Atelier Jacob Merkelbach

« Jacob Merkelbach was the founder of one of the most famous Amsterdam portrait photography studios of the twentieth century on the fifth floor of fashion house Hirsch at Leidseplein Studio J Merkelbach ( Atelier Merkelbach) In the luxurious studio above the fashion warehouse Hirsch on the Leidseplein, he photographed almost all famous Dutch people from the theater world, writers, artists, businessmen and the wealthy Amsterdam bourgeoisie. Taking pictures of Abel Herzberg, André Herzberger, Carel Asser Daniel comme Mata Hari , Fien de la Mar , Théo Mann-Bouwmeester , Willem Mengelberg et Abel Herzberg , se sont fait capturer sur l’album sensible.and many others. His photographs are unique and of exceptional quality. You can see here the galery of protraits  .The personal signature in the design and execution of each portrait, the technical knowledge of the staff and the professional cooperation of the daughter and son-in-law made this workshop a well-running company that, after Merkelbach’s death, could be continued until 1969.

 

Jacob was born on April 29, 1877 and was the son of John Wilhelm Merkelbach and Maria Antonia van Schaik. His parents had a shop on the Nieuwendijk 57-59, which was sold mainly technical toys, and a fireworks factory in Amsterdam.
The fireworks factory was rebuilt in the 90s of the 19th century to a daylight film. This father did after he came into contact with Lumiére. Financially it was not profitable and father decided to go into all the photography. The case on the Nieuwendijk was an important place for the sale of photographic equipment. Above the case opens the son-father Machiel Laddé a workshop.
This workshop is Jacob works and continues to do so for about 10 years. There he learned the profession. In 1902 married with Josephine Harmsen and get on April 21 1904 they can daughter Maria Antonia (Mies). Later, Mies goes to work in the photo studio.
In 1913 own studio opens on Leidseplein 29, on the 5th floor of Hirsch. In 1924 Mies is working in the studio after she completed training at the Dagteken- Art and Craft School for Girls in Amsterdam. Her work in the studio is to retouch, enhance, and print photos.

In 1932 comes Lambert JM Rosenboom (15 Feb 1905, also known as Bobby) in the company work. Mies married him in 1939.
On February 6, 1942 dies Jacob Merkelbach. His daughter Mies puts the company on, her husband Bobby is arrested in 1941 and the remainder of the war in German captivity. Mies makes this period illegal passport photos in the studio, while the Germans regularly on the floor is due to the anti-aircraft guns on the roof of Hirsch & Cie.
Atelier Merkelbach gets in 1948 the honorable mission to Queen Wilhelmina portraits, one of the pictures the ceremonial of the Queen is.
In the 50’s declining interest in portrait photography. Photography is available for consumers by becoming less expensive devices. This also affects Atelier Merkelbach. In 1969, the company, on April 29 – the birthday of Jacob Merkelbach – lifted. There are 150,000 glass negatives of exceptional historical value. These will be donated to the City of Amsterdam. « by  scherptediepte.nl

I made the choice to propose you the photographs which represent dancers or nudes and some delicate portraits
********************************************************************
Dancers

Studio Merkelbach Alice Sally Mary (Lili) Green,1915

Studio Merkelbach Johanna Wittrock,1919

Studio Merkelbach Adriana (Henriette Blazer) Blaaser,1923

Studio Merkelbach Luise Aguste Julie (Luise) Marheineke,1919

Studio Merkelbach Angèle Sydow,1916

Jacob Merkelbach Angèle Sijdow, 1917-19

Jacob Merkelbach, the dancer Claire de Jongh in profile in tight dance pose 1927 – 1928

Jacob Merkelbach, the dancers Menagerie Folmer   and Claire de Jongh with right leg raised 1927 – 1928

Atelier Jacob Merkelbach-The dancers Gerie Folmer and Claire de Jongh in a symmetrical pose , 1927-28

Studio Merkelbach Wilhelmina (Mien) Loevendie,1930

Studio Merkelbach Mary Wigman,1922

Jacob Merkelbach Mary Wigman , 1922

Atelier Jacob Merkelbach -Mary Wigman .19120-30

Studio Merkelbach 1920

Studio Merkelbach Wilhelmina (Mien) Loevendie ,1915

Studio Merkelbach Wilhelmina (Mien) Loevendie ,1915

Studio Merkelbach Wilhelmina (Mien) Loevendie ,1915

Studio Merkelbach Wilhelmina (Mien) Loevendie ,1915

Studio Merkelbach Wilhelmina (Mien) Loevendie ,1915

Studio Merkelbach Lydia Lyta ,1915

Studio Merkelbach Alice Sally Mary (Lili) Green ,1915

 

Studio Merkelbach Wilhelmina (Mien)- 1918

Studio Merkelbach Wilhelmina (Mien)- Angele Sydow 1916

Studio Merkelbach Mies Rosenboom-Merkelbach, Angele Sydow,1916

Studio Merkelbach Mies Rosenboom-Merkelbach, Angele Sydow,1916

Studio Merkelbach Mies Rosenboom-Merkelbach, Angele Sydow,1916

Studio Merkelbach Mies Rosenboom-Merkelbach, Angele Sydow,1916

Studio Merkelbach Margaret Walker,1915

 

Studio Merkelbach, 1928

Jacob Merkelbach- Josephina Johanna (Fien) de la Mar (1898-1965), 1919

Atelier Jacob Merkelbach-The dancer Gerie Folmer .1927

Atelier Jacob Merkelbach-The dancer Gerie Folmer, half-legged, with bare-chested, 1927-28

Jacob Merkelbach-Danseres met lichtbol, , 1920

Studio Merkelbach, 1928

Studio Merkelbach Mies Rosenboom-Merkelbach, Angele Sydow,1919

****************************************************************

Nudes

Studio Merkelbach Johanna Wittrock,1918

studio-merkelbach-mies-rosenboom-merkelbach-19132

Jacob Merkelbach-naakt, 1925 – 1940

Jacob Merkelbach- Porrtret van Mies Rosenboom-Merkelbach als zittend naakt, 1925 – 1940

Studio Merkelbach mies-rosenboom-merkelbach-1913

Jacob Merkelbach (Attributed to) – Portrait of a seated nude, 1915-1930

Jacob Merkelbach- Naked woman sitting with hands held up to a white circle painted been light, 1925 – 1945

Studio Merkelbach Johanna Suers ,1933

Studio Merkelbach Johanna Suers ,1933

Studio Merkelbach Johanna Suers ,1933

Studio Merkelbach Johanna Suers ,1933

*******************************************************

Portraits

Studio Merkelbach 1920

Studio Merkelbach 1920

 

Atelier Jacob Merkelbach-Woman’s portrait with eyes closed on behalf of Film Productie Maatschappij ‘Neerlandia’.1938

Studio Merkelbach Wilhelmina (Mien)-Portrait 1921

Atelier Jacob Merkelbach-Nola Hatterman, 1922

Atelier Jacob Merkelbach-Beschrijving A. Roland Holst de Meester , 1927

Atelier Jacob Merkelbach-Beschrijving Helena Dorothea Catharina .1919

Atelier Jacob Merkelbach-Fashion photo for ‘De Prijslijst’, Reguliersbreestraat 15-17,1920-22

Atelier Jacob Merkelbach-Toneelplayer Mien van Kerckhoven-Kling (1894-1966), 1914

Jacob Merkelbach- Mevr. Brandes met sigaret en roos in het haar,1910 – 1919

Atelier Jacob Merkelbach-Corry Schiller-Italiaander (1886-1971), 1907

Atelier Jacob Merkelbach-Corry Schiller-Italiaander , nd

Atelier Jacob Merkelbach-Corry Schiller-Italiaander .1917

Studio Merkelbach 1918

Studio Merkelbach 1918

Studio Jacob Merkelbach Mevr. van Kerkhoven, 1927

Studio Jacob Merkelbach Mevr. Kauffeld, 1926

Studio Jacob Merkelbach Mevr. Meyer, 1927

Studio Jacob Merkelbach Mevr. Jonas, 1928

Studio Jacob Merkelbach Mevr. Dresden, 1921

Studio Jacob Merkelbach Mej. Meijer, 1913

Jacob Merkelbach-Chaja Goldstein tijdens toneelspel,1930 – 1960

Atelier Jacob Merkelbach-Portrait of a young woman in white dress, 1920-22

Atelier Jacob Merkelbach-Maria Antonia (Mies) Merkelbach .1922

Atelier Jacob Merkelbach-Sophie Davids .1917

Atelier Jacob Merkelbach-Teddy Schaenk, nd

Jacob Merkelbach-Portret van Mies Rosenboom-Merkelbach,1920 – 1930

Jacob Merkelbach-Portret van Mies Rosenboom – Merkelbach met witte hoofdbedekking, 1930 – 1970

Jacob Merkelbach-Reclamefoto, voor het atelier van Merkelbach, met danseres Angèle Sydow,1916

Jacob Merkelbach-Portret van Manuela del Rio gekleed in Griekse jurk,1915 – 1930

Jacob Merkelbach-Portret van gesluierde vrouw,, ca. 1920 – ca. 1930

Jacob Merkelbach- Portrait Of Young Woman With Necklace, 1920 – 1930

Jacob Merkelbach-Portret Mies Rosenboom-Merkelbach in blauwe jurk, 1920 – 1930

 

Jacob Merkelbach- Portrait Of A Woman In A Red Dress, 1920 – 1930

Studio Merkelbach, [Portrait of an unknown woman], between 1919 and 1929, Jos-Pé colour process

Studio Merkelbach divas,

Atelier Jacob Merkelbach-Fashion Photo with lying model in evening dress, neck necklace and earrings, 1935

Atelier Jacob MerkelbachTeixeira de Mattos, 1930

Atelier Jacob Merkelbach-Margaretha Geertruida (Mata Hari) .1915

Studio Merkelbach 1921

Studio Merkelbach 1920

Studio Merkelbach 1920

             http://redeenportret.nl/

Benedykt Jerzy Dorys (1901-1990)

Benedykt Jerzy Dorys  est principalement connu en tant que très grand portraitiste  (photographique). Son studio, basé à Varsovie était,  déjà avant la guerre, un lieu des plus tendance pour ne pas dire « branché » de la Ville de Varsovie et  se faire photographier par Dorys n’était pas seulement de bon goût, mais révélait un signe d’appartenance à la crème de la crème de l’époque. Cependant,  Dorys n’était pas uniquement focalisé sur les élites. En effet ses photographies des pauvres de Kazimierz Dolny dans les années 1930 sont aussi connues et ont tout autant marquées l’histoire de la photographie polonaise.

Moins connues, mais tout aussi intéressantes sont ses photos de mode et ses quelques photos artistiques du corps nus. Dorys adorait les femmes et a su en sublimer toute les beauté et ce que je vous propose aujourd’hui à travers des portrait ‘( sérés ou de plein pied), et par ses photographies de modes .

Mais Dorys a bien entendu photographié bon nombres d’hommes, mais vous connaissez mon goût pour La femme , le nu  ou l’érotisme.

Vous pouvez retrouver quelque nus dans un précédent post Ici

Jerzy Dorys Benedykt - Portrait of Zofia Batycka, Miss Poland, 1930

Jerzy Dorys Benedykt – Portrait of Zofia Batycka, Miss Poland, 1930

Jerzy Dorys Benedykt - Portrait of Zofii Batyckiej, 1930 2

Jerzy Dorys Benedykt – Portrait of Zofii Batyckiej, 1930

Jerzy Dorys Benedykt - Portrait of Zofii Batyckiej, 1930

Jerzy Dorys Benedykt – Portrait of Zofii Batyckiej, 1930

Jerzy Dorys Benedykt - Portrait of Zofia Batycka, Miss Poland, 1930

Jerzy Dorys Benedykt – Portrait of Zofia Batycka, Miss Poland, 1930

Dorys Jerzy Benedykt -Portrait of Sophia Batycka, 1930s

Dorys Jerzy Benedykt -Portrait of Sophia Batycka, 1930s

Jerzy Dorys Benedykt - Portrait of Zofii Batyckiej, 1930

Jerzy Dorys Benedykt – Portrait of Zofii Batyckiej, 1930

Jerzy Dorys Benedykt - Portrait ofNiny Grudzińskiej, 1932

Jerzy Dorys Benedykt – Portrait ofNiny Grudzińskiej, 1932

Jerzy Dorys Benedykt - portrait de Karoliny Lubieńskiej, 1932

Jerzy Dorys Benedykt – portrait de Karoliny Lubieńskiej, 1932

Jerzy Dorys Benedykt Loda Halama w tanecznej pozie], 1932 (2)

Jerzy Dorys Benedykt Loda Halama w tanecznej pozie, 1932

Jerzy Dorys Benedykt- Portrait of a man in scarf and coat with the collar , 1933 gif by Bill Domonkos is a visual artist and filmmaker.

Jerzy Dorys Benedykt- Portrait of a man in scarf and coat with the collar , 1933 gif by Bill Domonkos is a visual artist and filmmaker.

Jerzy Dorys Benedykt - Portrait ofOlgi Kamieńskiej, 1930

Jerzy Dorys Benedykt – Portrait ofOlgi Kamieńskiej, 1930

Jerzy Dorys Benedykt- Portret Marii Gorczyńskiej z flakonikiem perfum „Amour amour” firmy Jean Patout, 1930 gif by Bill Domonkos is a visual artist and filmmaker.

Jerzy Dorys Benedykt- Portret Marii Gorczyńskiej z flakonikiem perfum „Amour amour” firmy Jean Patout, 1930 gif by Bill Domonkos is a visual artist and filmmaker.

Jerzy Dorys Benedykt -Marii Malickiej, 1930.WEB

Jerzy Dorys Benedykt -Marii Malickiej, 1930.

Jerzy Dorys Benedykt - Portrait of Marii Gorczyńskiej, 1931

Jerzy Dorys Benedykt – Portrait of Marii Gorczyńskiej, 1931

Jerzy Dorys Benedykt -Halina Hulanicka dansant Halina Hulanicka dancing, 1930

Jerzy Dorys Benedykt -Halina Hulanicka dansant Halina Hulanicka dancing, 1930

Jerzy Dorys Benedykt -Anthony Nellé dance, 1933

Jerzy Dorys Benedykt -Anthony Nellé dance, 1933

Jerzy Dorys Benedykt -autoportret, 1930

Jerzy Dorys Benedykt -autoportret, 1930

Josef Ehm (1909-1989)

Josef Ehm was a Czech photographer, teacher and editor. From 1934 – 1946, Ehm taught at the State School of Graphic Arts in Prague and, between 1939 and 1941, he edited with Funke magazine Photo horizon. In 1943, Ehm participated as the author of several shots for a portfolio of modern Czech photography.

In its free form, Ehm’s work was a remarkable representative of the stream based on the New Objectivity. In his work, the link between a sense of purist photography and perfection crafts is apparent. From the thirties to the sixties, Ehm’s work created a chamber ensemble of instruments, portraits, natural and urban landscapes and original ideas. He is one of the few photographers whose work is in the retaining elements which helped create a new pragmatism after 1945.

Josef Ehm- Woman with Veil 1946 vintage gelatin silver print

Josef Ehm, Untitled, 1946

Josef Ehm – Portrait behind black lace, 1945

Josef Ehm – Nude with Golden Lace I1946.Gelatin silver print_e

Josef Ehm – Rovina , Circa 1935. Gelatin silver print

Josef Ehm – Nude with Sabattier’s Effect, 1946. Gelatin silver print.

Josef Ehm – Krajkovaná Žena.Gelatin silver print

Josef Ehm – Nude with Seabattier_s Effect II1946.Gelatin silver print

Josef Ehm – NUDE (SOLARISATION), 1936Vintage gelatin silver print.

Josef Ehm – Nude with Golden Lace I 1946.Gelatin silver print

Josef Ehm – Nude on a Chair 1960 .Gelatin silver print

Josef Ehm – Nude on a Chair 1960 .Gelatin silver print

Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

© Anders Petersen- Serie, Close Distance-2002

Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

© Anders Petersen-Mental Hospital-1995

Henri Michaux – Nous deux encore ,1948 photographie par Brassaï

Henri Michaux assis à sa table de travail 1943-1945 photo Brassaï , épreuve gélatino-argentique , Estate Brassaï - RMN-Grand Palais

Henri Michaux assis à sa table de travail 1943-1945 photo Brassaï , (Détail) épreuve gélatino-argentique , Estate Brassaï – RMN-Grand Palais

the original photo isthisone

Henri Michaux assis à sa table de travail 1943-1945 photo Brassaï , épreuve gélatino-argentique , Estate Brassaï - RMN-Grand Palais

Henri Michaux assis à sa table de travail 1943-1945 photo Brassaï , épreuve gélatino-argentique , Estate Brassaï – RMN-Grand Palais

Henri Michaux – Nous deux encore ,1948

 » Air du feu, tu n’as pas su jouer.
Tu as jeté sur ma maison une toile noire. Qu’est-ce que cet opaque partout ? C’est l’opaque qui a bouché mon ciel.Qu’est-ce que ce silence partout ? C’est le silence qui a fait taire mon chant.

L’espoir, il m’eût suffi d’un ruisselet. Mais tu as tout pris. Le son qui vibre m’a été retiré.
Tu n’as pas su jouer. Tu as attrapé les cordes. Mais tu n’as pas su jouer. Tu as tout bousillé tout de suite. Tu as cassé le violon. Tu as jeté une flamme sur la peau de soie.
Pour faire un affreux marais de sang.

Son bonheur riait dans son âme. Mais c’était tout tromperie. Ca n’a pas fait long rire.

Elle était dans un train roulant vers la mer. Elle était dans une fusée filant sur le roc. Elle s’élançait quoiqu’immobile vers le serpent de feu qui allait la consumer. Et fut là tout à coup, saisissant la confiante, tandis qu’elle peignait sa chevelure, contemplant sa félicité dans la glace.
Et lorsqu’elle vit monter cette flamme sur elle, oh…
Dans l’instant la coupe lui a été arrachée. Ses mains n’ont plus rien tenu. Elle a vu qu’on la serrait dans un coin. Elle s’est arrêtée là-dessus comme sur un énorme sujet de méditation à résoudre avant tout. Deux secondes plus tard, deux secondes trop tard, elle fuyait vers la fenêtre, appelant au secours.
Toute la flamme alors l’a entourée.

Elle se retrouve dans un lit, dont la souffrance monte jusqu’au ciel, jusqu’au ciel, sans rencontrer de dieu… dont la souffrance descend jusqu’au fond de l’enfer, jusqu’au fond de l’enfer sans rencontrer de démon.
L’hôpital dort. La brûlure éveille. Son corps, comme un parc abandonné..

Défenestrée d’elle-même, elle cherche comment rentrer. Le vide où elle godille ne répond pas à ses mouvements.
Lentement, dans la grange, son blé brûle.
Aveugle, à travers le long barrage de souffrance, un mois durant, elle remonte le fleuve de vie, nage atroce.
Patiente, dans l’innommable boursouflé elle retrace ses formes élégantes, elle tisse à nouveau la chemise de sa peau fine. La guérison est là. Demain tombe le dernier pansement. Demain…
Air du sang, tu n’as pas su jouer. Toi non plus, tu n’as pas su. Tu as jeté subitement, stupidement, ton sot petit caillot obstructeur en travers d’une nouvelle aurore.
Dans l’instant elle n’a plus trouvé de place. Il a bien fallu se tourner vers la Mort.
A peine si elle a aperçu la route. Une seconde ouvrit l’abîme. La suivante l’y précipitait.
On est resté hébété de ce côté-ci. On n’a pas eu le temps de dire au revoir. On n’a pas eu le temps d’une promesse.
Elle avait disparu du film de cette terre.
Lou
Lou
Lou, dans le rétroviseur d’un bref instant
Lou, ne me vois-tu pas ?
Lou, le destin d’être ensemble à jamais
dans quoi tu avais tellement foi
Eh bien ?
Tu ne vas pas être comme les autres qui jamais plus ne font signe, englouties dans le silence.
Non, il ne doit pas te suffire à toi d’une mort pour t’enlever ton amour.
Dans la pompe horrible
qui t’espace jusqu’à je ne sais quelle millième dilution
tu cherches encore, tu nous cherches place
Mais j’ai peur
On n’a pas pris assez de précautions
On aurait dû être plus renseigné,
Quelqu’un m’écrit que c’est toi, martyre, qui va veiller sur moi à présent.
Oh ! J’en doute.
Quand je touche ton fluide si délicat
demeuré dans ta chambre et tes objets familiers que je presse dans mes mains
ce fluide ténu qu’il fallait toujours protéger
Oh j’en doute, j’en doute et j’ai peur pour toi,
Impétueuse et fragile, offerte aux catastrophes
Cependant, je vais à des bureaux, à la recherche de certificats gaspillant des moments précieux qu’il faudrait utiliser plutôt entre nous précipitamment tandis que tu grelottes
attendant en ta merveilleuse confiance que je vienne t’aider à te tirer de là, pensant « A coup sûr, il viendra
« il a pu être empêché, mais il ne saurait tarder
« il viendra, je le connais
« il ne va pas me laisser seule
« ce n’est pas possible
« il ne va pas laisser seule, sa pauvre Lou…
Je ne connaissais pas ma vie. Ma vie passait à travers toi. Ca devenait simple, cette grande affaire compliquée. Ca devenait simple, malgré le souci.
Ta faiblesse, j’étais raffermi lorsqu’elle s’appuyait sur moi.
Dis, est-ce qu’on ne se rencontrera vraiment plus jamais ?
Lou, je parle une langue morte, maintenant que je ne te parle plus. Tes grands efforts de liane en moi, tu vois ont abouti. Tu le vois au moins ? Il est vrai, jamais tu ne doutas, toi. Il fallait un aveugle comme moi, il lui fallait du temps, lui, il fallait ta longue maladie, ta beauté, ressurgissant de la maigreur et des fièvres, il fallait cette lumière en toi, cette foi, pour percer enfin le mur de la marotte de son autonomie.
Tard j’ai vu. Tard j’ai su. Tard, j’ai appris « ensemble » qui ne semblait pas être dans ma destinée. Mais non trop tard.
Les années ont été pour nous, pas contre nous.
Nos ombres ont respiré ensemble. Sous nous les eaux du fleuve des événements coulaient presque avec silence.
Nos ombres respiraient ensemble et tout en était recouvert.

J’ai eu froid à ton froid. J’ai bu des gorgées de ta peine.
Nous nous perdions dans le lac de nos échanges.
Riche d’un amour immérité, riche qui s’ignorait avec l’inconscience des possédants, j’ai perdu d’être aimé. Ma fortune a fondu en un jour.
Aride, ma vie reprend. Mais je ne me reviens pas. Mon corps demeure en ton corps délicieux et des antennes plumeuses en ma poitrine me font souffrir du vent du retrait. Celle qui n’est plus, prend, et son absence dévoratrice me mange et m’envahit.
J’en suis à regretter les jours de ta souffrance atroce sur le lit d’hôpital, quand j’arrivais par les corridors nauséabonds, traversés de gémissements vers la momie épaisse de ton corps emmailloté et que j’entendais tout à coup émerger comme le « la » de notre alliance, ta voix, douce, musicale, contrôlée, résistant avec fierté à la laideur du désespoir, quand à ton tour tu entendais mon pas, et que tu murmurais, délivrée « Ah tu es là ».
Je posais ma main sur ton genou, par-dessus la couverture souillée et tout alors disparaissait, la puanteur, l’horrible indécence du corps traité comme une barrique ou comme un égout, par des étrangers affairés et soucieux, tout glissait en arrière, laissant nos deux fluides, à travers les pansements, se retrouver, se joindre, se mêler dans un étourdissement du cœur, au comble du malheur, au comble de la douceur.
Les infirmières, l’interne souriaient ; tes yeux pleins de foi éteignaient ceux des autres.
Celui qui est seul, se tourne le soir vers le mur, pour te parler. Il sait ce qui t’animait. Il vient partager la journée. Il a observé avec tes yeux. Il a entendu avec tes oreilles.
Toujours il a des choses pour toi.
Ne me répondras-tu pas un jour ?
Mais peut-être ta personne est devenue comme un air de temps de neige, qui entre par la fenêtre, qu’on referme, pris de frissons ou d’un malaise avant-coureur de drame, comme il m’est arrivé il y a quelques semaines. Le froid s’appliqua soudain sur mes épaules je me couvris précipitamment et me détournai quand c’était toi peut-être et la plus chaude que tu pouvais te rendre, espérant être bien accueillie ; toi, si lucide, tu ne pouvais plus t’exprimer autrement. Qui sait si en ce moment même, tu n’attends pas, anxieuse, que je comprenne enfin, et que je vienne, loin de la vie où tu n’es plus, me joindre à toi, pauvrement, pauvrement certes, sans moyens mais nous deux encore, nous deux…” Henri Michaux