Moral for the Diana Slip Co- 1930

Jean Moral for the Diana Slip Co- 1930

Jean Moral – Diania Slip Lingerie,1930-33

Jean Moral – Diania Slip Lingerie,1930-33

Jean Moral for Diana Slip Lingerie Catalogue, 1932

Jean Moral for Diana Slip Lingerie Catalogue, 1932

Jean Moral for Diana Slip Lingerie Catalogue, 1932

Jean Moral for Diana Slip Lingerie Catalogue, 1932

 Roger Schall for Diana Slip lingerie,1925-30

Roger Schall for Diana Slip lingerie,1925-30

roger schall for diana-slip-co-lingerie, 1925-30

roger schall for diana-slip-co-lingerie, 1925-30

Jean Moral Model in ‘Diana Slip’ [fetish] underwear, 1930

Jean Moral Model in ‘Diana Slip’ [fetish] underwear, 1930

Jean Moral- Diana Slip lingerie, 1930s

Jean Moral- Diana Slip lingerie, 1930s

Jean Moral – Diania Slip Lingerie,1930s

Jean Moral – Diania Slip Lingerie,1930s

Jean Moral – Diania Slip Lingerie,1930s

Jean Moral – Diania Slip Lingerie,1930s

Jean Moral - Nude Woman in a Leather Pantaloons,1930s

Jean Moral – Nude Woman in a Leather Pantaloons,1930s

Jean Moral – Diania Slip Lingerie,1930s

Jean Moral – Diania Slip Lingerie,1930s

Jean Moral for the Diana Slip Co., c. 1930s

Jean Moral for the Diana Slip Co., c. 1930s

Jean Moral – Diania Slip Lingerie,1930s

Jean Moral – Diania Slip Lingerie,1930s

Jean Moral for the Diana Slip Co Lingerie, 1930

Jean Moral for the Diana Slip Co Lingerie, 1930

Jean Moral for the Diana Slip Co Lingerie, 1930′s (2)

Jean Moral for the Diana Slip Co Lingerie, 1930′s

Diana Slip - Publicité catalogue, 1931

Diana Slip – Publicité catalogue, 1931

John Everard

John Everard est un photographe anglais autodidacte de renommée internationale notamment pour son travail sur les formes féminines dans le style dit « art déco ». Sa carrière s’est déroulée entre la fin des années 20 et les début des années 60. Il a partagé à Londres un studio à Londres avec deux autres photographes renommés : Walter Bird   ( Voir l’article Ici)   et Horace Roye (voir l’article Ici). Il a été acclamé et publié très tôt dans sa carrière.  Tout comme ses acolytes, il a produit de nombreux ouvrages tels que » Portrait of a Model »  Londres George Routledge & Sons Ltd. 1939 ( Ltd étant la maison d’édition crée par roye Bird et lui même),  « Judgement of Paris, French nudes », ed° George Routledge, London, 1941, « Life line » Ltd., London,  1936, « Oriental Model » Published by Robert Hale Ltd., London  1955, » Adams Fifth Rib » ,Ltd., London 1936 , pour ne citer qu’eux, puisque ceux sont ces derniers que je vous présente aujourd’hui. J’ai scanné des  livres, mais peu de planches car au vu de l’utilisation et du respect qu’il existe sur le net, je ne fais plus don de photos provenant de livre à 1000 euros… ainsi que celles qu’on ne trouve pas sur le net.. le reste se trouve, sans être bien sur attribué au bon livre et souvent avec des dates et titres erronés même pour les galeries et sites de ventes aux enchères, comme Walter Bird d’ailleurs et de surcroit toute avec un tirage de négatifs rayés.

La trilogie des ces merveilleux anglais que j’affectionne particulièrement se termine donc . Ils sont à mes yeux ce que František Drtikol est à la photographie Tchèque, ce que  József Pécsi est à la photographie Hongroise, des grands maîtres de la lumière de la mise en scène, et des formidables amoureux de la femme, proposant des photographies d’elles sans aucune vulgarité, avec une délicatesse infinie.

 

John Everard Portrait of a Model  Londres George Routledge & Sons Ltd. 1939

John Everard Portrait of a Model Londres George Routledge & Sons Ltd. 1939

John Everard Portrait of a Model Londres George Routledge & Sons Ltd. 1939 ( scan perso)

John Everard. from Portrait of a Model Londres George Routledge & Sons Ltd. 1939

John Everard. from Portrait of a Model Londres George Routledge & Sons Ltd. 1939 ( scan perso)

John Everard. from Portrait of a Model Londres George Routledge & Sons Ltd. 1939

John Everard. from Portrait of a Model Londres George Routledge & Sons Ltd. 1939

John Everard. from Portrait of a Model Londres George Routledge & Sons Ltd. 1939

John Everard. from Portrait of a Model Londres George Routledge & Sons Ltd. 1939

John Everard. from Portrait of a Model Londres George Routledge & Sons Ltd. 1939

John Everard. from Portrait of a Model Londres George Routledge & Sons Ltd. 1939

John Everard. from Portrait of a Model Londres George Routledge & Sons Ltd. 1939

John Everard. from Portrait of a Model Londres George Routledge & Sons Ltd. 1939

John Everard. from Portrait of a Model Londres George Routledge & Sons Ltd. 1939

John Everard. from Portrait of a Model Londres George Routledge & Sons Ltd. 1939

John Everard. from Portrait of a Model Londres George Routledge & Sons Ltd. 1939

John Everard. from Portrait of a Model Londres George Routledge & Sons Ltd. 1939

John Everard. from Portrait of a Model Londres George Routledge & Sons Ltd. 1939

John Everard. from Portrait of a Model Londres George Routledge & Sons Ltd. 1939

 

John Everard.  Suty of nude from John Everard 1936( 48 photogravures)  Ed° Chapman & Hall

John Everard. Suty of nude from John Everard 1936( 48 photogravures) Ed° Chapman & Hall

John Everard. Suty of nude from John Everard 1936( 48 photogravures) Ed° Chapman & Hall ( scan perso)

John Everard. Suty of nude from John Everard 1936( 48 photogravures) Ed° Chapman & Hall

John Everard. Suty of nude from John Everard 1936( 48 photogravures) Ed° Chapman & Hall ( scan perso)

John Everard. Suty of nude from John Everard 1936( 48 photogravures) Ed° Chapman & Hall

John Everard. Suty of nude from John Everard 1936( 48 photogravures) Ed° Chapman & Hall ( scan peros)

John Everard. Suty of nude from John Everard 1936( 48 photogravures) Ed° Chapman & Hall

John Everard. Suty of nude from John Everard 1936( 48 photogravures) Ed° Chapman & Hall scan perso)

John Everard. Suty of nude from John Everard 1936( 48 photogravures) Ed° Chapman & Hall

John Everard. Suty of nude from John Everard 1936( 48 photogravures) Ed° Chapman & Hall ( scan perso)

John Everard. Suty of nude from John Everard 1936( 48 photogravures) Ed° Chapman & Hall

John Everard. Suty of nude from John Everard 1936( 48 photogravures) Ed° Chapman & Hall ( scan perso)

John Everard. Suty of nude from John Everard 1936( 48 photogravures) Ed° Chapman & Hall

John Everard. Suty of nude from John Everard 1936( 48 photogravures) Ed° Chapman & Hall ( scan perso)

 

 

 

 

Judgement of Paris, French nudes, ed° George Routledge, London, 1941

John Everard. Nude No. 24. ( photoetching. 1941 from Judgement of ParisJohn Everard- Study of nude from Judgement of Paris, French nudes, ed° George Routledge, London, 1941

John Everard. Nude No. 24. ( photoetching. 1941 from Judgement of ParisJohn Everard- Study of nude from Judgement of Paris, French nudes, ed° George Routledge, London, 1941

John Everard. Nude No. 1. ( photoetching. 1941 from Judgement of ParisJohn Everard- Study of nude from Judgement of Paris, French nudes, ed° George Routledge, London, 1941

John Everard. Nude No. 1. ( photoetching. 1941 from Judgement of ParisJohn Everard- Study of nude from Judgement of Paris, French nudes, ed° George Routledge, London, 1941

 

John Everard. Nude No. 24. ( photoetching. 1941 from Judgement of ParisJohn Everard- Study of nude from Judgement of Paris, French nudes, ed° George Routledge, London, 1941

John Everard. Nude No. 24. ( photoetching. 1941 from Judgement of ParisJohn Everard- Study of nude from Judgement of Paris, French nudes, ed° George Routledge, London, 1941

John Everard. Nude No. 24. ( photoetching. 1941 from Judgement of ParisJohn Everard- Study of nude from Judgement of Paris, French nudes, ed° George Routledge, London, 1941

John Everard. Nude No. 24. ( photoetching. 1941 from Judgement of ParisJohn Everard- Study of nude from Judgement of Paris, French nudes, ed° George Routledge, London, 1941

John Everard. Nude No. 40. ( photoetching. 1941 from Judgement of Paris

John Everard. Nude No. 40. ( photoetching. 1941 from Judgement of Paris

John Everard- Study of nudes from Judgement of Paris, French nudes, ed° George Routledge, London, 1941

John Everard- Study of nudes from Judgement of Paris, French nudes, ed° George Routledge, London, 1941

John Everard- Study of nude 2 from Judgement of Paris, French nudes, ed° George Routledge, London, 1941

John Everard- Study of nude 2 from Judgement of Paris, French nudes, ed° George Routledge, London, 1941

 

John Everard- Study of nude 17 from Judgement of Paris, French nudes, ed° George Routledge, London, 1941

John Everard- Study of nude 17 from Judgement of Paris, French nudes, ed° George Routledge, London, 1941

John Everard- Study of nude , 15 from Judgement of Paris, French nudes, ed° George Routledge, London, 1941

John Everard- Study of nude , 15 from Judgement of Paris, French nudes, ed° George Routledge, London, 1941

John Everard- Study of nude 31 from Judgement of Paris, French nudes, ed° George Routledge, London, 1941

John Everard- Study of nude 31 from Judgement of Paris, French nudes, ed° George Routledge, London, 1941

 

 

John Everard. « Artit’s Model » Ed° The Bodley Head, 1951

John Everard- From Artit's Model, Ed° The Bodley Head, 1951 (2)

John Everard- From Artit’s Model, Ed° The Bodley Head, 1951 detail

John Everard- From Artit's Model, Ed° The Bodley Head, 1951John Everard- Nude Plate 23 From Artit's Model, Ed° The Bodley Head, 1951

John Everard- From Artit’s Model, Ed° The Bodley Head, 1951John Everard- Nude Plate 23 From Artit’s Model, Ed° The Bodley Head, 1951

John Everard- From Artit's Model, Ed° The Bodley Head, 1951

John Everard- From Artit’s Model, Ed° The Bodley Head, 1951

John Everard- From Artit's Model, Ed° The Bodley Head, 1951

John Everard- From Artit’s Model, Ed° The Bodley Head, 1951 detail

John Everard- From Artit's Model, Ed° The Bodley Head, 1951 (2)

John Everard- From Artit’s Model, Ed° The Bodley Head, 1951  detail

John Everard- From Artit's Model, Ed° The Bodley Head, 1951

John Everard- From Artit’s Model, Ed° The Bodley Head, 1951 detail

 

 

 

 

 

John Everard. »Oriental Model » Published by Robert Hale Ltd., London 1955

 

 

 

John Everard- Asian Female semi Nude photogravure 1950Oriental Model Published by Robert Hale Ltd., London in 1955. 4

John Everard- Asian Female semi Nude photogravure 1950Oriental Model Published by Robert Hale Ltd., London in 1955.

John Everard- Malay woman semi nude ,photogravure 1950 Oriental Model Published by Robert Hale Ltd., London in 1955.

John Everard- Malay woman semi nude ,photogravure 1950 Oriental Model Published by Robert Hale Ltd., London in 1955.

John Everard. Indian Hindu dancer nude photogravure 1950 Oriental Model Published by Robert Hale Ltd., London in 1955.

John Everard. Indian Hindu dancer nude photogravure 1950 Oriental Model Published by Robert Hale Ltd., London in 1955.

John Everard- kneeling Asian Filipino nude photogravure 1950Oriental Model Published by Robert Hale Ltd., London in 1955.

John Everard- kneeling Asian Filipino nude photogravure 1950Oriental Model Published by Robert Hale Ltd., London in 1955.

John Everard. Japanese kneeling Nude, 1950Oriental Model Published by Robert Hale Ltd., London in 1955.1

John Everard. Japanese kneeling Nude, 1950Oriental Model Published by Robert Hale Ltd., London in 1955.

John Everard.photomontage Japanese Nude, photogravure 1950Oriental Model Published by Robert Hale Ltd., London in 1955.

John Everard.photomontage Japanese Nude, photogravure 1950Oriental Model Published by Robert Hale Ltd., London in 1955.

 

John Everard. Japanese kneeling Nude, photogravure 1950Oriental Model Published by Robert Hale Ltd., London in 1955.

John Everard. Japanese kneeling Nude, photogravure 1950Oriental Model Published by Robert Hale Ltd., London in 1955.

John Everard. two kneeling Japaneses Nude photogravure 1950Oriental Model Published by Robert Hale Ltd., London in 1955.

John Everard. two kneeling Japaneses Nude photogravure 1950Oriental Model Published by Robert Hale Ltd., London in 1955.

John Everard Japanese Nude photogravure 1950Oriental Model Published by Robert Hale Ltd., London in 1955.

John Everard Japanese Nude photogravure 1950Oriental Model Published by Robert Hale Ltd., London in 1955.

John Everard- Japanese Nude photogravure 1950Oriental Model Published by Robert Hale Ltd., London in 1955.

John Everard- Japanese Nude photogravure 1950Oriental Model Published by Robert Hale Ltd., London in 1955.

 

 

 

 

 

John Everard –  My Hundred Best Studies, Ed Bodley Head, 1954

John Everard - My Hundred Best Studies, Ed Bodley Head, 1954 1_e

John Everard – My Hundred Best Studies, Ed Bodley Head, 1954

John Everard - Nude From My Hundred Best Studies, Ed Bodley Head, 1954

John Everard – Nude From My Hundred Best Studies, Ed Bodley Head, 1954

John Everard -Nude From My Hundred Best Studies, Ed Bodley Head, 1954

John Everard -Nude From My Hundred Best Studies, Ed Bodley Head, 1954

 

 

John Everard - Nude From My Hundred Best Studies, Ed Bodley Head, 1954

John Everard – Nude From My Hundred Best Studies, Ed Bodley Head, 1954

John Everard - Nude From My Hundred Best Studies, Ed Bodley Head, 1954

John Everard – Nude From My Hundred Best Studies, Ed Bodley Head, 1954

John Everard. Nude No. 24.1941 , From My Hundred Best Studies, Ed Bodley Head, 1954

John Everard. Nude No. 24.1941 , From My Hundred Best Studies, Ed Bodley Head, 1954

John Everard - Nude From My Hundred Best Studies, Ed Bodley Head, 1954

John Everard – Nude From My Hundred Best Studies, Ed Bodley Head, 1954

 

 

 

 

 

 

John Everard – From Adams Fifth Rib , 1936

John Everard - From Adams Fifth Rib , 1936 COVER

John Everard – From Adams Fifth Rib , 1936 COVER

John Everard - From Adams Fifth Rib , 1936

John Everard – From Adams Fifth Rib , 1936

John Everard - From Adams Fifth Rib , 1936

John Everard – From Adams Fifth Rib , 1936

John Everard - From Adams Fifth Rib , 1936

John Everard – From Adams Fifth Rib , 1936

John Everard - From Adams Fifth Rib , 1936

John Everard – From Adams Fifth Rib , 1936

John Everard - From Adams Fifth Rib , 1936

John Everard – From Adams Fifth Rib , 1936

John Everard - From Adams Fifth Rib , 1936

John Everard – From Adams Fifth Rib , 1936

 

John Everard - From Adams Fifth Rib , 1936

John Everard – From Adams Fifth Rib , 1936

John Everard - From Adams Fifth Rib , 1936 detail

John Everard – From Adams Fifth Rib , 1936 detail

John Everard - From Adams Fifth Rib , 1936

John Everard – From Adams Fifth Rib , 1936

 

 

 

 

Nudes stydy outdoors , ed° Ltd, London, 1940

John Everard -Study (Lady Woman's Hands with flower) photogravure 1940

John Everard -Study (Lady Woman’s Hands with flower) photogravure 1940

John Everard -Study of Nude (Nude Lady Forest Trees)photogravure 1940 1

John Everard -Study of Nude (Nude Lady Forest Trees)photogravure 1940

John Everard -Study of Nude (Nude Lady Landscape) photogravure 1940 1

John Everard -Study of Nude (Nude Lady Landscape) photogravure 1940

John Everard -Study of Nude Nude( Lady Reeds Beach) photogravure 1940 also published in Lifelines

John Everard -Study of Nude Nude( Lady Reeds Beach) photogravure 1940 also published in Lifelines

John Everard -Study of Nude (Nude Lady Outdoors ) photogravure 1940

John Everard -Study of Nude (Nude Lady Outdoors ) photogravure 1940

John Everard -Study of Nude -Nude Lady Beach Water) photogravure 1940

John Everard -Study of Nude -Nude Lady Beach Water) photogravure 1940

John Everard -Study of Nude (Lady Beach Water) photogravure 1940

John Everard -Study of Nude (Lady Beach Water) photogravure 1940

John Everard -Study of Nude Nude( Lady Beach Water) photogravure 1940

John Everard -Study of Nude Nude( Lady Beach Water) photogravure 1940

John Everard -Study of Nude -Nude Lady Beach Water) photogravure 1940

John Everard -Study of Nude -Nude Lady Beach Water) photogravure 1940

John Everard -Study of Nude (Nude Lady Water Rocks) photogravure 1940

John Everard -Study of Nude (Nude Lady Water Rocks) photogravure 1940

John Everard -Study of Nude Nude (Lady on Rocks), photogravure 1940

John Everard -Study of Nude Nude (Lady on Rocks), photogravure 1940

John Everard -Study of Nude (Nude Lady Sandy Beach ) photogravure 1940

John Everard -Study of Nude (Nude Lady Sandy Beach ) photogravure 1940

John Everard -Study of Nude (Nude Lady Water Rocks) photogravure 1940

John Everard -Study of Nude (Nude Lady Water Rocks) photogravure 1940

John Everard -Study of Nude (Nude Lady on Rocks) photogravure 1940

John Everard -Study of Nude (Nude Lady on Rocks) photogravure 1940

John Everard -Study of Nude (Nude Lady on Rocks ), photogravure 1940

John Everard -Study of Nude (Nude Lady on Rocks ), photogravure 1940

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marta Astfalck- Vietz

Marta Astfalck-Vietz, No.20 Self-Portrait, no date

Marta Astfalck-Vietz, No.20 Self-Portrait, no date

Marta Astfalck- Vietz- Experimental dance, Berlin, 1931

Marta Astfalck- Vietz- Experimental dance, Berlin, 1931

Marta Astfalck- Vietz- Untitled,Sel- portrait, nd

Marta Astfalck- Vietz- Untitled,Sel- portrait, nd

Marta Astfalck Vietz-Self portrait standing nude in black halo, 1930s

Marta Astfalck Vietz-Self portrait standing nude in black halo, 1926

Marta Astfalck Vietz- photography, 1930s ( nude masked ) cover of the catalog Photographien 1922-1935 [Ausstellungskatalog], by Berlinische Galerie, 1991

Marta Astfalck Vietz- photography, 1930s ( nude masked ) cover of the catalog Photographien 1922-1935 [Ausstellungskatalog], by Berlinische Galerie, 1991

Martha Khun-Werber (1903 i 1990 ) Puppen // Poupées et d’art brut

Fille d’un sculpteur Martha prendra le même chemin que son père et se dirigera vers les arts. Elle sera peintre et sculpteur. Avant d’être réellement reconnue elle milite en compagnie de son futur mari Anton Weber et Erwin Enrouleur en écrivant dans la revue de gauche « Zalpo » dans les début des années 30. A partir de 1933 , installée à Berlin, elle peint en sculpte activement et expose à plusieurs reprises.

C’est en 1951 qu’elle crée sa première poupée, qui n’ont rien d’angélique, et qui n’ont pas l’apparence d’un jouet pour enfant, bien au contraire. Elles sont construites de matériaux de récuperations, morceaux de tissus, fils de fers, elles sont souvent difformes en expriment la douleur et plutôt effrayantes.

Ayant passé deux années à Paris durant ses études, elle décide d’y retourner en 1965, où sa notoriété explose grâce à ses poupées. C’est avec Friedrich Engelhorn, avec qui elle écrivait dans les années 3o dans « Zalpo », qu’elle ouvre la fameuse « Galerie 13 », en plein cœur de Paris, où seront exposés de façons permanente ses poupées mais aussi ses dessins et peintures.


Dès 1960, son fils Anton (Junior) prend des cliché de ses poupées,  Lucien Clergue lui aussi séduit par ces étranges créatures en fera quelques photographies.

En 1973, réunissant le  » tout paris », elle crée un événement à sa Galerie 13 et mettra en scène ses poupées en les mêlant avec le travail d’autres artistes qu’elle aime ( cf ci dessous par exemple la poupée crée pour illustrer Madame Edwarda de George Bataille). 

Un livre paraitra suite à cette expsotion (qui n’est pas le catalogue) écrit en collaboration entre Martha  et  Antonio Gálvez pour les photographies et  Severo Sarduy pour les poèmes , intitulé  » Poupées de Marta Kuhn-Weber »  Editeur Galerie 13,  Paris, 1974 . Il est diponible à la BNF si vous avez l’occasion d’aller flaner à la bibliothèque là bas.

La dernière vente aux enchères de chez Ader a proposé le 5 Decembre  2013, 4 clichés que je vous montre aujourd’hui ( il est signifié que les photographies datent toutes  de 1970, mais il sont réalisés antérieurement  à l’exposition pour certaines , qui déjà ne date pas de 1970 comme indiqué , mais de 1973 ( bon çà fait un peu beaucoup d’erreurs pour le commissaire priseur…)  et ainsi que quelque autres tirages dont certains scannés ( la photo qui illustrait l’affiche de l’exposition, et la Poupée de Madame Edwarda la couverture du livre… que j’avais en stock, c’est l’occasion de les sortir, mais je ne mets pas en ligne les scans du livres pour des raisons de copyright et pour des raisons autres)

Anton Weber Junior poupée Martha Khun-Werber, 1960 -70

Anton Weber Junior poupée Martha Khun-Werber, 1960 -70 ( scan personnel)

Anton Weber Junior poupée Martha Khun-Werber, 1960 -70

Anton Weber Junior poupée Martha Khun-Werber, 1960 -70 vente Ader

Lucien Clergue - Poupée de Martha Kuhn-Weber,  1964.

Lucien Clergue – Poupée de Martha Kuhn-Weber, 1964.

Anton Weber Junior poupée Martha Khun-Werber, 1960 -70

Anton Weber Junior poupée Martha Khun-Werber, 1960 -70

Lucien Clergue - Poupée de Martha Kuhn-Weber, 1964

Lucien Clergue – Poupée de Martha Kuhn-Weber, 1964

Anton Weber Junior poupée appelée the Celestine  Madame Edwarda Martha par Khun-Werber, galerie 13  exposition, 1973,

Anton Weber Junior poupée appelée the Celestine Madame Edwarda Martha par Khun-Werber, galerie 13 exposition, 1973 ( scan personel d’un journal qualité faible)

Anton Weber Junior poupée Martha Khun-Werber, 1960

Anton Weber Junior poupée Martha Khun-Werber, 1960

Anton Weber Junior poupée Martha Khun-Werber, 1960

Anton Weber Junior poupée Martha Khun-Werber, 1960 vente Ader

Lucien Clergue Poupée de Martha Kuhn-Weber . 1965

Lucien Clergue Poupée de Martha Kuhn-Weber . 1965

Couverture de Poupées de Marta Kuhn Weber , par Antonio Gálvez( photographies)   Severo Sarduy ( poesie) et Poupées de Marta Kuhn Weber ( texte) Editeur Galeie 13, Paris 1974

Couverture de « Poupées de Marta Kuhn Weber » , par Antonio Gálvez ( photographies) Severo Sarduy ( poésie) et Poupées de Marta Kuhn Weber ( texte) Editeur Galeie 13, Paris 1974

Poupées de Marta Kuhn Weber , par Antonio Gálvez( photographies)   Severo Sarduy ( poesie) et Poupées de Marta Kuhn Weber ( texte) Editeur Galeie 13, Paris 1974

« Poupées de Marta Kuhn Weber » , par Antonio Gálvez( photographies) Severo Sarduy ( poesie) et Poupées de Marta Kuhn Weber ( texte),  Editeur Galeie 13, Paris 1974

Liselotte Grschebina - Portrait de Marta Kuhn-Weber ,1930

Liselotte Grschebina – Portrait de Marta Kuhn-Weber ,1930


Marcel Mariën ( 1920-1993)

Posté Par Kate

« Les conséquences de ce qu’on ne fait pas sont les plus graves. »MM

 Marcel Mariën provocateur, libre, libertin, poétique , aimant les aphorismes à en crever,  ne se revendiquant de rien sinon d’une désobéissance viscérale, et se présentant  comme le père fondateur de la « Théorie de l’emmerdement maximal » ( abosulemnt fabuleux, n’est-il pas !!!) . Le faussaire surréaliste belge Marcel Mariën. Ecrivain, poète, essayiste, éditeur, photographe, cinéaste, historien du surréalisme, créateur de collages et d’objets insolites, est né à Anvers. il est La figure du Surréalisme Belge. Je ne vous refais pas sa biographie ni ne vous fais un copier coller de  sa Bio sur wilkipedia, car l’article est très complet et je n’en sais pas plus ce l’auteur

Je me concentre aujourd’hui plutôt sur les photographies qu’il a réalisées dans les années 8à, mais vous présentent quelques collages et extraits de correspondance qui font l’objet d’un autre article. [ correspondances part I correspondance ici. ]

Pour ce qu’il en est de L’Imitation du cinéma [un des seuls films qui puisse être qualifié de surréaliste après Le Chien andalou et L’Age d’or, qualifié de «  film ignoble et infâme « , par La centrale catholique, 1960 à sa sortie] vous trouverez de très bons sites en cherchant sur le net. aujourd’hui ce n’était pas notre propos mais je vous conseille celui- ci  et  je vous conseille le livre L’Imitation du cinéma Histoire d’un film ignoble ,Éd. La Maison d’à côté et vous pouvez le télecharger gratuitement sur les plateformes de télechargements ici par exemple ( c’est pas bien légal… mais)

Ceux qui devraient se regarder un peu le sexe dans un miroir pour voir si Freud mon compagnon de travail leur dit quelque chose… « Oh Miroir mon beau miroir quelle identité ai-je donc? qui suis-je? Est-ce mon sexe et donc mon narcissisme qui est bien le centre du monde? Pourquoi donc tant d’engouement soudain pour des figures dont on avait évoqué l’existence jusqu’à ces derniers jours? pourquoi , oui pourquoi? on reste dans le ton de ce  maître-farceur de premier calibre qu’était Marcel Marïen

Marcel Marien - Le grillon du foyer, 1986

Marcel Marien – Le grillon du foyer, 1986

Marcel Marien - The Renaissance, 1980s

Marcel Marien – The Renaissance, 1980s

Marcel Mariën - La Cathédrale, 1980

Marcel Mariën – La Cathédrale, 1980

Marcel Mariën- La cathedrale, 1983

Marcel Mariën- La cathedrale, 1983

Marcel Mariën-la cathedrale 1983

Marcel Mariën-la cathedrale 1983

Marcel Mariën-La pudeur, 1984

Marcel Mariën-La pudeur, 1984

Marcel Mariën -L'invitation au langage 1991

Marcel Mariën -L’invitation au langage 1991

Marcel Marien - Mirror, Lips and Female Nude,1983

Marcel Marien – Mirror, Lips and Female Nude,1983

Marcel Marien, Le miroir savant,1980

Marcel Marien, Le miroir savant,1980

Marcel Marien -Projet de Crime Plus ou Moins Sadique (More or Less Sadistic Crime Project),1992

Marcel Marien -Projet de Crime Plus ou Moins Sadique (More or Less Sadistic Crime Project),1992

Marcel Marien -Le Rendez-vous (The Appointment) ,1986

Marcel Marien -Le Rendez-vous (The Appointment) ,1986

Marcel Marien -Le fil de la vierge, 1985

Marcel Marien -Le fil de la vierge, 1985

Marcel Marien -Le chant du désert, 1985

Marcel Marien -Le chant du désert, 1985

Marcel Marien - The Self Taught, 1980s

Marcel Marien – The Self Taught, 1980s

Marcel Marien -Les passagères (miroir charme) ,1987

Marcel Marien -Les passagères (miroir charme) ,1987

Marcel Mariën - Le Ressentiment, 1986

Marcel Mariën – Le Ressentiment, 1986

Marcel Mariën -La séparation 1986

Marcel Mariën -La séparation 1986

Marcel Marien -Le tribut ,1985

Marcel Marien -Le tribut ,1985

Marcel Marien - La Madone de Milo 1983

Marcel Marien – La Madone de Milo 1983

Marcel Marien -Le modèle rougissant, 1987

Marcel Marien -Le modèle rougissant, 1987

Marcel Mariën - Le double usage, 1992

Marcel Mariën – Le double usage, 1992

Marcel Marien - Le commencement de la suite, 1991

Marcel Marien – Le commencement de la suite, 1991

Marcel Marien - Hands, 1980s

Marcel Marien – Hands, 1980s

Marcel Marien - Entrer chair et terre 1991

Marcel Marien – Entrer chair et terre 1991

Marcel Marien - Double Underwear 1980s

Marcel Marien – Double Underwear 1980s

Marcel Marien - Underwear on Head 1980s

Marcel Marien – Underwear on Head 1980s

Marcel Marien - The Coarse Tongue, 1983

Marcel Marien – The Coarse Tongue, 1983

Marcel Mariën - La lecture défendue, 1983

Marcel Mariën – La lecture défendue, 1983

Marcel Marien - Alice Devenue Grande (Alice Becomes Large), 1983

Marcel Marien – Alice Devenue Grande (Alice Becomes Large), 1983

Marcel Marien - Haircut, 1980s

Marcel Marien – Haircut, 1980s

Marcel Marien - The Friendly Wood, Female Nude (Double-Exposure), 1980s

Marcel Marien – The Friendly Wood, Female Nude (Double-Exposure), 1980s

Marcel Marien - Charme des malentendu, 1991

Marcel Marien – Charme des malentendu, 1991

Marcel Marien - Untitled (Nude and Mesh)1985

Marcel Marien – Untitled (Nude and Mesh)1985

Marcel Mariën -L'absence de sens 1985

Marcel Mariën -L’absence de sens 1985

Marcel Mariën’-De Sade à Lénine, 1945

Marcel Mariën’-De Sade à Lénine, 1945

Marcel Mariën - La répétition ca. 1937

Marcel Mariën – La répétition ca. 1937

Marcel Marïen - l'eveil ,. 1950s via la FIAC

Marcel Marïen – l’eveil ,. 1950s

Marcel Mariën -Derriere le rideau fin de soleil. 1955.

Marcel Mariën - Les Mots Croises (The Words Cross) 1985

Marcel Mariën – Les Mots Croises (The Words Cross) 1985

Marcel Mariën - Le trait d' union 1986

Marcel Mariën – Le trait d’ union 1986

Marcel Marien -Mademoi (Female Nude on Bicycle),1980s

Marcel Marien -Mademoi (Female Nude on Bicycle),1980s

Marcel Marien - Anch'io son E.L.T. Mesens , 1985

Marcel Marien – Anch’io son E.L.T. Mesens , 1985

Marcel Marien - Muette et aveugle, 1945

Marcel Marien – Muette et aveugle, 1945

Marcel Mariën -L' établi du rêve 1983

Marcel Mariën -L’ établi du rêve 1983

Marcel Marien -Objet bouleversant 1985

Marcel Marien -Objet bouleversant 1985

Marcel Mariën -from Erik Kessels - Paul Kooiker Terribly awesome photo books marecl marien

Marcel Mariën -from Erik Kessels – Paul Kooiker Terribly awesome photo books marecl marien

Marcel Marien -Marcel Marien - L'emmuree,1985

Marcel Marien -Marcel Marien – L’emmuree,1985

Marcel Marien -Mannequin (Multiple exposure),1980

Marcel Marien -Mannequin (Multiple exposure),1980

Marcel Marien -”La Star” Étonnante photo de montage d’une perruque sur un sein., 1985

Marcel Marien -”La Star” Étonnante photo de montage d’une perruque sur un sein., 1985

Marcel Marien - Les proies 1985

Marcel Marien – Les proies 1985

Marcel Mariën -L'Empire d'Othello (The Empire of Othello) 1983

Marcel Mariën -L’Empire d’Othello (The Empire of Othello) 1983

Marcel Mariën -Waste Land 1980s

Marcel Mariën -Waste Land 1980s

Marcel Mariën -The Giantess 1980s

Marcel Mariën -The Giantess 1980s

Marcel Mariën - Le Jeu de l'Amour et du Hasard (The Game of Love and Chance) 1984

Marcel Mariën – Le Jeu de l’Amour et du Hasard (The Game of Love and Chance) 1984

Marcel Mariën -Porte et fracas 1990

Marcel Mariën -Porte et fracas 1990

Marcel Mariën - La Goule 1991

Marcel Mariën – La Goule 1991

Marcel Mariën - The Celestial Works (La mécanique céleste) 1983

Marcel Mariën – The Celestial Works (La mécanique céleste) 1983

Marcel Marien - Le Fruit Defendu (The Forbidden Fruit), 1992

Marcel Marien – Le Fruit Defendu (The Forbidden Fruit), 1992

Marcel Marien -Le monument au fossoyeur inconnu, 1992

Marcel Marien -Le monument au fossoyeur inconnu, 1992

******************************* Les collages *******************************

Marcel Marien - collage accompagnant une lettre à Jacqueline , 30 Janvier 1938

Marcel Marien – collage accompagnant une lettre à Jacqueline La collection Jacqueline Nonkels, 30 Janvier 1938 plus sur cette correspondance ici

Marcel Marien - collage adressé à Jacqueline , 1938

Marcel Marien – collage adressé à Jacqueline , 1938  plus sur cette correspondance ici

Marcel Mariën- Les touches du silence, poème sans paroles, 1937, collage, ( pour Jacqueline Nonkels his lover)

Marcel Mariën- Les touches du silence, poème sans paroles, 1937, collage, ( pour Jacqueline Nonkels his lover)La collection Jacqueline Nonkelsplus sur cette correspondance ici

Marcel Marien - deux collages adressés à Jacqueline , 1938

Marcel Marien – deux collages adressés à Jacqueline , 1938La collection Jacqueline Nonkels plus sur cette correspondance ici

Marcel Marien - Le parallelogrammes des forces, Décembre 1937

Marcel Marien – Le parallelogrammes des forces, Décembre 1937La collection Jacqueline Nonkels plus sur cette correspondance ici

Marcel Marien -42 collages on a copy of André Breton’s Nadja,1938

Marcel Marien -42 collages on a copy of André Breton’s Nadja,1938

Marcel Mariën’s reading of Breton’s famous book has resulted in a fascinating livre détourné. For the collages Mariën has used, among others, newspaper clippings and cut-up illustrations, a pebble, a dried flower and beads under cellophane, a vintage photograph of himself buried in the sand up to his head. Some pages bear traces of burning, two sheets are sewn with red thread, and ‘the reader’ has added several autograph texts and some small drawings. And two tipped-in envelopes, sort of prequels to the ‘mail-art’ of the 1970s. The first letter addressed to « Mr. André Breton / passant / Boulevard Bonne-Nouvelle / à Paris », annotated « déjà passé » and of course returned to sender by the postal service (on June 8, 1938), contains a typed letter of 2 pages in-8 with a schematic drawing, the letter relating in nearly-scientific detail a meeting that has not taken place between writer and addressee, although both were walking on the same side walk in opposite directions. The second letter was addressed to « Mademoiselle Nadja / au Sphinx-Hotel / Boulevard Magenta / Paris » and also returned (on May 2, 1938), Mrs. Nadja being unknown at the hotel. To this date, the second envelope still is unopened, and the mystery complete. But Mariën’s Nadja is a work of art with an open ending, as he has barred the printing information at the end except for the first word, changing it into ‘inachevé’.  .(Source)

Marcel Mariën-Léda , 1958

Marcel Mariën-Léda , 1958

Marcel Marïen - Untitled, Gloire à la chimie du renard pour Léo Dohmen M.M, 3.4.84 , 1984

Marcel Marïen – Untitled, Gloire à la chimie du renard pour Léo Dohmen M.M, 3.4.84 , 1984

Marcel Marien -La Restauratrice , 1987

Marcel Marien -La Restauratrice , 1987

Marcel Marien -La contournée, 1987

Marcel Marien -La contournée, 1987

Marcel Mariën- Connaissance par les trous, 1987

Marcel Mariën- Connaissance par les trous, 1987

Marcel Marien -La Putain r… ,1966

Marcel Marien -La Putain r… ,1966

Marcel Marien - Collage et poème adressé à Jacqueline , 1938 1

Marcel Marien – Collage et poème adressé à Jacqueline , 1938

Marcel Marien - Collage et poème adressé à Jacqueline , 1938

Marcel Marien – Collage et poème adressé à Jacqueline , 1938 plus sur cette correspondance ici

Marcel Marien - lettre à Jacqueline , 27 Fevrier 1938

Marcel Marien – lettre à Jacqueline , 27 Fevrier 1938 plus sur cette correspondance ici

CARTE POSTALE AUTOGRAPHE SIGNÉE ÀANDRÉ BRETON. Bruxelles, 15 février 1946

Carte Postale adressé à André Breton , evoquant l’expostion surréaliste à Bruxelles Bruxelles, 15 février 1946

MARIEN Marcel LES POIDS ET LES MESURES. Bruxelles, Les Auteurs Associés, 1943

MARIEN Marcel LES POIDS ET LES MESURES. Bruxelles, Les Auteurs Associés, 1943

Marcel Marïen -Porno douce, accouplement. collage sur papier peint. 19-11-84

Marcel Marïen -Porno douce, accouplement. collage sur papier peint. 19-11-84

Marcel Mariën -Parlez de soie, 1975

Marcel Mariën -Parlez de soie, 1975

Marcel Mariën- Salon ,lettre collage

Marcel Mariën- Salon ,lettre collage

Marcel Mariën - L’Oubli d’être en Vie, 1967

Marcel Mariën – L’Oubli d’être en Vie, 1967

Marcel Marien -Le mari de la veuve Joyeuse, 1970

Marcel Marien -Le mari de la veuve Joyeuse, 1970

Marcel Mariën- La dynastie de l'homme seul ( in memoriam E.L.T) , 1986

Marcel Mariën- La dynastie de l’homme seul ( in memoriam E.L.T) , 1986

Marcel Mariën- Le rubis de l'espérance, 1972 ( pour l'exposition les 4 verités du surréalisme, 1972) gazette drout

Marcel Mariën- Le rubis de l’espérance, 1972 ( pour l’exposition les 4 verités du surréalisme, 1972) gazette drout

Marcel Mariën - Sculpture Friends 1974

Marcel Mariën – Sculpture Friends 1974

Marcel Mariën - Les Bons jours de Monsieur Courbet, Décembre 1970

Marcel Mariën – Les Bons jours de Monsieur Courbet, Décembre 1970

Marcel Mariën - Fidelité des images ,1980

Marcel Mariën – Fidelité des images ,1980

Marcel Mariën - Gros mot pour petite bouche, 1981

Marcel Mariën – Gros mot pour petite bouche, 1981

Le Vent se lève. Brux., Tom Gutt, 31 mai 1963, 2 ff. 8° de 8 pp. Tract cosigné par Yves Bossut, Freddy De Vree, Marcel Mariën, Philippe Soupault et bien d'autres.

Le Vent se lève. Brux., Tom Gutt, 31 mai 1963, 2 ff. 8° de 8 pp. Tract cosigné par Yves Bossut, Freddy De Vree, Marcel Mariën, Philippe Soupault et bien d’autres.

Marcel Marien -L’incognito - cover detail for Les lèvres nues, 1993

Marcel Marien -L’incognito – cover detail for Les lèvres nues, 1993

en ce moment une Exposition à Bruxelles ( dont sont issues les deux dernières photographies que j’ai rahouté à l’article et une Galerie 100 Titres partenaire Ici

Marcel Mariën -J’ai rêvé d’une gomme…, 1955 Collage

Marcel Mariën L’esprit de l’escalier,. 1953.

Quelque aphorismes  extraits de «  Mettez un Kleist dans votre étang. A l’ombre de la proie, 1968″

Optimiste par désespoir.
 
Les grands malheurs font les beaux souvenirs.
 
La vie est interminablement brève.
 
Il manque au monde le commencement et la fin. Nous vivons dans le reste.
 
Il n’y a point de mensonge puisqu’il n’y a pas de vérité.
 
Je ne crois pas un traître mot de ce que je pense.
 
Réponses à une enquête niaise

 

pour d’autres oeuvres que je n’ai pas proposées dans cette article voir Drouot par exemple…. et Drouot encore André Breton.com

Ici Jacques Chancel dans Radioscopie   interviewe Marcel M  Lors de la sortie de son premier livre édité en France « Figures de Poupe »

 

Monsieur X ( actif 1920-30- mort vers 1980)

En ayant assez de trouver des agrandissements pourris, des copier- coller des Drouot ou autres ventes aux enchères, je vous propose aujourd’hui, l’histoire de Monsieur X, avec a taille adéquat ces photographies faisaient 18cm sur 15 cm donc on ne va pas faire de miracle en terme de taille, sauf si nous avons eu le livre en main…

C’est un ancien article posté en 2012 que je remets en avant aujourd’hui.

« Monsieur X, ce Photographe anonyme a laissé derrière lui plus de cinq mille clichés datant des années folles. Autour d’une passion: les femmes et leur sexe. Baptisé ainsi par un le libraire à qui il avait vendu son fond photographique, puisqu’il n’ avait jamais pu l’identifier , ses clichés ont été découverts il y a une quarantaine d’années , fortuitement par un acheteur au sein de cette dite librairie . Le propriétaire possédait des caisses de photos de l’inconnu, à qui Monsieur X avait en vendant,   certifié qu’il jetait ses négatifs dans la Seine, rendant impossible toute reproduction.  Pourtant il restait grand nombre de planches contact, qui après être passées dans plusieurs mains ont été rachetées par Alexandre Dupouy, ( propriétaire de galerie Les Larmes d’Eros et qui a ecrit plusieurs livre à son sujet), intrigant le « milieu »de la photographie . C’est grâce à ce dernier que Monsieur X est aujourd’hui une figure de la photographie érotique , il a d’ailleurs choisit de ne pas chercher à l’identifier, mais on sait qu’il est probablement mort Il est décédé vers 1980 .

C’est donc un photographe des années 20-30s, inspiré par les grands photographes de l’époque tel que Brassaï par exemple. On retrouve des photographies noir et blanc, sépia, mais aussi des autochromes Monsieur X apparaît sur certaines planches ,plutôt bel homme d’ailleurs , aux côtés de femmes nues( on le voir dans une glace) .Derrière les planches contact, quarante-neuf prénoms, à réciter comme un poème surréaliste: «Andrée, Angèle, Babette, Cécile, Charlotte, Christiane, Colette, Denise, Didich, Etiennette, Fanfan, Gaby»… jusqu’à «Yasmina, Yvonne et Zita». Monsieur X est  un  » fou »  du sexe de la femme, et des femmes qui, pour lui plaire, exhibent leur sexe devant son objectif . Sa posture préférée: une ou deux femmes en exhibant une autre. Alexandre Dupouy, écrit de lui qu’il est « fasciné par le tableau de Courbet L’Origine du Monde , et qu’il en fait une déclinaison photographique « .Ses modèles, à l’évidence, étaient pensionnaires dans une maison close tenue par un de ses amis Masculin. Monsieur X, ne « batifolait » pas si l’on puis dire avec ces jeunes femmes prostitué. Il rémunérait en effet ses modèles pour qu’elles s’amusent entre elles. C’est une façon de « batifoler » comme une autre me direz vous, lorsqu’on est un voyeur, fasciné par le sexe de la femme, et à la fois photographe amateur, dans un bordel , où les fantasmes sont multiples. Il les photographie aussi en plein air, et ce parfois avec des mises en scènes très académiques. Ses photographies sont d’une rare qualité quant à la mise en scène et au cadrage pour un amateur.ils le photographies aussi en plein air, et ce parfois avec des mises en scènes très académiques. »  Alexandre Dupuy avec quelques note en plus rajoutée.

Lire et acheter  ce livre  dont le texte est issu, si vous le pouvez (on le trouve d’occasion pour une somme modique sur les sites bien connus) . Alexandre Dupouy, « Collection privée de Monsieur X, L’oeuvre Inedite D’un Photographe Anonyme Des Années 30 »,   Ed°Astarte Paris, 1996. voir la dernière photo, et existe un autre livre de lui sur le sujet à consulter égalément.

Monsieur X-Deux filles nues de maison close et gravure sur négatif ,France, 1930

Monsieur X-Deux filles nues de maison close et gravure sur négatif ,France, 1930

Monsieur X Femme à la canne 1930

Monsieur X Femme à la canne 1930

Monsieur X - Nu erotique , vers 1930

Monsieur X – Nu erotique , vers 1930

Monsieur X - Nu, femme de maison ,1930s

Monsieur X – Nu, femme de maison ,1930s  ( ???)

Monsieur X - Deux femmes de maison close,1925-30

Monsieur X – Deux femmes de maison close,1925-30

Monsieur X - Deux femmes de maison close, 1925

Monsieur X – Deux femmes de maison close, 1925

Monsieur X - Deux femmes de maison close  , 1930

Monsieur X – Deux femmes de maison close , 1925-30

Monsieur X - Trois femmes de maison close , 1930

Monsieur X – Trois femmes de maison close , 1930

Monsieur X - les deux amies 1930

Monsieur X – les deux amies 1930

Monsieur X - Contemplation, ca. 1935

Monsieur X – Contemplation, 1935

Monsieur  X- Rêverie, ca. 1930

Monsieur X- Rêverie, . 1930

monsieur X- Deux femmes, 1925.

monsieur X- Deux femmes de maison close, 1925.

Monsieur X - Nu allongé, 1930

Monsieur X – Nu allongé, 1930

Monsieur X - Nu erotique ,femme de maison alangie 1930

Monsieur X – Nu erotique ,femme de maison alanguie 1930

Monsieur X- Jeune femme au chapeau, 1930 1

Monsieur X- Jeune femme au chapeau, 1930

Monsieur X -jambes écartées 1930

Monsieur X -jambes écartées 1930

Monsieur X Filles de maisons closes en nuisette, vers 1930

Monsieur X Filles de maisons closes en nuisette, vers 1930

Monsieur X Filles de maisons closes enlacées, vers 1930

Monsieur X Filles de maisons closes enlacées, vers 1930

Monsieur X -Fille de maison close au miroir, vers 1930

Monsieur X -Fille de maison close au miroir, vers 1930

Monsieur X - ransparence de dentelle,  1930

Monsieur X – ransparence de dentelle, 1930

Monsieur X - Trois Graces, 1925

Monsieur X – Trois Graces, 1925

Monsieur X – Baisers 1930

Monsieur X – Baisers
1930

Monsieur X -  Acrobatie, 1930

Monsieur X – Acrobatie, 1930

Monsieur X- Femmes espiègles 1930

Monsieur X- Femmes espiègles 1930

Monsieur X Femme au fume cigarette 1930

Monsieur X Femme au fume cigarette 1930

Monsieur X -Sur la chaise 1930

Monsieur X -Sur la chaise 1930

Monsieur X - Femme À L'arbre, 1935

Monsieur X – Femme À L’arbre, 1935

Monsieur X Dans le Bois de Vincennes 1930

Monsieur X Dans le Bois de Vincennes 1930

Monsieur X - Nus et voiture dans la foret , 1930

Creditée Monsieur X – Nus et voiture dans la foret , 1930 sur liveactionner et rectification de Monsieur Dupuy ( Biederer Ostra studio…)

Monsieur X - Nus et voiture dans la foret , 1930

Creditée Monsieur X – Nus et voiture dans la foret , 1930 sur liveactionner et rectification de Monsieur Dupuy ( Biederer Ostra studio…)

Monsieur X- Deux filles de maisons closes, dans un près vers 1930

Monsieur X- Deux filles de maisons closes, dans un près vers 1930

Monsieur X Trois filles de maisons closes s'amusant dans un près, vers 1930

Monsieur X Trois filles de maisons closes s’amusant dans un près, vers 1930

Monsieur X Trois filles de maisons closes s'amusant dans un près, vers 1930

Monsieur X Trois filles de maisons closes s’amusant dans un près, vers 1930

Monsieur X Trois filles de maisons closes s'amusant dans un près, vers 1930

Monsieur X Trois filles de maisons closes s’amusant dans un près, vers 1930

Monsieur X Fille de maison close dans un sous-bois, vers 1930.

Monsieur X Fille de maison close dans un sous-bois, vers 1930.

Monsieur X Filles de maison close dans un sous-bois, vers 1930.

Monsieur X Filles de maison close dans un sous-bois, vers 1930.

Monsieur X - Portraits de femmes. Scènes de famille, c. 1930.

Monsieur X – Portraits de femmes. Scènes de famille,  1930.

Monsieur X - Portraits de femmes. Scènes de famille, c. 1930. - Copie

Monsieur X – Portraits de femmes. Scènes de famille, . 1930.

Alexandre Dupouy, Collection privée de Monsieur X, L'oeuvre Inedite D'un Photographe Anonyme Des Annees 30,   Ed°Astarte Paris, 1996.

Alexandre Dupouy, Collection privée de Monsieur X, L’oeuvre Inedite D’un Photographe Anonyme Des Annees 30, Ed°Astarte Paris, 1996.

suite au prochain épisode….