René Magritte

La Fidélité des Images,

Titres et dates donnés par Louis Scutenaire à l’occasion de l’exposition « La Fidélité des Images, René Magritte, Le cinématographe et la photographie », Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles, 14.05.1976

René MagritteLes Voyantes (The Clairvoyants), La Fidélité des Images, 1930

René Magritte Les Voyantes (The Clairvoyants), La Fidélité des Images, 1930

René Magritte- Dieu, le huitième jour , avec Le rendez-vous inachevé sur ses genoux, (God, the Eight Day), from the portfolio René Magritte La Fidélité des Images , Jette (Bruxelles)

René Magritte- Dieu, le huitième jour , avec Le rendez-vous inachevé sur ses genoux, (God, the Eight Day), from the portfolio René Magritte La Fidélité des Images , Jette (Bruxelles)

René Magritte -Dieu le huitieme jour, 1937 premier développement ( from La Fidélité des Images)

René Magritte -Dieu le huitieme jour, 1937 premier développement ( from La Fidélité des Images)

René Magritte- L'ombre et son ombre , nd (1945-50) La Fidélité des Images

René Magritte- L’ombre et son ombre , nd (1945-50) La Fidélité des Images

René Magritte- L'amour, 1928 La Fidélité des Images

René Magritte- L’amour, 1928 La Fidélité des Images

René Magritte- La Reine Sémiramis, 1947 La Fidélité des Images

René Magritte- La Reine Sémiramis, 1947 La Fidélité des Images

René Magritte- L'etoile de pierre, 1935 La Fidélité des Images

René Magritte- L’etoile de pierre, 1935 La Fidélité des Images

René Magritte-Le Jugement Dernier , 1935 La Fidélité des Images

René Magritte-Le Jugement Dernier , 1935 La Fidélité des Images

René Magritte-La mort des fantômes , 1928

René Magritte-La mort des fantômes , 1928

René Magritte-La fidélité des images- Le bouquet,Georgette et René Magritte, rue Esseghem Jette (Bruxelles), 1937chez Paul Nougé. Photo de René Magritte ou de Paul Nougé.

René Magritte-La fidélité des images- Le bouquet,Georgette et René Magritte, rue Esseghem Jette (Bruxelles), 1937chez Paul Nougé. Photo de René Magritte ou de Paul Nougé.

René Magritte-La fidélité des images- L'énigme,Angèle Sanders, René Magritte, Louis Scutenaire, Irène Hamoir et Paul Colinet. Bruxelles, 01.1950

René Magritte-La fidélité des images- L’énigme,Angèle Sanders, René Magritte, Louis Scutenaire, Irène Hamoir et Paul Colinet. Bruxelles, 01.1950

René Magritte- La belle journeée(The Beautifull Journey) , Lessines, August 1933, La Fidélité des Images

René Magritte- La belle journeée(The Beautifull Journey) , Lessines, August 1933, La Fidélité des Images

René Magritte-La fidélité des images- La création des images,Georgette Magritte avec son chien Le Perreux-sur-Marne (Paris), 1928

René Magritte-La fidélité des images- La création des images,Georgette Magritte avec son chien Le Perreux-sur-Marne (Paris), 1928

René Magritte-La fidélité des images- Le crépuscule, Georgette Magritte, une perruche sur l'épauleJette (Bruxelles), 1937

René Magritte-La fidélité des images- Le crépuscule, Georgette Magritte, une perruche sur l’épauleJette (Bruxelles), 1937

René Magritte-La fidélité des images- Le rendez-vous, georgette magritte, Bruxelles, 1938_

René Magritte-La fidélité des images- Le rendez-vous, georgette magritte, Bruxelles, 1938

René Magritte- la marchande de sable , 1936_La Fidélité des Images

René Magritte- la marchande de sable , 1936 La Fidélité des Images

René Magritte -La vengeance de la mort, 1914

René Magritte -La vengeance de la mort, 1914

random dance

Herman Mishkin- portrait of Anna Pavlova , nd

Sture Ekstrand Tre dansöser 1925

Sture Ekstrand Tree dansöser 1925

MADAME D’ORA DORA KALLMUS (1881–1963) ARTHUR BENDA (1885–1969) Bodenwieser-Schule, Vienna 1925 Vintage silver print

MADAME D’ORA DORA KALLMUS (1881–1963) ARTHUR BENDA (1885–1969) Bodenwieser-Schule, Vienna 1925 Vintage silver print

Anonyme- La danse des femmes, vers 1930- , Tirage cartoline ( Ebay)

Anonyme- La danse des femmes, vers 1930- , Tirage cartoline ( Ebay)

Arthur Benda, Der Tanz mit den goldenen Scheiben (The Dance with the Golden Disks), 1931 courtesy of the Museo d’Arte Moderna di Bologna

Arthur Benda, Der Tanz mit den goldenen Scheiben (The Dance with the Golden Disks), 1931 courtesy of the Museo d’Arte Moderna di Bologna

Byron Company - Two of Marion Morgan's dancers with flowing scarf, posing on rocks at the beach Rye, New York. 1920

Byron Company – Two of Marion Morgan’s dancers with flowing scarf, posing on rocks at the beach Rye, New York. 1920

Swinney ( source nypl) dancers partnering each other in mirror pose, 1920s

Swinney ( source nypl) dancers partnering each other in mirror pose, 1920s

 

Herman Mishkin- portrait of the Contortionist and Egyptian Dancer, Kyra, at the theathtre Winter Garden, 1920

Herman Mishkin- portrait of the Contortionist and Egyptian Dancer, Kyra, at the theathtre Winter Garden, 1920

E.O. Hoppé- Anna May Wong’s hands , 1925-26

E.O. Hoppé- Anna May Wong, 1926 © E.O. Hoppé Corbis

E.O. Hoppé- Anna May Wong, 1926 © E.O. Hoppé Corbis

E.O. Hoppé- Anna May Wong, 1925-26 © E.O. Hoppé Corbis

E.O. Hoppé- Anna May Wong, 1925-26 © E.O. Hoppé Corbis

E.O. Hoppé- Anna May Wong, 1925 © E.O. Hoppé Corbis

E.O. Hoppé- Anna May Wong, 1925 © E.O. Hoppé Corbis

E.O. Hoppé- Anna May Wong, 1925 © E.O. Hoppé Corbis

je l’ai ai achetées donc je les marque puisque personne n’est capable , sauf les bons !!! de citer ses sources; je découvre des sites comme je ne le citerai pas, ( pas de pub pour lui) où mon blog en entier y est!!! Des magazines comme juxtapoz sinon, et ne parlons de the redlist là c’est le bouquet !!!!!

Cela en est assez des personnes qui se servent, qui ne se demandent pas si l’on paie pour avoir ces photos, si on achète des livres, si on redimensionne les photographies, si on les nettoie.

Le self service gratuit. Je dis Non.

Ruth Bernhard

« Light is my inspiration, my paint and brush. It is as vital as the model herself. Profoundly significant, it caresses the essential superlative curves and lines. Light I acknowledge as the energy upon which all life on this planet depends ».

Ruth Bernhard

Ruth Bernhard est né à Berlin en 1905. En 1927, après deux ans à l’Académie de Berlin de l’art, Ruth a déménagé à New York où elle a commencé à poursuivre sérieusement une carrière dans la photographie.Huit ans plus tard, elle a rencontré Edward Weston en Californie et a été profondément ému par son travail.Il lui a révélé le potentiel créatif profonde de la photographie et de ses implications artistiques.Désireux de travailler avec lui, elle a déménagé à la côte Ouest peu après.
En 1953, elle se installe à San Francisco et est devenu un collègue d’Ansel Adams, Imogen Cunningham, Minor White et Wynn Bullock. Elle a enseigné et dirigé des master classes à travers les États-Unis à travers son 95e anniversaire.

C’est à l’âge de 24 ans que Ruth se met à la photographie professionnelle. En 1929, elle a prend un emploi en tant qu’ assistante de développement pour le magazine NewYorkais The Delineator, travaillant sous la supervision de Ralph Steiner. Mais elle n’ était pas très heureux dans cette fonction et rapidement elle quitte cet emploi. Avec son indemnité de départ, elle s’ achète un appareil photo  et elle  commence à prendre des portraits des amis de son père ( un cercle de designers et d’artisans.)

En 1935, Ruth  rencontre Edward Weston sur une plage de Santa Monica, en Californie. C’est une rencontre qui va transformer et élever l’ensemble sa perception de la photographie. «Je n’ étais pas préparée pour une telle expérience , dira-t-elle.  Voir ses photos pour la première fois fût pour moi quelque chose d écrasant. C’ était comme l’apparition de la foudre dans l’obscurité [ … ] Là,  devant moi se tenait la preuve irréfutable de ce que je avais cru possible ».

si vous souhaitez en savoir plus sur sa biographie son oeuvre le wilkipedia qui lui est consacré est bien fait

Ruth Bernhard- Neck Study, 1958

Ruth Bernhard- Neck Study, 1958

Ruth Bernhard - Against The Light, 1951.

Ruth Bernhard – Against The Light, 1951.

Ruth Bernhard -At the Pool, 1951

Ruth Bernhard -At the Pool, 1951

Ruth Bernhard - Virginia with Mirror , [Profiles { study of nude with veil}] ,1967

Ruth Bernhard – Virginia with Mirror , [Profiles { study of nude with veil}] ,1967

Ruth Bernard- Bride II, 1968

Ruth Bernard- Bride II, 1968

RUTH BERNHARD -Transparent, 1968 [Gelatin silver print, printed later]

Ruth Bernard- -Transparent, 1968 [Gelatin silver print, printed later]

Ruth Bernhard - Enigma, 1970

Ruth Bernhard – Enigma, 1970

Ruth Bernhard – « In the Waves », 1945

Ruth Bernhard – « In the Waves », 1945

Ruth Bernhard - Sand Dune, 1967

Ruth Bernhard – Sand Dune, 1967

Ruth Bernhard - Perspective II, 1967

Ruth Bernhard – Perspective II, 1967

Ruth Bernhard- Triangles, 1946

Ruth Bernhard- Triangles, 1946

 Ruth Bernhard, Balancing, 1971

Ruth Bernhard, Balancing, 1971

Ruth Bernhard -Perspective, 1967

Ruth Bernhard -Perspective, 1967

Ruth Bernhard- Knees and Arm, 1976

Ruth Bernhard- Knees and Arm, 1976

Ruth Bernhard -Hips Horizontal ,1975

Ruth Bernhard -Hips Horizontal ,1975

Ruth Bernhard- Folding, 1962

Ruth Bernhard- Folding, 1962

Crossover, 1969

Crossover, 1969

Ruth Bernhard- Carmen, dancer in repose, 1951 from eternal body

Ruth Bernhard- Carmen, dancer in repose, 1951 from eternal body

Ruth Bernhard -At rest, nd

Ruth Bernhard -At rest, nd

Ruth Bernhard - Configuration, 1962

Ruth Bernhard – Configuration, 1962

Ruth Bernhard, Rockport Nude, 1947

Ruth Bernhard, Rockport Nude, 1947

Ruth Bernhard -Abstract Torso,1947

Ruth Bernhard -Abstract Torso,1947

Ruth Bernhard - Seated Figure, 1972.

Ruth Bernhard – Seated Figure, 1972.

Ruth Bernhard - Female Nude with Crossed Arms

Ruth Bernhard – Female Nude with Crossed Arms

Ruth Bernhard. In the Box, 1962.

Ruth Bernhard. In the Box, 1962.

Ruth Bernhard - In the Box, Vertical, 1962

Ruth Bernhard – In the Box, Vertical, 1962

Ruth Bernhard - Embryo, 1934

Ruth Bernhard – Embryo, 1934

Ruth Bernhard - In circle, 1934

Ruth Bernhard – In circle, 1934

Ruth Bernhard - Nude bowl, 1934

Ruth Bernhard – Nude bowl, 1934

Ruth Bernhard- Veiled Nude, 1968 From her book The Eternal Body

Ruth Bernhard- Veiled Nude, 1968 From her book The Eternal Body

Ruth Bernhard- Silk, 1968

Ruth Bernhard- Silk, 1968

Ruth Bernhard - Silk, 1968

Ruth Bernhard – Silk, 1968

Ruth Bernhard- Wet Silk, 1938

Ruth Bernhard- Wet Silk, 1938

Ruth Bernhard- Symbiosis, 1971

Ruth Bernhard- Symbiosis, 1971

Ruth Bernhard- untitled , 1953

Ruth Bernhard- untitled , 1953

« My quest, through the magic of light and shadow, is to isolate, to simplify and to give emphasis to form with the greatest clarity. To indicate the ideal proportion, to reveal sculptural mass and the dominating spirit is my goal. »

Ruth Bernhard

Ruth Bernhard-Dancer,1951 The Eternal Body.

Ruth Bernhard-Dancer,1951 The Eternal Body.

Ruth Bernhard- Profile, 1967 From The Eternal Body

Ruth Bernhard- Profile, 1967 From The Eternal Body

Ruth Bernhard Nude in Box, 1962 from eternal body

Ruth Bernhard Nude in Box, 1962 from eternal body

Ruth Bernard- Golden Light, 1960

Ruth Bernard- Golden Light, 1960

Ruth Bernard- Golden Light, 1960 ( black and white print)

Ruth Bernard- Golden Light, 1960 ( black and white print)

« For me, the creation of a photograph is experienced as a heightened emotional response, most akin to poetry and music, each image the culmination of a compelling impulse I cannot deny. Whether working with a human figure or a still life, I am deeply aware of my spiritual connection with it. In my life, as in my work, I am motivated by a great yearning for balance and harmony beyond the realm of human experience, reaching for the essence of oneness with the Universe. »

Ruth Bernhard

Ruth Bernhard Cover and one plate from porfolio of 6 Nudes by Ruth Bernhard,printed in 1968

Ruth Bernhard Cover and one plate from porfolio of 6 Nudes by Ruth Bernhard,printed in 1968

Ruth Bernhard One plate from porfolio of 6 Nudes by Ruth Bernhard,printed in 1968 1

Ruth Bernhard One plate from porfolio of 6 Nudes by Ruth Bernhard,printed in 1968

Ruth Bernhard Two plates from porfolio of 6 Nudes by Ruth Bernhard,printed in 1968 1

Ruth Bernhard Two plates from porfolio of 6 Nudes by Ruth Bernhard,printed in 1968

Ruth Bernhard Two plates from porfolio of 6 Nudes by Ruth Bernhard,printed in 1968 1

Ruth Bernhard Two plates from porfolio of 6 Nudes by Ruth Bernhard,printed in 1968

Ruth Bernhard Two plates from porfolio of 6 Nudes by Ruth Bernhard,printed in 1968 1

Ruth Bernhard Two plates from porfolio of 6 Nudes by Ruth Bernhard,printed in 1968

The Eternal boby pas cher d’accasion sur amazon par exemple un bon investissement

Ruth Bernhard by John Swannell , 1992

Ruth Bernhard Double by Marguaretta Mitchell

Ruth Bernhard Double by Marguaretta Mitchell

All artwork is copyright of the respective artist or estate.

Ida Rubinstein

La belle Ida Rubinstein des Ballets Russes, est née en Russie en 1885, elle n’était pas seulement une grande figure à l’intérieur de Ballet Russes, mais une icône de la Belle Époque.

Avec peu de formation officielle, elle est passée de figurante dans son premier rôle dans «Salomé», de Diaghilev ( dirigeant les Ballets Russes ) à Vedette grâce à ce dernier, qui lui offrit le premier rôle dans Cléopâtre. en effet, aidée par Mikhail Fokine, elle fait ses débuts en 1908, lors d’ un spectacle privé de Salomé d’Oscar Wilde, dans lequel elle s’est dénudée au cours de la Danse des sept voiles.
Sergei Diaghilev l’engage dans les Ballets Russes et elle a dansé le rôle-titre de Cléopâtre dans la saison de Paris de 1909, et Zobéide en Scherezade en 1910. Scherezade était admiré à l’époque pour sa sensualité racée et somptueuse mise en scène, mais de nos jours il est rarement effectué; au goût du jour, il est considéré comme trop d’une pantomime et son orientalisme alors à la mode semble daté.

Rubinstein fût beaucoup célébrée dans l’art, elle est devenue une véritable Muse, et a été peinte, sculptée, par de nombreux artistes , Valentin Serov, Demetre Chiparus , Antonio de La Gandara notamment,Mais surtout par sa compagne La peintre Romaine Brooks , avec laquelle elle eu une liaison durant trois années

Après avoir quitté les Ballets Russes, Rubinstein forme sa propre compagnie de danse, et chorégraphie plusieurs productions somptueuses. En 1911, elle a joué dans Le Martyre de Saint Sébastien. C’était à la fois un triomphe pour son modernisme stylisé et un scandale, l’archevêque de Paris interdit aux catholiques d’y assister en invoquant le fait Saint-Sébastien était joué par une femme et un Juif.

Après la Première Guerre mondiale, Rubinstein est apparu dans un certain nombre de pièces de théâtre, et dans le Istar de Staat à l’Opéra de Paris en 1924. Entre 1928 et 1929, elle a dirigé sa propre entreprise à Paris avec Nijinska en tant que chorégraphe. Elle a commandé et joué dans Boléro de Maurice Ravel en 1928. Elle a fermé l’entreprise en 1935, et a donné sa dernière performance dans le jeu Jeanne d’Arc au bûcher à Paris, 1939 et elle par ailleurs joué dans des films muets.

Ida Rubinstein in the role of Salome (French Photographer)© Bridgeman Art Library - Private Collection

Eugène Druet- Ida Rubinstein in the role of Salome, 1908  (French Photographer)© Bridgeman Art Library – Private Collection [  Translated into Russian from the verse drama by Oscar Wilde Music by Alexander Gazunov, Director of the St. Petersburg Conservatory Choreography by Mikhail Fokine Costumes and Production designed by Léon Baskt]

Eugène Druet- Ida Rubinstein in the role of Salome, 1908 (French Photographer)© Bridgeman Art Library – Private Collection [ Translated into Russian from the verse drama by Oscar Wilde Music by Alexander Gazunov, Director of the St. Petersburg Conservatory Choreography by Mikhail Fokine Costumes and Production designed by Léon Baskt]

Ida Rubinstein- CleopatrE, 1909

Ida Rubinstein- CleopatrE, 1909 [Music by Arensky, Glazunov, Glinka, and Mussorgsky Music for Cléopâtre’s disrobing scene: Mlada by Rimsky-Korsakov Choreography by Mikhail Fokine Costumes and Decor by Léon Baskt Produced by Serge Diaghilev, Serge Lifar, Gabrielle Astruc (and others)]

Ida Rubinstein- Cleopatre, 1909

Ida Rubinstein- Cleopatre, 1909

ida rubinstein as zobeida in schéhérazade (diaghilev, 1910)

Ida Rubinstein as zobeida in Schéhérazade, 1910, [Written by Alexandre Benois. Music by Rimsky-Korsakov. Choreography by Mikhail Fokine. Costumes and set design by Léon Bakst. Produced by Serge Diaghilev.]

Ida Rubinstein in Scheherazade 1910

Ida Rubinstein in Scheherazade 1910

Ida Rubinstein dans Séhérazade en 1910

Ida Rubinstein dans Séhérazade en 1910

Ida Rubinstein dans Séhérazade en 1910

Ida Rubinstein dans Séhérazade en 1910

Ida Rubinstein dans Séhérazade en 1910

Ida Rubinstein dans Séhérazade en 1910

Ida Rubinstein- Cleopatre, New -York Tribune, 17 October 1920

Ida Rubinstein- Cleopatre, New -York Tribune, 17 October 1920

James Abbe- Ida Rubinstein, 1921

James Abbe- Ida Rubinstein, 1921

Ida Rubinstein still from La Nave ( silent movie),1921

Ida Rubinstein still from La Nave ( silent movie),1921

James Abbe- Ida Rubinstein- Abbe Phaedre, 1923

James Abbe- Ida Rubinstein-  Phaedre, 1923

James Abbe- Ida Rubinstein, 1923 2

James Abbe- Ida Rubinstein, 1923

James Abbe- Ida Rubinstein- Abbe Phaedre, 1923

James Abbe- Ida Rubinstein- Phaedre, 1923

James Abbe- Ida Rubinstein- Phaedre, 1923

James Abbe- Ida Rubinstein- Phaedre, 1923

Ida Rubinstein in, Semiramis, by Boris Lipnitski, 1934.

Ida Rubinstein in, Semiramis, by Boris Lipnitski, 1934.

Ida Rubinstein in, Semiramis, by Boris Lipnitski, 1934.

Ida Rubinstein in, Semiramis, by Boris Lipnitski, 1934.

Ida Rubinstein en tenue de cavalière par Madame d'Ora, 1920s - Copie

Ida Rubinstein en tenue de cavalière par Madame d’Ora, 1920s

Ida Bubinstein, 1930

Ida Bubinstein, 1930

Ida Bubinstein, by Romaine Brooks

Romaine Brooks,Ida Bubinstein, 1911-12

Romaine Brooks,Ida Bubinstein, 1911-12

Romaine Brooks- La Venus Triste, 1914

Romaine Brooks- La Venus Triste, 1914

Romaine Brooks-Le Trajet, 1911

Romaine Brooks-Le Trajet, 1911

Romaine Brooks -The Cross of France, Ida Rubinstein , 1914

Romaine Brooks -The Cross of France, Ida Rubinstein , 1914

Romaine Brooks - Esquisse d'Ida Rubinstein, 1912

Romaine Brooks – Esquisse d’Ida Rubinstein, 1912

Romaine Brooks Ida Rubinstein 1917 - Copie

Romaine Brooks Ida Rubinstein 1917

Valentin Serov - Portrait of Ida Lvovna Rubinstein (as Salome), 1910

Valentin Serov – Portrait of Ida Lvovna Rubinstein (as Salome), 1910

 

Byron Company – Marion Morgan’s dancers

Byron Company -Marion Morgan's Dancers posing on the beach, Rye, New York. , 1920

Byron Company -Marion Morgan’s Dancers posing on the beach, Rye, New York. , 1920

Byron Company - Marion Morgan's dancers posing on rocks at the beach Rye, New York, 1920

Byron Company – Marion Morgan’s dancers posing on rocks at the beach Rye, New York, 1920

Athur Vitols for Byron Company - Marion Morgan's dancers posing on rocks at the beach Rye, New York, 1920

Athur Vitols for Byron Company – Marion Morgan’s dancers posing on rocks at the beach Rye, New York, 1920

Byron Company - One of Marion Morgan's dancers with a long, diaphanous scarf flowing in the sea breeze, posing on rock at the beach Rye, New York. 1920

Byron Company – One of Marion Morgan’s dancers with a long, diaphanous scarf flowing in the sea breeze, posing on rock at the beach Rye, New York. 1920

Byron Company - Two of Marion Morgan's dancers with flowing scarf, posing on rocks at the beach Rye, New York. 1920

Byron Company – Two of Marion Morgan’s dancers with flowing scarf, posing on rocks at the beach Rye, New York. 1920

Byron Company - one of the Marion Morgan's Dancers posing on the rock, Rye, New York. , 1920

Byron Company – one of the Marion Morgan’s Dancers posing on the rock, Rye, New York. , 1920

Athur Vitols for Byron Company -One of Marion Morgan's dancers posing on rocks at the beach Rye, New York, 1920

Athur Vitols for Byron Company -One of Marion Morgan’s dancers posing on rocks at the beach Rye, New York, 1920

Athur Vitols for Byron Company - Byron Company - Marion Morgan's Dancers, Three Girls and Reflections in Water. Photographs, Prints & Drawings 1917

Athur Vitols for Byron Company – Byron Company – Marion Morgan’s Dancers, Three Girls and Reflections in Water. Photographs, Prints & Drawings 1917

Athur Vitols for Byron Company -Marion Morgan's Dancers, Girl Washed Up on the Beach, August, 1917

Athur Vitols for Byron Company -Marion Morgan’s Dancers, Girl Washed Up on the Beach, August, 1917

some others photographs of  The Marion Morgan dancers by Genthle Here

Maurice Beck (1886- 1960)

Maurice Beck (1886- 1960). l était un photographe et designer. Pendant les années 1920, il fût le photographe en chef du Vogue britannique et a créé un certain nombre de couvertures de magazines photographiques.Il a ensuite collaboré avec Helen MacGregor et ont travaillé ensemble dans un studio à Marylebone où ils étaient les principaux photographes deVanity Fair dans le milieu des années 20.Ils avaient une manière toute particulière de « placer » leurs lumières( effet aléatoire d’ombre par exemple)
En 1933, il a conçu une grande affiche de photomontage pour l’Empire Marketing Board.Et dans le milieu des années 30 il conçut plusieurs affiches pour le métro à Londres (1930-1934) [ voir ici] et a continué son travail de photographe en solo. il a à cette période produit de somptueux nus.

Maurice Beck & Helen Macgregor - Miss Laurie Divine In Dance , Little Lady . Mask by Oliver Messel, 1928

Maurice Beck & Helen Macgregor – Miss Laurie Divine In ” Dance , Little Lady ” . Mask by Oliver Messel, 1928

Maurice Beck and MacGregor - Nude, 1925

Maurice Beck and MacGregor – Nude, 1925 ( photomontage)

Maurice Beck. Plongeon-(photogravure). 1933. reprend une partie de la photo de 1925 réalisé avec helen Mac Gregor

Maurice Beck. Plongeon-(photogravure). 1933. reprend une partie de la photo de 1925 réalisé avec helen Mac Gregor ci dessus.

Maurice Beck. Comparaison. Vintage photogravure. c1933._e

Maurice Beck. Comparaison. Vintage photogravure. c1933

Maurice Beck- Etude,Sheet-fed Gravure,1933

 

Maurice beck-La danseuse,1933

Maurice beck-La danseuse,1933

 

Maurice Beck- Nude, ( pose) photogravure, 1933

Maurice Beck- Nude, ( pose) photogravure, 1933

N. Taylor.Todd

N. Taylor.Todd- Portefolio Vanity Nude photographs siver print, 1938

N. Taylor.Todd-  Untitled, Portefolio Vanity Nude photographs silver print, 1938

N. Taylor.Todd- Portefolio Vanity Nude photographs siver print, 1938

N. Taylor.Todd-  « before the dressing table « , Portefolio Vanity Nude photographs silver print, 1938

N. Taylor.Todd- Portefolio Vanity Nude photographs siver print, 1938

N. Taylor.Todd- Vanity , Portefolio Vanity Nude photographs siver print, 1938

N. Taylor.Todd- Portefolio Vanity Nude photographs siver print, 1938

N. Taylor.Todd- Portefolio Vanity Nude photographs siver print, 1938

N. Taylor.Todd- Portefolio Vanity Nude photographs siver print, 1938

N. Taylor.Todd- Portefolio Vanity Nude photographs siver print, 1938

Joan Vilatobà (Sabadell, 1878-1954)

La vie, l’érotisme et la mort

 

Issu d’une famille aisée à Sabadell, John Vilatobà est arrivé dans l’histoire comme l’un des principaux précurseurs du pictorialisme photographique en Catalogne et dans toute l’Espagne. Tout dans le travail de Vilatobà est pictural. Ses images sont comme des dessins au fusain qui cachent des natures mortes et des portraits de vanité ,  de paysages, et clair-obscur, aussi vifs que la peinture.  Avec un esprit progressiste et créatif, Vilatobà commença à fréquenter les cercles artistiques et républicains de Sabadell dès son jeune âge, temps où  il a également commencé à se consacrer à la peinture et il a d’ailleurs débuté sa carrière en tant que peintre. 

Joan Vilatobà i Fígols Sin título Gelatina de plata sobre papel pegado a paspartú , nd balclis.com

Joan Vilatobà i Fígols Sin título Gelatina de plata sobre papel pegado a paspartú , nd balclis.com

 

En 1898,il est convoqué pour son  service militaire, et décide de fuir le pays. Déserter l’armée a changé sa vie pour toujours, et d’une manière insoupçonnée.  l’Espagne était dans une guerre au Maroc,  mais guidé sur ses convictions fermes républicaines et pacifistes, Vilatobà a pris de partir fuir et de se refuger à Toulouse. il traversera la France jusqu’à Paris, qui lui ouvre les portes de la scène culturelle européenne de l’époque, en le  mettant en contact avec des courants picturaux comme l’impressionnisme et ce qui est plus important avec l’art encore jeune de la photographie pictorialiste, Il va se mettre a en utiliser les techniques  (bromure ,  dichromate de gomme et de charbon ).

 

C’est à Londres qu’ en 1901, il ouvre un studio . Ainsi, en plus des portraits et documentaires, on trouve aussi de lui à cette époque la photo en plein air, qui sont les paysages dont émanent  une sorte  d’aura et desérénité bucolique des peintres comme Millet, Pisarro ou Urgel.

Ses photographies avec des figures humaines comme protagonistes,elles étaient réalisées dans son studio montrant souvent des portraits féminins avec un style chargé de sensualité et d’érotisme ou  compositions de deux ou de plus de personnages,(de jeunes femmes, vieillards, garçons …) disposées dans les compositions qui ne sont pas sans nous rappeler aux compositions de la peinture de l’époque, et c’est plutôt cet aspect de son travail que je vous propose aujourd’hui.

Joan Vilatoba - naked veiled and skull (vanity) , 1904-05 © herederos ( descendants) de Joan Vilatoba.

Joan Vilatoba – naked veiled and skull (vanity) , 1904-05 © herederos ( descendants) de Joan Vilatoba.

Joan Vilatoba -Where in the Sky Will I Find You, 1915 © herederos ( descendants) de Joan Vilatoba.

Joan Vilatoba -Where in the Sky Will I Find You, 1915 © herederos ( descendants) de Joan Vilatoba.

Joan Vilatobà. En quin punt del cel et trobaré (a quel moment vais-je trouver le ciel ) , circa 1903-1904©herederos ( descendants) de Joan Vilatoba. Corto

Joan Vilatobà. En quin punt del cel et trobaré (a quel moment vais-je trouver le ciel ) , circa 1903-1904©herederos ( descendants) de Joan Vilatoba. Corto

Joan Vilatoba - Untitled, 1904-05 © herederos ( descendants) de Joan Vilatoba. Cortosia Galery A34

Joan Vilatoba – Untitled, 1904-05 © herederos ( descendants) de Joan Vilatoba. Cortosia Galery A34

Joan Vilatobà- nude with skrull 1903-1904© herederos ( descendants) de Joan Vilatoba.

Joan Vilatobà- nude with skrull 1903-1904© herederos ( descendants) de Joan Vilatoba.

Joan Vilatobà – Sin titulo 1904 via fotoconnexio

 

Joan Vilatobà 1904

Joan Vilatobà- Sin titulo, 1904

 

Joan Vilatobà 1902-1910. © herederos ( descendants) de Joan Vilatoba.

Joan Vilatobà 1902-1910. © herederos ( descendants) de Joan Vilatoba.

Joan Vilatobà- Portrait 1903-1905 © Museu Nacional d'Art de Catalunya

Joan Vilatobà- Portrait 1903-1905 © Museu Nacional d’Art de Catalunya

Joan Vilatobà- Portrait 1903-1904 © Museu Nacional d'Art de Catalunya

Joan Vilatobà- Portrait 1903-1904 © Museu Nacional d’Art de Catalunya

Joan Vilatobà- 1903-1905 © Museu Nacional d'Art de Catalunya

Joan Vilatobà- 1903-1905 © Museu Nacional d’Art de Catalunya

Joan Vilatobà – Sin titulo 1904

 

C’est cette époque,  que son travail le plus créateur a commencé à être connu et comparé à des artistes qui lui étaient   contemporains. Tout au  long de la première décennie du siècle il est gagné de nombreux prix  comme celui octroyé par la publication  dans « l’Ilustració Catalana », la médaille d’honneur de l’Exposition Nationale de Photographie de Madrid (en 1905) ou la médaille d’or de Grenade (à l’année suivante). Vilatobà n’a donc  pas tardé à devenir l’un des représentants principaux de la photographie pictorialiste,  courant qui cherchait à revendiquer à travers la photographie  comme un art, et une opposition à la photographie la plus conventionnelle (qui commençait à se populariser dans ces années grâce à la commercialisation de modèles distincts de chambres accessibles pour une bonne partie de public.)

Joan Vilatobà- Nude 1905-1910 © Museu Nacional d'Art de Catalunya

Joan Vilatobà- Nude 1905-1910 © Museu Nacional d’Art de Catalunya

Joan Vilatobà- Nude 1903-1905 © Museu Nacional d'Art de Catalunya

Joan Vilatobà- Nude 1903-1905 © Museu Nacional d’Art de Catalunya

Joan Vilatobà- 1903-1904 © Museu Nacional d'Art de Catalunya

Joan Vilatobà- 1903-1904 © Museu Nacional d’Art de Catalunya

Joan Vilatobà- Portrait 1904-1905 © Museu Nacional d'Art de Catalunya

Joan Vilatobà- Portrait 1904-1905 © Museu Nacional d’Art de Catalunya

Joan Vilatobà. Sin título, ca. 1903-1905. ©Herederos ( descendants) de Joan Vilatobà. Cortesía Galería A34

Joan Vilatobà. Sin título, ca. 1903-1905. ©Herederos ( descendants) de Joan Vilatobà. Cortesía Galería A34

Joan Vilatobà. Sin título, ca. 1903-1905. © Museu Nacional d'Art de Catalunya

Joan Vilatobà. Sin título, ca. 1903-1905. © Museu Nacional d’Art de Catalunya

Joan Vilatoba - Study of nude , 1904-10 © herederos ( descendants) de Joan Vilatoba. Cortosia Galery A34

Joan Vilatoba – Study of nude , 1904-10 © herederos ( descendants) de Joan Vilatoba. Cortosia Galery A34

Joan Vilatobà, Sin título, ca. 1903-1905. ©Herederos ( descendants) de Joan Vilatobà. Cortesía Galería A34

Joan Vilatobà, Sin título, ca. 1903-1905. ©Herederos ( descendants) de Joan Vilatobà. Cortesía Galería A34

 

 

 

Joan Vilatobà- nude 1903-1904 © Museu Nacional d'Art de Catalunya

Joan Vilatobà- nude 1903-1904 © Museu Nacional d’Art de Catalunya

Joan Vilatoba - Sense títol, circa 1903-1905, carbó © herederos ( descendants)de Joan Vilatobà . Cortosia Galery A34

Joan Vilatoba – Sense títol, circa 1903-1905, carbó © herederos ( descendants)de Joan Vilatobà . Cortosia Galery A34

 

 

Curieusement, et malgré  son grand  succès, Vilatobà  décidera d’abandonner la photographie en 1931, en se consacrant dès lors et ce jusqu’à sa mort en 1954 à l’enseignement, comme professeur.

 

La majeure partie de son travail se trouvent dans des musées comme le Musée d’art de Sabadell ( où il fût professeur de beaux-arts à l’Escola Industria) et le MNAC.

Joan Vilatoba - Autoportrait, 1904-05 © herederos ( descendants) de Joan Vilatoba. Cortosia Galery A34

Joan Vilatoba – Autoportrait, 1904-05 © herederos ( descendants) de Joan Vilatoba. Cortosia Galery A34

Joan Vilatobà -Autoretrat de Joan Vilatobà, possiblement fet a Alemanya, 1901-02 ( descendants)

Joan Vilatobà -Autoretrat de Joan Vilatobà, possiblement fet a Alemanya, 1901-02 ( descendants)

 

Joan Vilatoba - The first workshop of John Vilatobà photographed by himself. Sabadell, ca. 1903-1906, carbó © herederos ( descendants de Joan Vilatobà . Cortosia Gale - Copie

Joan Vilatoba – The first workshop of John Vilatobà photographed by himself. Sabadell, ca. 1903-1906, carbó © herederos ( descendants de Joan Vilatobà . Cortosia Gale

 

Merci à la© Ville de Sabadell, au © musée de Catalogne, à la Galerie A 34 et © herederos (descendants de Joan Vilatobà )

 

 

Marguerite Acarin dite Akarova (1904-1999)

La Danseuse Marguerite Acarin, dite Akarova dans Mazurka ( Chopin) en 1924 Costume crée par Marcel-Louis Baugniet et réalisé par Akarova (Musée de la Photographie, Charleroi)

La Danseuse Marguerite Acarin, dite Akarova dans Mazurka ( Chopin) en 1924 Costume crée par Marcel-Louis Baugniet et réalisé par Akarova (Musée de la Photographie, Charleroi)

Robert de Smet – Akarova, nd

Née Marguerite Acarin à Saint-Josse en 1904, ayant épousé le peintre Marcel Louis Baugniet en 1923, elle s’ést associée très rapidement au mouvement avant-gardiste qui secouait, au début des années 30, les arts plastiques, la musique, le théâtre, et la littérature.

Audacieuse et indépendante, elle allait appliquer à la danse les principes du constructivisme russe et du futurisme italien. Pour elle, le spectacle était un tout et elle en réalisait chaque élément: chorégraphie, décor, costume, musique, éclairage,… Elle allait ainsi permettre un renouvellement de la danse belge alors embourbée dans un certain conservatisme. donnant à ses chorégraphies une dimension tant géométrique et plastique qu’émotionnelle.

Marcel- Louis Baugniet- Portrait of Akorava, 1923

Marcel- Louis Baugniet- Portrait of Akorava, 1923

 

Robert de Smet - Akarova in 1923, costume and backdrop designs by Marcel- louis Baugniet, corpyright Sabam Brussels

Robert de Smet – Akarova in 1923, costume and backdrop designs by Marcel- louis Baugniet, corpyright Sabam Brussels

marcel Louis baugniet,- Woodcuts from the serie Kaloprosopies, 1925

marcel Louis baugniet,- Woodcuts from the serie Kaloprosopies, 1925

Marcel louis baugnier- background for Akova' s dance, 1923

Marcel louis baugnier- background for Akova’ s dance, 1923

Marcel louis baugnier- La danse, 1925

Marcel Louis Baugnier- La danse, 1925

C’est à cette époque qu’elle allait devenir «Akarova» pour exprimer son appartenance aux grands mouvements révolutionnaires dans l’art.Pour elle, le spectacle était un tout et elle en réalisait chaque élément: chorégraphie, décor, costume, musique, éclairage,… Elle allait ainsi permettre un renouvellement de la danse belge alors embourbée dans un certain conservatisme.

Akarova costume for Gymnopédie N°1, 1925-1932, fabric by ML.baugniet( archives Bruxelles)

Akarova costume for Gymnopédie N°1, 1925-1932, fabric by ML.Baugniet( archives Bruxelles)

Unknown photographer- Akarova in la danse d'Amour de Falia, 1929, in costume of her own design, corpyright Sabam Brussels

Unknown photographer- Akarova in la danse d’Amour de Falia, 1929, in costume of her own design, corpyright Sabam Brussels

Unknown photographer- Akarova in la danse d’Amour de Falia, 1929, in costume of her own design, corpyright Sabam Brussels

En 1926, Akarova arrête de pratiquer le chant afin de se consacrer pleinement à la danse qu’elle sortira des ornières du ballet classique. Figure de proue du modernisme de l’entre-deux-guerres, elle compose de nombreuses œuvres chorégraphiques dans la mouvance des Ballets russes, qu’elle danse sur les musiques de ses contemporains, entre autres Claude Debussy, Paul Dukas, Maurice Ravel, Darius Milhaud et Igor Stravinski. Sa danse se veut tantôt vigoureuse, tantôt hiératique, où les décors et les costumes, dont ses costumes constructivistes — qu’elle réalise elle-même — utilisent des lignes brisées ou ondulées, des motifs asymétriques, des polychromies discordantes. Préférant Bruxelles à une carrière internationale, Akarova donne de nombreux récitals de chant et de danse dans différents théâtres ou dans des demeures privées. Akarova installe en 1934 un studio réservé à ses élèves au 45 rue Jean d’Ardenne à Ixelles. Elle y donna également des représentations.

Akarova interprétant le Boléro de Ravel en 1930. Costume créé et réalisé par la danseuse

Robert de Smet – Akarova In Sicilienne, 1932 , in costume of her own design in 1924, corpyright Sabam Brussels

Robert de Smet - Akarova In Sicilienne, 1932 , in costume of her own design in 1924, corpyright Sabam Brussels

Robert de Smet – Akarova In Sicilienne, 1932 , in costume of her own design in 1924, corpyright Sabam Brussels

Portrait de la Danseuse Marguerite Acarin, dite Akarova, (1904 -1999) Couverture de la Revue AZ, Bruxelles 1933

Portrait de la Danseuse Marguerite Acarin, dite Akarova, (1904 -1999) Couverture de la Revue AZ, Bruxelles 1933

Robert de Smet - Akarova In Berceuse, 1934 , in costume of her own design , corpyright Sabam Brussels

Robert de Smet – Akarova In Berceuse, 1934 , in costume of her own design , corpyright Sabam Brussels

Robert de Smet - Akarova in Allegro Barbaro, 1929, in costume of her own design, corpyright Sabam Brussels

Robert de Smet – Akarova in Allegro Barbaro, 1929, in costume of her own design, corpyright Sabam Brussels

Akarova in Allegro Barbaro, 1929, in costume of her own design, corpyright Sabam Brussels

Marcel G. Lefrancq - Portrait d’Akarova, 1938 Photomontage Akarova et le masque du diable dans l’histoire du soldat (Stravinsky) 1935

Marcel G. Lefrancq – Portrait d’Akarova, 1938 Photomontage Akarova et le masque du diable dans l’histoire du soldat (Stravinsky) 1935

Dans son souci de contrôler totalement ses scénographies, Akarova demande à l’architecte Jean-Jules Eggericx de construire pour elle une salle de spectacle au 72 de l’avenue de l’Hippodrome à Ixelles, inaugurée le 30 janvier 1937, et où se déroula la partie la plus importante de sa carrière, salle qui fermera ses portes en 1957 suite aux réclamations du voisinage. La salle, de style Art déco, est aujourd’hui sauvegardée.

Akarova a fait don de ses costumes et décors de scène au Musée des Archives d’architecture moderne, marquant par là sa volonté d’inscrire son œuvre dans le contexte plus large de l’architecture, entendue comme une synthèse des arts.
Livre: Akarova: Spectacles et Avants-Gardes, AAM Editions

Henri Cartier-Bresson- Three Poems from Les Fleurs du Mal The Flowers of Evil by Henri Cartier-Bresson , in 1997)

Hymne

À la très chère, à la très belle
Qui remplit mon coeur de clarté,
À l’ange, À l’idole immortelle,
Salut en l’immortalité!

Elle se répand dans ma vie
Comme un air imprégné de sel,
Et dans mon âme inassouvie
Verse le goût de l’éternel.

Sachet toujours frais qui parfume
L’atmosphère d’un cher réduit,
Encensoir oublié qui fume
En secret à travers la nuit,

Comment, amour incorruptible,
T’exprimer avec vérité?
Grain de musc qui gis, invisible,
Au fond de mon éternité!

À la très bonne, à la très belle
Qui fait ma joie et ma santé,
À l’ange, à l’idole immortelle,
Salut en l’immortalité!

— Charles Baudelaire

Hymn

To the dearest, fairest woman
Who sets my heart ablaze with light,
To the angel, the immortal idol,
Greetings in immortality!

She permeates my life
Like air impregnated with salt
And into my unsated soul
Pours the taste for the eternal.

Sachet, ever fresh, that perfumes
The atmosphere of a dear nook,
Forgotten censer smoldering
Secretly through the night,

Everlasting love, how can I
Describe you truthfully?
Grain of musk that lies unseen
In the depths of my eternity!

To the dearest, fairest woman
Who is my health and my delight
To the angel, the immortal idol,
Greetings in immortality!

— Charles Baudelaire

Henri Cartier-Bresson- Pause entre deux poses, 1989,avec Hymne

Henri Cartier-Bresson- Pause entre deux poses, 1989,avec Hymne ( and published In Three Poems from Les Fleurs du Mal  The Flowers of Evil by  Henri Cartier-Bresson , in 1997 with Hymne)

Les Promesses d’un visage

J’aime, ô pâle beauté, tes sourcils surbaissés,
    D’où semblent couler des ténèbres;
Tes yeux, quoique très-noirs, m’inspirent des pensers
    Qui ne sont pas du tout funèbres.

Tes yeux, qui sont d’accord avec tes noirs cheveux,
    Avec ta crinière élastique,
Tes yeux, languissamment, me disent: «Si tu veux,
    Amant de la muse plastique,

Suivre l’espoir qu’en toi nous avons excité,
    Et tous les goûts que tu professes,
Tu pourras constater notre véracité
    Depuis le nombril jusqu’aux fesses;

Tu trouveras au bout de deux beaux seins bien lourds,
    Deux larges médailles de bronze,
Et sous un ventre uni, doux comme du velours,
    Bistré comme la peau d’un bonze,

Une riche toison qui, vraiment, est la soeur
    De cette énorme chevelure,
Souple et frisée, et qui t’égale en épaisseur,
    Nuit sans étoiles, Nuit obscure!»

— Charles Baudelaire

The Promises of a Face

I love your elliptical eyebrows, my pale beauty,
From which darkness seems to flow;
Although so black, your eyes suggest to me
Thoughts in no way funereal.

Your eyes, in harmony with your black hair,
With your buoyant mane,
Your swooning eyes now tell me: « If you wish,
O lover of the plastic muse,

To follow the hope we have excited in you,
And all the fancies you profess,
You will be able to prove our truthfulness
From the navel to the buttocks;

You will find at the tips of two heavy breasts
Two slack bronze medallions,
And under a smooth belly, soft as velvet,
Swarthy as the skin of a Buddhist,

A rich fleece, which truly is the sister
Of this huge head of hair,
Compliant and curly, its thickness equals
Black night, night without stars! »

Charles Baudelaire

Henri Cartier Bresson, Mexico, 1963 from tree poem ....

Henri Cartier Bresson, Mexico, 1963  ( and published In Three Poems from Les Fleurs du Mal  The Flowers of Evil by  Henri Cartier-Bresson , in 1997 with Les Promesses d’un visage)

La Géante

Du temps que la Nature en sa verve puissante
Concevait chaque jour des enfants monstrueux,
J’eusse aimé vivre auprès d’une jeune géante,
Comme aux pieds d’une reine un chat voluptueux.

J’eusse aimé voir son corps fleurir avec son âme
Et grandir librement dans ses terribles jeux;
Deviner si son coeur couve une sombre flamme
Aux humides brouillards qui nagent dans ses yeux;

Parcourir à loisir ses magnifiques formes;
Ramper sur le versant de ses genoux énormes,
Et parfois en été, quand les soleils malsains,

Lasse, la font s’étendre à travers la campagne,
Dormir nonchalamment à l’ombre de ses seins,
Comme un hameau paisible au pied d’une montagne.

— Charles Baudelaire

The Giantess

At the time when Nature with a lusty spirit
Was conceiving monstrous children each day,
I should have liked to live near a young giantess,
Like a voluptuous cat at the feet of a queen.

I should have liked to see her soul and body thrive
And grow without restraint in her terrible games;
To divine by the mist swimming within her eyes
If her heart harbored a smoldering flame;

To explore leisurely her magnificent form;
To crawl upon the slopes of her enormous knees,
And sometimes in summer, when the unhealthy sun

Makes her stretch out, weary, across the countryside,
To sleep nonchalantly in the shade of her breasts,
Like a peaceful hamlet below a mountainside.

— Charles Baudelaire

Henri Cartier-Bresson, Martine's Legs, 1968 avec la géante

Henri Cartier-Bresson- Martine’s Legs, 1968 ( and published In Three Poems from Les Fleurs du Mal  The Flowers of Evil by  Henri Cartier-Bresson , in 1997 with La Géante)