Jindřich Štyrský – Collages part I

Jindřich Štyrský (Čermná, 1899 – Prague, 1942) était un peintre tchèque surréaliste, poète, rédacteur, photographe et collagiste.
Son œuvre exceptionnelle et variée inclue de nombreuses couvertures de livres et d’illustrations. Il a également rédigé des études à la fois sur Rimbaud et le Marquis de Sade. Il s’est formé à l’Académie des beaux-arts de Prague, chez J. Obrovský.

En 1922, au cours d’un voyage en Yougoslavie, il rencontre Toyen (Marie Čerminòvá), avec qui il s’associera. En 1923, il adhère au groupe d’avant-garde Jindřich Štyrsk (Čermná, 1899 – Prague, 1942) était un peintre tchèque surréaliste, poète, rédacteur, photographe et collagiste.
Son œuvre exceptionnelle et variée inclus de nombreuses couvertures de livres et d’illustrations. Il a également rédigé des études à la fois Rimbaud et Marquis de Sade. Il se forma à l’Académie des beaux-arts de Prague, chez J. Obrovský. En 1922, au cours d’un voyage en Yougoslavie, il rencontre Toyen (Marie Čerminòvá), avec qui il s’associera. En 1923, il adhère au groupe d’avant-garde Devětsil dont le programme  » poétiste « , défini par le critique d’art K. Teige, aura sur lui, comme sur Toyen, une influence féconde.Ses premières œuvres s’inspirent du Cubisme synthétique, mais perdent peu à peu leur caractère constructif pour tendre vers une peinture médiatrice de poésie pure.

En 1925, Štyrský et Toyen se rendent à Paris, où ils resteront jusqu’en 1929. Ils s’y font les promoteurs de  l’ «Artificialisme » , art qui veut matérialiser des images, des impressions et des sentiments liés au souvenir d’une réalité vécue ou rêvée.

Štyrský inaugure cette période par le Paysage-échiquier (1925, Paris, M. N. A. M.). Après une série de   «poèmes-tableaux  » fondés sur la méthode de l’association libre des images à la manière surréaliste, il exécute, en 1926 et 1927, des compositions non figuratives dont les signes deviennent, selon l’expression du peintre, des  «inducteurs directs d’émotions  » : les Antipodes (1926, Hluboká, Gal. Aleš), les Fleurs dans la neige (1927), Trouvé sur la plage , l’Inondation  ne sont pas sans rappeler l’art de Klee, avec lequel l’ « Artificialisme  » a de nombreux points communs.

Dans les années 1928-1930, Štyrský se consacre, dans le même esprit, au dessin, à la gravure et à l’aquarelle. Il découvre Lautréamont, qui contribuera fortement à l’orienter vers le Surréalisme. L’année 1931 voit apparaître des compositions inquiétantes, meublées de formes insolites et d’objets mystérieux (la Cigarette à côté de la morte, 1931, musée d’Ostrava).

En 1932, il participe à l’exposition Poésie 32 à Prague, où à côté des représentants de l’avant-garde tchèque figurent aussi Paul Klee et Giorgio De Chirico.

En 1934, Štyrský devient l’un des fondateurs du groupe des surréalistes de Tchécoslovaquie. Ses tableaux se peuplent de visions hallucinatoires et de figures fantomatiques, expressions sublimées de ses aspirations et de ses angoisses (la Pierre tombale, 1934, musée de Prague ; l’Homme emporté par le vent . ; Clairière dans la lumière de juin, 1937), et il réalise des collages où le fantastique « surréel  » jaillit de rencontres fortuites d’éléments objectifs.

Dans ses dernières œuvres, le rêve et la réalité, le conscient et l’inconscient se mêlent intimement (la Muse somnambule, 1937 ; le Paradis perdu, 1941).

En 1939, la censure lui interdit toute activité publique, il termine toutefois son livre des Rêves qui rassemble des dessins, des collages, des tableaux et des notations écrites de ses rêves pendant les années 1925-1940. 

Aujourd’hui je vous propose une première partie consacrée à ses collages, viendront, le livre des rêves, et d’autres œuvres par la suite, ainsi que ses travaux photographiques ( que vous retrouverez avec le lien ci dessous)

Henry Štyrský- amour-propre, 1934

Henry Štyrský- amour-propre, 1934

Henry Štyrský -Justice pour mineurs Nocturne 1931

Henry Štyrský -Justice pour mineurs Nocturne 1931

Henry Štyrský- Albâtre part, Albâtre petite main) 1940

Henry Štyrský- Albâtre part, Albâtre petite main) 1940

Henry Štyrský bilan Psychoanalyse 31 1934- 1936

Henry Štyrský bilan Psychoanalyse 31 1934- 1936

Henry Štyrský -Souvenir 1924

Henry Štyrský -Souvenir 1924

László Moholy-Nagy -Licht-Raum-Modulationen Portfolio. 1930

« Mouvements, grilles étranges qui se déplacent. Filtres « ivres », barreaux. Regards jetés par de petites ouvertures; diaphragmes automatiques. Eclair lumineux, mouvant, aveuglant. Spirales tournoyantes, qui toujours reviennent. Toutes les formes solides se dissolvent en lumière. » L. M.-N. scénario de Lichtspiel Schwarz-Weiss-Grau, in Vision in motion (1947).

Lire Ici sa biographie et d’autres éléments sur son travail autour du modulateur, et des photogrammes

László Moholy-Nagy -Licht-Raum-Modulationen Portfolio. 1930

Lázló Moholy-Nagy- Lightmodulator (Modulateur lumière) 1941

László Moholy-Nagy -Light-space-modulator 1931

László Moholy-Nagy -Light-space-modulator 1931

Lázló Moholy-Nagy- Ein Lichtspiel schwarz-weiss-grau (Jeu de lumière noir-blanc-gris) 1930 Film cinématographique 35 mm noir et blanc, silencieux (Distributeurs : Light Cone, Museum of Modern Art) Première mondiale du film le 4 mars 1932 au cinéma Kamera à Berlin

László Moholy-Nagy -Light-space-modulator 1922-1930

László Moholy-Nagy -Light-space-modulator 1922-1930

László Moholy-Nagy - Modulateur espace-lumière 1931

László Moholy-Nagy – Modulateur espace-lumière 1931

 

Ernst Fuchs ( 1930)

Un peintre Autrichien  influencé par  Gustav Klimt, Egon Schiele, Pablo Picasso et Max Ernst et qui n’a jamais cessé de se renouveler tout au long de sa vie et son acte créatif. Il a utilisé l’encre, la peinture, le crayon, la scupture comme techniques.  Il a composé tout au long de sa vie de grandes series intitulées Cycle,  telles que « Stadt-Zyklus » 1945 ou  der « Bikini-Atoll-Zyklus » 1947. “Metamorphose der Kreatur“ et « Einhorn-Zyklus“ dans le debut des années 50 , à cette époque il vit à paris, et  Jean-Paul Sartre, Jean Cocteau et surtout Salvadore Dali admire ses peintures.  Il est l’un des fondateurs de l’École de Vienne du réalisme fantastique  avec Arik Brauer, Wolfgang Hutter, Rudolph Hausner and Anton Lehmden, en 1948
Biographie détaillée en anglais ou allemand Ici sur le site du Musée qui lui est dédié  ou sur wilkipedia

Mais choix sont minimes quant à l’étendue de son oeuvre et de sa diversité. Je vous ai mis tous les lien musées galerie, site… je ne me fie pas à wikipainting, (le dernier tableau  qui est présenté ici est credité 1978 et il est noté sur la toile 1977, çà ne me parait pas trop compliqué de regarder une toile, sutout si on la publie, donc j’ai volontairement zappé le lien..; mais vous trouverez si vous voulez.. )

Ernst Fuchs- Im Bett (die Große Nana) Dans le lit (la Grande Nana), 1972

Ernst Fuchs- Im Bett (die Große Nana) Dans le lit (la Grande Nana), 1972

Ernst Fuchs - Hochzeit des Todes  - Deadly Vows - Etching for Die Symbolik des Traumes Belser Verlag, Stuttgart; Limited Edition (1968)

Ernst Fuchs –  Deadly Vows – Etching for Die Symbolik des Traumes Belser Verlag, Stuttgart; Limited Edition (1968)

Ernst Fuchs  - The Star  - Etching for Die Symbolik des Traumes Belser Verlag, Stuttgart; Limited Edition (1968)

Ernst Fuchs – The Star – Etching for Die Symbolik des Traumes Belser Verlag, Stuttgart; Limited Edition (1968)

Ernst Fuchs - Weiblicher Torso , nd dessin au crayon (Galerie-F)

Ernst Fuchs – Weiblicher Torso , nd dessin au crayon (Galerie-F)

Ernst Fuchs -Vorhang auf  (Giclee sur des lignes) , 2012 Galerie-F

Ernst Fuchs -Vorhang auf (Giclee sur des lignes) , 2012 Galerie-F

Ernst Fuchs -Salomé  colour etching and aquatint, 1991  Galerie-F

Ernst Fuchs -Salomé colour etching and aquatint, 1991 Galerie-F

Ernst Fuchs -Nixe colour etching and aquatint, 1991  Galerie-F

Ernst Fuchs -Nixe colour etching and aquatint, 1991 Galerie-F

Ernst Fuchs -in the sheets of the night, etching,  1966

Ernst Fuchs -in the sheets of the night, etching, 1966 ici

Ernst Fuchs - May Picture, 1949, etching mutal art ou site

Ernst Fuchs – May Picture, 1949, etching mutual art ouici pour une autre couleur

Ernst Fuchs - Abschied des Mars, Radierung 1976 ( musée)

Ernst Fuchs – Abschied des Mars, Radierung 1976 ( musée)

Ernst Fuchs -  Eva Triptych - 1967

Ernst Fuchs – Eva Triptych – 1967

Ernst Fuchs -Akt auf Chaisselonge, technique  Giclée , 1977 Galerie-F

Ernst Fuchs -Akt auf Chaisselonge, technique Giclée , 1977 (Galerie-F)

Source

Galerie-F: Ernst Fuchs

Son Site

Musée

Galerie

Sur Fb

Gustave Guetant- Une jeune femme orientale allongée nue, des bagues et bracelets de chevilles brillent dans la penombre !, 1905 – 1910 ( Dessin a la pierre noire et rehauts de crayons de couleur.)

Gustave Guetant- Une jeune femme orientale allongée nue, des bagues et bracelets de chevilles  brillent dans la penombre !, 1905 – 1910

( Dessin a la pierre noire et rehauts de crayons de couleur.)

Edward Steichen – Dancers

 

Edward Steichen (1879-1973) -Isadora Duncan sous le portique du Parthénon à Athènes, 1920 Toulon, musée d’Art

Edward est le fils de Jean-Pierre et Marie Kemp Steichen. Sa famille émigre aux États-Unis en 1881 C’est à la Milwaukee’s American Fine Art Company qu’à l’âge de quinze ans Edward apprend l’art et la technique de la lithographie. Dès 1895, il commence alors à photographier son entourage et la campagne environnante, se distinguant déjà par ses compositions d’ambiance, son utilisation poétique de la lumière, son goût pour le clair-obscur romantique. Il est naturalisé américain en 1900 avant de retourner en Europe où il s’installe à Paris.


Edward Steichen se fait connaître comme peintre au tournant du XXe siècle. En 1900, avant de s’installer à Paris, il passe par New-York où il rencontre Alfred Stieglitz.

Lorsqu’il arrive à Paris il arrête ses études de dessin et commence une série de portraits des « Grands Hommes » parmi ceux-ci il y a Anatole France, Richard Strauss, George Bernard Shaw ou encore Henri Matisse.

Il rencontre à ce moment Auguste Rodin  Le sculpteur lui ouvre les portes de son atelier de Meudon ; il réalisera plusieurs séries de photographies de lui ainsi que de ses sculptures. Steichen adhère ainsi au mouvement pictorialiste, en devient l’un des maîtres

En 1902, il rejoint Alfred Stieglitz aux États-Unis. Il participe, avec lui, à la création de Photo-Secession, selon Stieglitz c’est un mouvement qui veut « faire sécession avec l’idée convenue de ce que constitue une photographie. » Ensemble, ils éditent en 1903 la revue Camera Work dans laquelle les photos sont mises en valeur. Ils font découvrir aux Américains les artistes d’avant-garde de la photographie française. La même année, il crée sa propre galerie d’art à New York, The Photo-Secession Galleries, ou « 291 ».

En 1911, il réalise ce qui est considéré historiquement comme la première photographie de mode, publiée dans la revue française Art et Décoration de Lucien Vogel.

Après la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle, il revient à la « straight photography », il évolue ensuite progressivement vers la photographie de mode. Au début des années 1920, l’éditeur américain Condé Nast le choisit pour devenir le photographe en chef des publications du groupe, imposant ses exigences en matière de photographie : « La distinction, l’élégance et le chic. » Il travaille particulièrement pour Vanity Fair et pour Vogue, magazines pour lesquels il réalise notamment de nombreux portraits de célébrités, démontrant une grande capacité à mettre en valeur ses sujets. Il travaillera également étroitement avec Carmel Snow d’Harper’s Bazaar.

Il photographie Gloria Swanson en 1924, puis l’une de ses photographies de l’actrice Greta Garbo, datant de 1928, parue en couverture du magazine Life le , est considéré comme l’un des portraits inoubliables de l’actrice.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est directeur de l’Institut photographique naval (Naval Photographic Institute). Son film documentaire, The Fighting Lady, remporte en 1945 l’Oscar du meilleur documentaire.

À partir de 1947 et jusqu’en 1962, Steichen est le directeur du département de la photographie du MoMA, le musée d’art moderne de New York.

Dancer, Gilda Gray, in character as a Javanese dancer, wearing a dark, beaded costume with bare legs, and standing on one leg, spreading her arms. Edward SteichenPublication in Vanity Fair, 1923

Edward Steichen- Julia Brokow, Barbara Brokow, and Mrs. Adee Bradley in dance costumes by William Weaver.February 15th, 1925

Edward Steichen- Melissa Yuille, Frances Colby, Mrs. M. Dorland Doyle, Mrs. Martin Littleton Jr., and Mrs. Fal de Saint Phalle pose , wearing dance costumes at the Hotel Plaza for the Persian Fete; Costumes designed by William Weave

Gilda Gray In Priestess Of Night’s High Mysteries by Edward Steichen , Published in Vanity Fair December 1st, 1923

Edward Steichen – The Isadora Duncan dancers of Moscow,1929

Edward Steichen- Dancer Harriet Hoctor , for Vanity Fair, nd

Edward Steichen- Martha Graham 1931

Edward Steichen- The Dancer Martha Graham during a performance of her Primitive Mysteries.February 15th, 1933

Edward Steichen-Martha Graham, NY 1931

Edward Steichen-Cyclamen – Isadora Duncan , Camera Work XLII-XLIII, 1913

Edward Steichen- Margaret Severn , 1923

Hannah Höch (Gotha 1889 – 1978 Berlin)

The photomontage Hannah Höch

Peintre, photographe et collagiste allemande née en 1889 à Gotha et décédée en 1978 à Berlin. L’artiste Hannah Höch a commencé en 1912 par étudier à l’école d’art à Berlin.

En 1915 au cours de la Première Guerre mondiale, elle rencontre Raoul Hausmann, avec qui elle se lie d’amitié puis d’amour (partenariat artistique et amoureux qui durera jusqu’en 1922). Elle soutiendra à cette époque et plus tard aussi le droit des femmes à l’avortement et elle en fera deux au cours de sa relation avec Hausmann, dont elle subissait la violence.

Self-Portrait with Raoul Hausmann, ca 1919

Elle travaillera dans le domaine de l’artisanat pour Ullstein Verlag [Le Ullstein Press], afin de concevoir les patrons de vêtements et de broderie pour Die Dame [The Lady] et Die Praktische Berlinerin [The Practical Berlin Femme] en tant que modeliste de 1916 à 1926.L’influence de ce travail et de la formation précoce peut être vu dans ses œuvres ultérieures impliquant des références aux patrons de vêtements et de textiles. Parallèlement à cela, elle poursuit ses recherches auprès Emil Orlik et traite abondamment de la question du collage.

Quand Hausmann annonce le début du mouvement Dada en 1917, Höch était la seule femme parmi les dadaïstes à Berlin, auprès de ses collègues Baader, Huelsenbeck, Grosz et Heartfield.

Elle a été l’une des précurseurs dans la critique des questions contemporaines sous la forme de photomontages, une technique qu’elle a développé en 1919. Elle contribue à de nombreuses manifestations Dada à Berlin en 1918. Elle réalise des poupées dadaïstes et plusieurs photomontages en collaboration avec Hausmann.

Hannah Höch -The puppets

En 1919, elle est l’une des conceptrices du photomontage temps critique. Elle devient juste avant 1920 amie Hans Arp et Kurt Schwitters Van Doesburg et Moholy-Nagy. Elle exposera en 1920, comme la seule femme à la « First International Dada. Messe » dans le salon d’art du Dr. Otto Burchard à Berlin. Exposition avec Raoul Hausmann, John Heartfield, George Grosz, Richard Huelsenbeck, Wieland, John Baader, Max Ernst en autre , considérée comme la plus grande action publique du mouvement Dada allemand.

Entre 1921-22, elle participe aux Manifestations Dada avec Schwitters à Prague et collabore au Merzbau. en 1924’, elle voyage à Paris où elle rencontre Tristan Tzara, Theo van Doesburg et Piet Mondrian . Elle part ensuite trois années en Hollande en 1924 où elle rencontrera la poète néerlandais Til Brugman. avec qui elle vivra quelques années une relation amoureuse.

Hannah Höch and Til Brugman in the music room of Til house in The Hague, 1926.

C’est à partir de ce moment là qu’elle débute réellement les assemblages d’objets trouvés qu’elle crée en collaboration avec avec ses amis Schwitters et Arp. En 1929 Première exposition solo à la galerie avant-gardiste « De Bron » à La Haye. Elle rentre en Allemagne cette année là , et est choqué par l’influence croissante du mouvement nazi et décide de produire des œuvres plus engagées, et c’est alors que les nazis lui interdisent d’exposer entre 1933 et 1945.

A cette époque de la Seconde Guerre mondiale Hannah Höch se retire donc dans petite maison à Berlin-Heiligensee tentant de passer les années de la Troisième Reich en Allemagne, en restant calme et discrète.

Elle cache son art et ses amis dans la maison et va même jusqu’à elle enterrer par crainte des troupes russes certains de ses travaux pour un court laps de temps dans le jardin. Elle a épouse le très jeune homme d’affaires et pianiste Kurt Matthies en 1938, dont elle divorce en 1944.

Elle produira durant ses années des peintures. En 1945, après la fin de la guerre, elle est l’une des premières à façonner activement la vie artistique à Berlin et à aider à relancer activement la vie artistique à Berlin. Elle a donc grandement contribuer à la reprise progressive de l’art allemand après la guerre. Dans les années cinquante et soixante, elle crée des peintures abstraites ainsi qu’un grand nombre de collages de couleurs vives où la réalité semble ironique et fantastique.

 Voir aussi wilkipedia et femme peintre

Je vous propose aujourd’hui de vous présenter ses collages et photomontages, tout au moins une partie puisque je ne vous présente pas  » album » qui fera l’objet d’un autre article,   ainsi son travail de peintre ( juste un portrait Hausmann ici) qui sera présenté dans un prochain article.

Hannah Höch with two Dada dolls, die sie auf der Erten Internationalen Dada-Messe, 1920 in Berlin, 1920 gezgeigt hat

Hannah Höch with two Dada dolls, die sie auf der Erten Internationalen Dada-Messe, 1920 in Berlin, 1920 gezgeigt hat

Hannah Höch with the puppets representing her daughters Pax and Botta. Photo by Willy Roemer, ca. 1920

Hannah Höch with the puppets representing her daughters Pax and Botta. Photo by Willy Roemer, ca. 1920

Hannah Höch mit ihren Dada−Puppen, 1920

Hannah Hoch, DADA Dolls ,1925 from Dadaism Dietmar Elger tashen edition

Hannah Hoch, DADA Dolls ,1925 from Dadaism Dietmar Elger tashen edition

Hannah Höch-and her puppet nd

Hannah Hoch, book cover, Germany, 1920

Hannah Höch, Zwei Dada-Puppen, (Deux poupées Dada, Two Dada-puppets) original exhibited during Dada-Messe (Dada Fair), Berlin, 1920

Hannah Höch, Zwei Dada-Puppen, (Deux poupées Dada, Two Dada-puppets) original exhibited during Dada-Messe (Dada Fair), Berlin, 1920

Hanna Höch-Dada puppen ( poupées Dada, 1916-1918

Hannah Höch, The Puppet Balsamine, 1927

 

Hannah Höch Portrait 1925-30

Hannah Höch Portrait 1925-30

 

Hannah Höch, Self-Portrait in Holland, 1929

Hannah Höch, Self-portrait (Autoportrait), 1930.

Raoul Hausmann,Hannah Höch,1920

 

**********************************************************************************************************************

an Ethnographic Museum

Hannah Höch -Monument 1, from an Ethnographic Museum , 1924

Hannah Hoch -Indian Dancer ( From an Ethnographic Museum) 1930

Hannah Höch, Untitled, photomontage, 1929, from an Ethnographic Museum.

Hannah Höch, Untitled, photomontage, 1929 from an Ethnographic Museum.

Hannah Höch, Monument II, Vanity from An Ethnotgraphic Museum, photomontage, 1926.

Hannah Höch, From an Ethnographical Museum, photomontage, 1927

Hannah Höch, From an Ethnographical Museum, photomontage, 1925

Höch Hannah – Enlèvement ( From an Ethnographic Museum , 1925

Hannah Höch, Strange beauty, from Ethnographic Museum, 1929.

Hannah Höch Horns from the series From an Ethnographic Museum X 1924

Hannah Höch- Collage, 1926 (collage and watercolour on laid paper) Ethnologisches Museum, Berlin, Germany

Hannah Höch -Aus der Sammlung Aus einem ethnographischen Museum [From the collection From an ethnographical museum ]1929

Hannah Höch- Mutter, From the collection, From an ethnographical museum, 1930

Hannah Hoch- Die S¨sse, Aus einem( The Sweet One), From an Ethnographic Museum

Hannah Höch, Untitled, photomontage, 1930, from an Ethnographic Museum.

Hannah Höch – photomontage, From an EthnographicMuseum, 1924.

Hannah Höch, The Bride, 1933 From an Ethnographic Museum

 

Hannah Höch-untitled photo-montage.1935

Hannah Höch- Half Caste 1924 From an Ethnographic Museum

**************************************************************************************************************

Collages 1919-1930

Hannah Höch, Schnitt mit dem Küchenmesser…1919

Hannah Höch, Schnitt mit dem Küchenmesser…1919

Hannah Höch -Forme blanche, 1919, Berlin, Kupferstichkabinett

Hannah Höch, Portrait de Gerhardt Hauptmann 1919

Hannah Höch, Da-Dandy, 1919,

Hanna Höch-Dada Rundschau,1919

Hanna Höch- Mariage d’un couple Bourgeois de Hannah Höch ,1919

Hanna Höch- Staatshäpter,1918-1920

Hannah Höch – Sans Titre, (Untitled), 1920, photomontage

 

Hannah Höch, Das Schöne Mädchen (The beautiful Girl – La Belle jeune Fille), 1919-1920, photomontage

 

Hanna Höch- Sans titre,1920

 

Hannah Höch-Threat over the green meadow, c.1920 (collage)

Hannah Höch-On Gold Paper, c.1920 (collage) (b/w photo)

Hannah Höch- Dada Ernst, (Dada-Sérieux, Serious-Dada) 1920-21

Hannah Höch, New York, 1921-1922

And if you think the moon goes under, 1921 (collage)

Hannah Höch-And if you think the moon goes under, 1921 (collage) by Hoch, Hannah (1889-1978); 21×13.4 cm; Private Collection; German, in copyright
PLEASE NOTE: This image is protected by the artist’s copyright which needs to be cleared by you. If you require assistance in clearing permission we will be pleased to help you.

Hannah Höch -Dada Tanz, Dada Dance Photomontage with collage, 1922

Hannah Höch, Meine Haussprüche (Proverbs to Live By), 1922

Hannah Höch, The Coquette, 1923-25

Hannah Höch-High Finance, 1923 (collage)

Hannah Höch- Fröhliche Dame, 1923

Hannah Höch -Die tragoedin, 1924

Hannah Höch, Der Melancholiker, 1925. Photomontage

Hannah Höch- Training, 1925 (collage) by Hoch, Hannah (1889-1978); Galerie Nierendorf, Berlin, Germany; German, in copyright

Hannah Höch-„Roma“, 1925

Hannah Hoch – Die Kokette I ,1923-25

 

Hanna Höch- Clown , 1924, Photocollage

Hannah Höch-« …and shade », c.1925 (collage) (b/w photo) by Hoch, Hannah (1889-1978); 13.8×18.2 cm; Private Collection; German, in copyright
PLEASE NOTE: This image is protected by the artist’s copyright which needs to be cleared by you. If you require assistance in clearing permission we will be pleased to help you.

Hannah Höch–Der Baske (The Basque), 1925

 

Hannah Höch–Broken, 1925 (rotogravure on Japan paper)

Hannah Höch – untitled collage, 1925-1930( source mutual art)

Hannah Hoch – Love in the Bush. 1925

Hannah Höch- Ohhh, 1925

 

Hanna Höch – JB und sein Engel, 1925-26

Hannah Höch -Love, 1926

Hannah Höch -Die Sangerin, 1926

Hanna Höch – Modenschau, 1925-35

Hannah Höch, The Dream of His Life, 1925

 

Hannah Höch, Equilibre, 1926

Hannah Höch-Frau To and Daughter, 1927 (collage) (b/w photo)

Hannah Höch -Von oben (From Above), 1926-27, photomontage and collage on paper

Hannah Höch – Der kleine P., c.1928, photomontage.

Hannah Hoch – English Dancer, 1928

Hannah Höch bailarina-inglesa-1928

Hannah Höch- Zweigesichtig, circa 1928

Hannah Höch -Two-Faced, 1928

Hannah Höch, Russian Dancer-My Double (1928)

Hannah Höch, Untitled (Large Hand Over Woman’s Head),1930, Photomontage

Hannah Höch – Platonische Liebe, 1930

Hannah Höch, Dompteuse (Tamer), 1930,

Hannah Höch- German Girl, 1930

 

 

Hannah Höch- Marlène, 1930

 

**************************************************************************************************************

 

Collages 1930-1940

Hannah Höch6 Priestess; Priesterin, c.1930-1934 (collage with gold and wash heightening laid down on card) by Hoch, Hannah (1889-1978); 33×24 cm; Private Collection; (add.info.: Priestess; Priesterin. Hannah Hoch (1889-1978). Collage with gold and wash heightening laid down on card. Dated circa 1930-1934. 33 x 24cm.); Photo © Christie’s Images; German

Hannah Höch, Ruth und Ces im Bade (Ruth et César au bain – Ruth and Cesar in bath), 1931, Dessin (drawing), Collage, Illustrations de magazines et papiers découpés

Hannah Höch- Der grosse Schritt (The Big Step), 1931

Hannah Höch- ‘Love’ ,1931

Hannah Höch, Die starken Männer (The Strong Guys), 1931

Hannah Höch, Die Ewigen Schuplattler (The Eternal Folk Dancers) 1933

Hannah Höch -Untitled, 1933, collage.

Hannah Höch- on the way to seventh heaven – 1934

Hannah Höch Am Nil I , 1934- 1936

Hannah Höch- Made for a Party , 1936

Hannah Höch- Made for a Party , 1936

Hannah Höch, Sea Serpent, 1937

 

Hannah Höch- Resignation,1938

*****************************************************************************************************************************

                                                                                     Collages 1940-1950

Hannah Höch – At Nile II, 1940

Hannah Höch, Never Keep Both Feet on the Ground, 1940,

Hannah Höch-hungarian rhapsody, 1940

Hanna Höch-

Hannah Höch, Brushflurlet, 1945

 

                                                                                         Hannah Höch -Lustige Person 1946

 

Hannah Höch- Lichtsegel, 1943-1946

*************************************************************************************************************

                                                                                                 Collages tardifs

Hannah Höch – La colombe de la Paix, gouache et collage, 1945-1947

 

Hannah Höch- Synthetische Blumen, [Fleurs artificielles], 1952, collage

Hannah Höch – DER PAR FORCE-FISCH (THE PAR FORCE-FISH), 1950, collage

 

Hannah Höch- Hieronymus Bosh gewidmet, 1962

Hannah Höch, Homage to Riza Abazzi, 1963

Hannah Höch- Fremde Schönheit II“, 1966

Hannah Höch, For a Red Mouth, around 1967

Hannah Höch, Kleine Sonne [Petit soleil], 1969, collage

Hannah Höch, Den Männern gewidmet, die den Mond eroberten [Dédié aux hommes qui ont conquis la lune], 1969, collage,

Hannah Höch- Angst, 1970

Hannah Höch- Life Portrait,1972 and 1973.

Hannah Höch-Lebensbild-1972-1973 detail.

affiche d’exposition, 2007

affiche d’exposition, 2007

***********************************************************************************************************

Hanna Höch- portrait, 1905

Hannah Höch_s employee ID, 1916

Hannah Höch in Gotha, 1917, Berlinische Galerie, Landesmuseum für Moderne Kunst, Photographie und Architektu

Robert Sennecke-Raoul Hausmann and Hanna Hoch in front of their works,First International Dada Fair,Berlin 1920

El Lissitzky, Ruggero Vasari, Otto Freundlich , Hannah Höch, Franz Seiwert and Stanislav Kubicki)May 1922

Nelly van Doesburg, Piet Mondrian, and Hannah Höch, 1924

Hanna Hoch-Til Brugman ( 1888-1961) zu nennen, 1930

Hannah Hoch ,Hans Richter,Juliet Man-Ray,Frida Richter,Man Ray (1958)

Hanna Höch & Max ernst, 1964, lors d’une exposition, photographe inconnu

Hannah Höch in her studio, 1976 from The Photomontages of Hannah Höch, Walker Art Center, Minneapolis, 1997

Hanna Höch- portrait by Hans -Jörg Schütt

Portrait d’ Hannah Höch in irrem Garten in Berlin -Heiligensee, 1960

 

 

 

 

« Je suis restée fidèle au photomontage et au collage. Jusqu’à ce jour, j’ai tenté d’exprimer, avec ces techniques, mes pensées, mes critiques, mes sarcasmes mais aussi le malheur et la beauté. »

Hannah Höch, Skira annuel, janvier 1977

 

 

A lire Un tres bon article sur les photomontage d’Hnna Höch Ici

 

ET MERCI UNE FOIS ENCORE A CETTE PAGE FACEBOOK  Epok QUI RECOPIE ENTIÈREMENT MOT POUR MOT LE TEXTE QUE J’AI MODESTEMENT PONDU  ET BIEN SUR LES COLLAGES!!!! bande de cons , https://www.facebook.com/media/set/?set=a.480560842030452.1073741841.342638675822670&type=3

CORRESPONDANCES DES DATES DES POSTS SONT SUR ICI

L’artiste Dada Hannah Höch Février 1939

Hannah HöchFoto von Stefan Moses, 1975,

Hannah Höch, Malerin D, in ihrem Atelier in Berlin, 1967 portrait by Hans -Jörg Schütt from Besuch bei Hanna Höch,- Exclusive photo edition, 2008 ed° Aujourd’hui sirius- photokunst

Hannah Höch, Hannah Höch bei der Arbeitin ihrem Atelier in Berlin, 1967 portrait by Hans -Jörg Schütt from Besuch bei Hanna Höch,- Exclusive photo edition, 2008 ed° Aujourd’hui sirius- photokunst

Hannah Höch, Malerin D, in ihrem Garten 1967 portrait by Hans -Jörg Schütt from Besuch bei Hanna Höch,- Exclusive photo edition, 2008 ed° Aujourd’hui sirius- photokunst

more here

Malika Mokadem

Publié par kate

Malika Mokadem est une photographe française, née à La Ciotat en 1973. Après avoir fait des études de marketing international à San Francisco, où elle a  vécu et travaillé durant 10 années  elle est revenue en France en 2003. Après avoir longtemps tourné autour de l’objectif, en tant que mannequin, styliste photo, assistante photographe ce n’est que depuis quatre ans que Malika s’essaye à exercer son talent de photographe. c’est donc une  » Jeune » photographe très inspirée et prometteuse  que je vous dont je vous fait découvrir le talent aujourd’hui. On retrouve dans son travail une atmosphère baroque et un regard posé  sur la question du « féminin » , du corps et de la nudité et de l’érotisme qui n’est pas sans nous évoquer Madame Ionesco pour ne citer qu’elle, d’ailleurs Malika l’évoque dans la présentation à laquelle, elle s’est prêtée fort gentiment pour cet article.

 » Il y a 4 ans,  j’ai enfin succombé à la tentation de raconter mes propres histoires en étant enfin celle qui appui sur le déclencheur! Je suis une nostalgique, amoureuse d’Edgar Alan Poe et Baudelaire, grande fan de Anais Nin et Henry Miller. 

Mes photographes fétiches sont de grands torturés et souvent des pays de l’est, Irina Ionesco, Vojnar, Telepnev, Saudek… C’est surement pour ça que depuis quelques mois je me suis mis à l’argentique, pour retrouver ces matières si particulières, ces univers « graineux » et ces vrais noirs.

J’ai toujours aimé raconter des histoires, susciter des émotions, faire sourire, rêver, pleurer parfois. Mes amies mannequins ont été formidables et ont eu la grande gentillesse de me servir de cobayes les premières années; elles se prêtent toujours aux jeu d’ailleurs lorsque je m’amuse à découvrir de nouvelles techniques.

Merci Isa, Alex, Zoé, Cécile, Nat…. Mes amis artistes m’ont ouvert les portes de leurs ateliers et de leurs âmes et m’ont permis de réaliser d’authentiques portraits . Pour moi la photo est un échange, une conversation amoureuse entre un photographe et son modèle, elle demande une confiance absolue, un lâcher prise de la part des deux protagonistes.

Mon travail peut sembler, hétéroclite, alors qu’il est simplement un miroir de mon état d’esprit, de mes expériences et de mes rencontres. Je prends autant de plaisir à faire du portrait, un reportage photo ou une série de mode, chaque exercice de style me permet d’évoluer et d’utiliser des morceaux de moi. «  Malika Mokadem

Tous Droits réservés © Malika Mokadem

Malika Mokadem-Lying rose , 2012

Malika Mokadem-Lying rose , 2012

Malika Mokadem- Scarf 2, 2013

Malika Mokadem- Scarf 2, 2013

Malika Mokadem- Scarf 1, 2013

Malika Mokadem- Scarf 1, 2013

Malika Mokadem- Lace 3, 2013

Malika Mokadem- Lace 3, 2013

Malika Mokadem- Lace 1, 2013

Malika Mokadem- Lace 1, 2013

Malika Mokadem- Lace 2, 2013

Malika Mokadem- Lace 2, 2013

Malika Mokadem- Lace 4, 2013

Malika Mokadem- Lace 4, 2013

Malika Mokadem, The necklace 2, 2013

Malika Mokadem, The necklace 2, 2013

Malika Mokadem- The necklace 1, 2013

Malika Mokadem- The necklace 1, 2013

Malika Mokadem- The mask 5, 2013

Malika Mokadem- The mask 5, 2013

Malika Mokadem- The mask 1, 2013

Malika Mokadem- The mask 1, 2013

Malika Mokadem- The mask 4, 2013

Malika Mokadem- The mask 4, 2013

Malika Mokadem- The mask 3 2013

Malika Mokadem- The mask 3 2013

Malika Mokadem -The mask 2, 2013

Malika Mokadem -The mask 2, 2013

Malika Mokadem- Faith 1, 2011

Malika Mokadem- Faith 1, 2011

Malika Mokadem- Faith 2, 2011

Malika Mokadem- Faith 2, 2011

Malika Mokadem- Butterflies inside my head 2 , 2011

Malika Mokadem- Butterflies inside my head 2 , 2011

Malika Mokadem- Velvet couch 1, 2011

Malika Mokadem- Velvet couch 1, 2011

Malika Mokadem- Velvet couch 2 2011

Malika Mokadem- Velvet couch 2 2011

Malika Mokadem- Virgin 1, 2013

Malika Mokadem- Virgin 1, 2013

Malika Mokadem- Tied up by vanity 3, 2012

Malika Mokadem- Tied up by vanity 3, 2012

Malika Mokadem- Leather gloves 2, 2013

Malika Mokadem- Leather gloves 2, 2013

Malika Mokadem- Leather gloves 3 2013

Malika Mokadem- Leather gloves 3 2013

Malika Mokadem- Dyptique 1, 2012

Malika Mokadem- Dyptique 1, 2012

Malika Mokadem -Butterflies inside my head 1 2011

Malika Mokadem -Butterflies inside my head 1 2011

Malika Mokadem- Blinfold 1, 2013

Malika Mokadem- Blinfold 1, 2013

Malika Mokadem- Blindfold 2, 2013

Malika Mokadem- Blindfold 2, 2013

Malika Mokadem- Leather cage 1 , 2012

Malika Mokadem- Leather cage 1 , 2012

Malika Mokadem- leather cage 2, 2012

Malika Mokadem- leather cage 2, 2012

Malika Mokadem- Magic box 2, 2013

Malika Mokadem- Magic box 2, 2013

Malika Mokadem-- Magic box 3, 2013

Malika Mokadem– Magic box 3, 2013

Malika Mokadem- Magic box 1 , 2013

Malika Mokadem- Magic box 1 , 2013

Malika Mokadem- Ghost, 2012

Malika Mokadem- Ghost, 2012

Malika Mokadem- Vertue and vice 1 2011

Malika Mokadem- Vertue and vice 1 2011

Malika Mokadem- Vertue and vice 2, 2011

Malika Mokadem- Vertue and vice 2, 2011

Malika Mokadem- Vertue and vice 3, 2011

Malika Mokadem- Vertue and vice 3, 2011

Malika Mokadem- Blond, 2013

Malika Mokadem- Blond, 2013

Malika Mokadem Projet exposition

Malika Mokadem Projet exposition

Le site de Malika Mokadem

Retrouvez Malika Mokadem sur facebook

Extrait d’entretien avec la photographe Malika Mokadem – Marseille – Sept 2011.