Hal Phyfe

Hal Phyfe Conchita Montenegro, nd Gelatin silver matte double-weight

Hal Phyfe -Nude, Vintage Sheet-fed Gravure printed in 1935 by Ullmann Printers, Brooklyn

Hal Phyfe -Nude, Vintage Sheet-fed Gravure printed in 1935 by Ullmann Printers, Brooklyn

Hal Phyfe -Marjorie Levoe, 1931

Hal Phyfe – Martha Lorber Ziegfeld Girl from theatre magazine July1927

Hal Phyfe -Barbara Stanwyck, 1927

Hal Phyfe- Lupe Velez, 1932

Hal Phyfe – Helen Morgan, 1920s

Hal Phyfe-Dorothy Hall, 1931

Hal Phyfe-Dorothy Hall, 1933

Hal Phyfe-Louise Brooks custom portrait ,1925

Hal Phyfe-Greta Nissen ,1930

Hal Phyfe -Greta Nissen, 1920s

Hal Phyfe- Lili Damita ,1932

Hal Phyfe – Gilda Gray 1927

Hal Phyfe- Lupe Velez, 1933

Edward Steichen – Dancers

 

Edward Steichen (1879-1973) -Isadora Duncan sous le portique du Parthénon à Athènes, 1920 Toulon, musée d’Art

Edward est le fils de Jean-Pierre et Marie Kemp Steichen. Sa famille émigre aux États-Unis en 1881 C’est à la Milwaukee’s American Fine Art Company qu’à l’âge de quinze ans Edward apprend l’art et la technique de la lithographie. Dès 1895, il commence alors à photographier son entourage et la campagne environnante, se distinguant déjà par ses compositions d’ambiance, son utilisation poétique de la lumière, son goût pour le clair-obscur romantique. Il est naturalisé américain en 1900 avant de retourner en Europe où il s’installe à Paris.


Edward Steichen se fait connaître comme peintre au tournant du XXe siècle. En 1900, avant de s’installer à Paris, il passe par New-York où il rencontre Alfred Stieglitz.

Lorsqu’il arrive à Paris il arrête ses études de dessin et commence une série de portraits des « Grands Hommes » parmi ceux-ci il y a Anatole France, Richard Strauss, George Bernard Shaw ou encore Henri Matisse.

Il rencontre à ce moment Auguste Rodin  Le sculpteur lui ouvre les portes de son atelier de Meudon ; il réalisera plusieurs séries de photographies de lui ainsi que de ses sculptures. Steichen adhère ainsi au mouvement pictorialiste, en devient l’un des maîtres

En 1902, il rejoint Alfred Stieglitz aux États-Unis. Il participe, avec lui, à la création de Photo-Secession, selon Stieglitz c’est un mouvement qui veut « faire sécession avec l’idée convenue de ce que constitue une photographie. » Ensemble, ils éditent en 1903 la revue Camera Work dans laquelle les photos sont mises en valeur. Ils font découvrir aux Américains les artistes d’avant-garde de la photographie française. La même année, il crée sa propre galerie d’art à New York, The Photo-Secession Galleries, ou « 291 ».

En 1911, il réalise ce qui est considéré historiquement comme la première photographie de mode, publiée dans la revue française Art et Décoration de Lucien Vogel.

Après la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle, il revient à la « straight photography », il évolue ensuite progressivement vers la photographie de mode. Au début des années 1920, l’éditeur américain Condé Nast le choisit pour devenir le photographe en chef des publications du groupe, imposant ses exigences en matière de photographie : « La distinction, l’élégance et le chic. » Il travaille particulièrement pour Vanity Fair et pour Vogue, magazines pour lesquels il réalise notamment de nombreux portraits de célébrités, démontrant une grande capacité à mettre en valeur ses sujets. Il travaillera également étroitement avec Carmel Snow d’Harper’s Bazaar.

Il photographie Gloria Swanson en 1924, puis l’une de ses photographies de l’actrice Greta Garbo, datant de 1928, parue en couverture du magazine Life le , est considéré comme l’un des portraits inoubliables de l’actrice.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est directeur de l’Institut photographique naval (Naval Photographic Institute). Son film documentaire, The Fighting Lady, remporte en 1945 l’Oscar du meilleur documentaire.

À partir de 1947 et jusqu’en 1962, Steichen est le directeur du département de la photographie du MoMA, le musée d’art moderne de New York.

Dancer, Gilda Gray, in character as a Javanese dancer, wearing a dark, beaded costume with bare legs, and standing on one leg, spreading her arms. Edward SteichenPublication in Vanity Fair, 1923

Edward Steichen- Julia Brokow, Barbara Brokow, and Mrs. Adee Bradley in dance costumes by William Weaver.February 15th, 1925

Edward Steichen- Melissa Yuille, Frances Colby, Mrs. M. Dorland Doyle, Mrs. Martin Littleton Jr., and Mrs. Fal de Saint Phalle pose , wearing dance costumes at the Hotel Plaza for the Persian Fete; Costumes designed by William Weave

Gilda Gray In Priestess Of Night’s High Mysteries by Edward Steichen , Published in Vanity Fair December 1st, 1923

Edward Steichen – The Isadora Duncan dancers of Moscow,1929

Edward Steichen- Dancer Harriet Hoctor , for Vanity Fair, nd

Edward Steichen- Martha Graham 1931

Edward Steichen- The Dancer Martha Graham during a performance of her Primitive Mysteries.February 15th, 1933

Edward Steichen-Martha Graham, NY 1931

Edward Steichen-Cyclamen – Isadora Duncan , Camera Work XLII-XLIII, 1913

Edward Steichen- Margaret Severn , 1923

Irving Chidnoff-Gilda Gray, 1930s

Irving Chidnoff-Gilda Gray, 1930s

James Abbe -Gilda Gray ,in “Aloma of the South Seas

James Abbe -Gilda Gray ,in “Aloma of the South Seas,