Roger Parry (1905-1977) part I

Né en 1905, Roger Parry se forme à l’Ecole nationale des Arts décoratifs avant de découvrir la photographie. Il devient l’assistant de Maurice Tabard en 1928, au studio de photographie publicitaire Deberny-Peignot. A l’aide d’images aussi dépouillées qu’efficaces, il introduit dans cet art appliqué qu’est la photographie publicitaire les audaces formelles des avant-gardes (photogrammes, photomontages, solarisations…).

Très vite, il prépare avec Fabien Loris l’illustration photographique d’un recueil de poèmes de Léon-Paul Fargue, Banalité. Sa publication en 1931 va le faire apprécier des milieux intellectuels ; il participe alors aux expositions collectives qui réunissent de nombreux talents de l’époque comme Kertész ou Man Ray.

A partir de 1931, Parry est chargé de la promotion de romans publiés à la NRF (Nouvelle Revue Française) qui lui commande plus de 200 couvertures pour des collections populaires.

Il est aussi photographe de plateau sur L’Atalante de Jean Vigo, illustrateur et portraitiste pour Gallimard ou collaborateur de Voilà et Détective.

En 1932, il s’embarque pour un long voyage vers les îles de la Polynésie française, où il réalise un reportage « tendant simplement à présenter un tableau aussi fidèle que possible de la vie actuelle à Tahiti et aux Iles sous le Vent» (Préface de « Tahiti »).
Ces photographies sont publiées dans Tahiti en 1934, ouvrage élaboré avec la complicité de Malraux.

En 1938, utilisant le prétexte de la publication de Zuyderzee (roman de Jeff Last aux éditions Gallimard), il effectue un reportage dans les polders hollandais. Dans une recherche constante de l’envers du décor, il y affine l’orientation documentaire de sa pratique personnelle.

Réformé en 1939, il intègre pendant la guerre la rédaction de Match et de Marie-Claire, avant de publier régulièrement dans La Semaine, principal hebdomadaire de divertissement sous l’Occupation. Il photographie alors les galas, les expositions ou les pièces de théâtre d’un Paris occupé dont la vie culturelle continue malgré tout.

En août 1944, il rejoint le Comité de Libération des reporters photographes de presse après avoir photographié le soulèvement populaire de Paris.

En tant que correspondant de guerre, il suit ensuite les Alliés jusqu’au printemps 1945, de l’Alsace à la poche de Royan.

Après la guerre, il couvre pour l’AFP la visite officielle du Général de Gaulle à New York en 1945 et la Conférence de Moscou en 1947. A la fin des années 1940 il délaisse progressivement le reportage de presse.

A partir de 1948, aux côtés d’André Malraux, il collabore aux collections de la « Galerie de La Pléiade » et surtout de « l’Univers des formes » dont il est le directeur technique pour les premiers volumes, révélant ainsi la vaste palette de ses talents d’illustrateur, de graphiste, de maquettiste et de photographe.

Il décède en 1977, quelques mois après André Malraux.

 Voir tous les articles sur Roger Parry

Roger Parry -Etude pour la couverture de Les Trois jeunes filles de Vienne (fumeuse d'opium), 1934

Roger Parry -Etude pour la couverture de Les Trois jeunes filles de Vienne (fumeuse d’opium), 1934

Roger Parry - Sans Titre, 1933-1934

Roger Parry – Sans Titre, 1933-1934

Roger Parry-Nu couché , 1933-34

Roger Parry -Nu (bras allongés°, 1930

Roger Parry -Nu (bras allongés°, 1930

Roger Parry-Nu, années 1930

Roger Parry-Nu, années 1930

Roger Parry- Une femme aux seins nus brandit un sabre à cheval sur une peau de bête, 1933-34( Etudes ; Illustrations de romans populaires, Collection Détective de Gallimard

Roger Parry- Une femme aux seins nus brandit un sabre à cheval sur une peau de bête, 1933-34( Etudes ; Illustrations de romans populaires, Collection Détective de Gallimard

Roger Parry-Bas et porte-jarretelles, 1935

Roger Parry-Bas et porte-jarretelles, 1935

Roger Parry-Femme les jambes croisées portant des bas, 1935

Roger Parry-Femme les jambes croisées portant des bas, 1935

Roger Parry Femme s'habillant devant un miroir, Reportage. Publicité pour grande maison de blanc - Mode vers 1930

Roger Parry Femme s’habillant devant un miroir, Reportage. Publicité pour grande maison de blanc – Mode vers 1930

Roger Parry- Ludmilla Tcherina pour un spectacle de danse à Nice-Monte-Carlo , novembre 1943

Roger Parry- Ludmilla Tcherina pour un spectacle de danse à Nice-Monte-Carlo , novembre 1943

Roger Parry -Portrait de Femme Double Image, 1928

Roger Parry -Portrait de Femme Double Image, 1928

Roger Parry -Nu, 1928

Roger Parry -Nu, 1928

Roger Parry - Sans Titre, 1928 - 1930

Roger Parry – Sans Titre, 1928 – 1930

Roger Parry. Double Exposure, Robert Couturier, 1931© Ministère de la Culture - Médiathèque du Patrimoine

Roger Parry. Double Exposure, Robert Couturier, 1931© Ministère de la Culture – Médiathèque du Patrimoine

Roger Parry.- femme dans un lit, double exposition 1933.© Ministère de la Culture - Médiathèque du Patrimoine.&

Roger Parry.- femme dans un lit, double exposition 1933.© Ministère de la Culture – Médiathèque du Patrimoine.&

Roger Parry- La Malle,vers 1929

Roger Parry- La Malle,vers 1929

Roger Parry- Untitled, 1930s

Roger Parry- Untitled, 1930s

Roger Parry -Pièce vide et œil (double exposition), 1929

Roger Parry -Pièce vide et œil (double exposition), 1929

Roger Parry-Banalité 3, 1930

Roger Parry-Banalité 3, 1930

Roger Parry- Mains avec boule de cristal, Variation, 1930 © Ministère de la Culture - Médiathèque du Patrimoine edité pour for André Maurois’ Le peseur d’âmes en1932

Roger Parry- Mains avec boule de cristal, Variation, 1930 © Ministère de la Culture – Médiathèque du Patrimoine edité pour for André Maurois’ Le peseur d’âmes en1932

Roger Parry- Nature morte, 1929

Roger Parry- Nature morte, 1929

Roger Parry- Etude, 1930

Roger Parry- Etude, 1930

Roger Parry Main sur crépis avec traînée, 1928

Roger Parry Main sur crépis avec traînée, 1928

Roger Parry-Un serpent s'enroule autour des doigts et du poignet d'un homme 1933

Roger Parry-Un serpent s’enroule autour des doigts et du poignet d’un homme 1933

Roger Parry -Illustration pour la couverture d'un roman de Sidney Fairway , Un serpent et une main crispée,1933

Roger Parry -Illustration pour la couverture d’un roman de Sidney Fairway , Un serpent et une main crispée,1933

Roger Parry- Un serpent dans des draps et deux mains crispées, 1933

Roger Parry- Un serpent dans des draps et deux mains crispées, 1933

Roger Parry-Illustration de la couverture d'un roman de Maurice Marrou ; Une femme renversée et une valise1933

Roger Parry-Illustration de la couverture d’un roman de Maurice Marrou ; Une femme renversée et une valise, 1933

Roger Parry- Une femme étendue sur le dos, les yeux ouverts, la tête contre une valise et une revue de tauromachie dans une main1933

Roger Parry- Une femme étendue sur le dos, les yeux ouverts, la tête contre une valise et une revue de tauromachie dans une main, 1933

Roger Parry Une femme inconsciente est soutenue par une rambarde 1934

Roger Parry Une femme inconsciente est soutenue par une rambarde 1934

Roger Parry- Femme soufflant dans un gros coquillage,nd1

Roger Parry- Femme soufflant dans un gros coquillage,nd1

Roger Parry- Femme soufflant dans un gros coquillage,nd

Roger Parry- Femme soufflant dans un gros coquillage,nd

Roger Parry-autoportrait, , 1942

Roger Parry-autoportrait, , 1942

Josef Vetrovsky (1897 – 1944)

Josef Vetrovsky est l’un des acteurs de la photographie tchèque des années 20 et années 30. Sans bénéficier de la même reconnaissance que son compatriote et homologue Josef Sudek et de son professeur František Drtikol (1883-1961), il a lui aussi fait partie de la Société tchèque de photographie. Une exposition lui est consacrée, à Prague, en 1939. Josef Vetrovsky déclinera dans beaucoup de ses photographies les repères cubistes, et futuristes même parfois, du courant tchèque. L’étude de nu proposé ici n’y échappe pas.

Josef Vetrovsky – Naked woman on a couchcirca 1928

Josef Vetrovsky- Female Nude with Vase. 1929

Josef Vetrovsky- nude , Gelatin-silver print 1930s

Josef Vetrovsky – Female Nude 1931. Vintage gelatin silver print

Josef Vetrovsky- Nude, 1930s

Josef Vetrovsky – Female Nude Leaning, , 1928

Josef Vetrovsky -Untitled Around 1930 Gelatin silver print

Josef Vetrovsky – -Female Nude 1931. Vintage gelatin silver print_e Femme nue sur un canapé, circa 1928

Josef Vetrovsky- Akt study, around 1930, gelatin silver print

Josef Vetrovsky- nude , Gelatin-silver print 1930s

Josef Vetrovsky- nude , Gelatin-silver print 1930s

Josef Vetrovsky- Female-nude, 1929 (printed-1990s)

Josef Vetrovsky- Female Nude with Vase. 1929-30

Josef Vetrovsky- nude , Gelatin-silver print 1930s

Josef Vetrovsky – Nude Study , Prague 1930 ,Gelatin silver print

Josef Vetrovsky -Untitled Around 1936.Gelatin silver print

Josef Vetrovsky –Still life. Around 1925.Gelatin silver print

Albert Arthur Allen (for the Berkeley California) – From the portofolio The Sheik, 1929

 

Albert Arthur Allen (for the Berkeley California) -Portfolio of eight silver gelatin nude photographs titled The Sheik, each with plate number stamped on verso 1929

Albert Arthur Allen (for the Berkeley California) – From the portofolio The Sheik, 1929

Albert Arthur Allen (for the Berkeley California) – From the portofolio The Sheik, 1929

Albert Arthur Allen (for the Berkeley California) – From the portofolio The Sheik, 1929

Albert Arthur Allen (for the Berkeley California) -Portfolio of eight silver gelatin nude photographs titled The Sheik, . 1929

Albert Arthur Allen (for the Berkeley California) -Portfolio of eight silver gelatin nude photographs titled The Sheik, . 1929

Albert Arthur Allen (for the Berkeley California) -Portfolio of eight silver gelatin nude photographs titled The Sheik, . 1929

Albert Arthur Allen (for the Berkeley California) -Portfolio of eight silver gelatin nude photographs titled The Sheik, . 1929

Albert Arthur Allen (for the Berkeley California) -Portfolio of eight silver gelatin nude photographs titled The Sheik, . 1929

Albert Arthur Allen (for the Berkeley California) -Portfolio of eight silver gelatin nude photographs titled The Sheik, . 1929

Albert Arthur Allen (for the Berkeley California) -Portfolio of eight silver gelatin nude photographs titled The Sheik, . 1929

Albert Arthur Allen (for the Berkeley California) -Portfolio of eight silver gelatin nude photographs titled The Sheik, . 1929

Albert Arthur Allen (for the Berkeley California) -Portfolio of eight silver gelatin nude photographs titled The Sheik, . 1929

 

 

Claude CAHUN & Marcel MOORE Aveux non avenus. (Unavowed confessions). Paris, Editions du Carrefour, 1930

Je reposte les articles que l’adagp a fait supprimer sur dénonciation . Mais heureusement une SAUVEGARDE par archiche.org  fût realisée  ICI : Publié par Kate03/10/2012

 

Je remercie vivement  Andrea Oberhuber qui cite mon article et prend la peine d’ajouter l’hyperlien qui renvoyait à l’article à l’époque, page 5 dans sa recherche « Projets photolittéraires et modes de lecture de l’objet livre dans les années trente » , [format pdf ]

 

Les Aveux non avenus est un livre magistral et méconnu, un vaste poème en prose dans lequel il faut se perdre, comme on peut se perdre dans Une saison en enfer de Rimbaud. Élaboré en une dizaine d’années,(entre 1919 et 1929), « Aveux non avenus » est le livre majeur de Claude Cahun, poète, photographe et plasticienne surréaliste. Il s’agit de sa grande entreprise autobiographique qui met en jeu l’aventure inquiétante de vivre et la quête d’images diffractées de l’insaisissable identité. Organisé en courtes séquences cinématographiques, photographiques, le texte est un savant enregistrement et montage de fragments de moments vécus, de récits de rêves, de lettres, de fragments de journal intime, de morceaux de prose polémique, de considérations introspectives, spéculatives, de contes et de poèmes. Souvent réalisés à partir de ses autoportraits, les photomontages sont des constructions oniriques à la très grande force plastique. Ici, un œil, des mains ; là, une effusion de visages, des jeux de miroirs, des labyrinthes visuels infinis.

Cahun est l’artiste fascinante qui explora toutes les limites des genres – sexuel, grammatical, littéraire, idéologique – avec une audace exemplaire et largement anticipatrice. Elle est l’alter ego féminin de Duchamp. Rappelons que Claude Cahun est l’auteur d’une œuvre photographique extrêmement novatrice dans laquelle, dès les années 1930, elle explore la question du miroir et du double, la mise en scène de soi, le travestissement, la mas­carade dans une quête narcissique revendiquée et l’affirmation d’une liberté (notamment sexuelle) sans limite, annonçant l’œuvre de Pierre Molinier, mais aussi celles d’Urs Lüthi ou de Cindy Sherman, pour ne citer qu’eux.

Publié en 1930 aux Éditions du Carrefour, avec une préface de Pierre Mac Orlan, Aveux non avenus est un livre-objet. La maquette et les illustrations – dix magnifiques héliogravures, qui sont des chefs-d’œuvre du photomontage surréaliste – ont été réalisées par Claude Cahun en collaboration avec sa compagne, Suzanne Malherbe.

Claude Cahun and Marcel Moore, Photomontage for frontispiece for Aveux non avenus (unavowed confessions), 1919-1929

 

Claude Cahun et Moore- Aveux non avenus, planche II, 1919-1929

Claude Cahun et Moore- Aveux non avenus, planche II, 1919-1929

 

Claude Cahun et Moore- Aveux non avenus, planche III, 1919-1929

Claude Cahun et Moore- Aveux non avenus, planche III, photomontage , 1919-1929

« Tu t’es ému de quelques-unes de mes folies ( parfois des plus futiles), et cela au hasard, sans grand discernement.
Tu m’as reproché de m’être levée au milieu de la nuit pour regarder passer un train ( oui, comme les vaches!) probablement quelconque mais que je chargeais d’une présence chère… Tu as incriminé des regards (que toi seul as su voir), je ne sais quels contacts, et mon idolâtrie (ça, c’est la vengeance divine), et mon exagération verbale (honteuse, littéraire). Je la reconnais d’ailleurs, je te donne raison; mais j’ai l’ambition de vivre soumise à d’autres vérités que la vérité littérale. Simple accumulateur qui prend l’électricité nécessaire n’importe où il y a du courant -voilà ce que je suis. Voilà ce qu’il faut être. Mes passions me sont merveilleusement indifférentes (interchangeables selon la meilleure occasion, pour ainsi dire à volonté). Leur résultat prodigieux sur mon âme m’intéresse par-delà tout scrupule. »

Claude Cahun, Aveux non avenus

Claude Cahun et Moore- Aveux non avenus, planche IV , 1919-1929

 

Claude Cahun et Moore- Aveux non avenus, planche IV , 1919-1929

 

« Dans la nuit noire. En attendant de voir clair, je veux me traquer, me débattre […]. Je ne voudrais coudre, piquer, tuer qu’avec l’extrême pointe. Le reste du corps, la suite, quelle perte de temps ! Ne voyager qu’à la proue de moi-même. »

Claude Cahun, Aveux non avenus

Claude Cahun et Moore- Aveux non avenus, planche V , 1919-1929

Claude Cahun et Moore- Aveux non avenus, planche VI, 1919-1929

Claude Cahun et Moore- Aveux non avenus, planche VI,1919-1929

« Je sens comme si je les voyais, mes cuisses maigrir d’une sueur de fièvre, douche parfois brulante, parfois glacée, toujours inattendue. Mes genoux vidés, les os dissous, vêtu d’un parchemin lucide, se gonflent, flottante vessies de porc. Mon cœur alenti sonne un glas funèbre, puis bat bruyamment comme un tocsin. Il devient mobile, se promène dans mon ventre, y éclate en coliques profondes. À chaque secousse, une conscience tombe, pulvérisée. Peu à peu, je m’allège. Bref répit ! Mon cœur se gonfle outrageusement et s’emplit d’hydrogène. Gros ballon rouge et bleu, il monte au bout d’un fil.
À l’autre bout, c’est une guêpe enfermée, qui frappe à coups venimeux aux parois de ma poitrine. Si je l’aidais à sortir ? Et mes ongles sans hésiter pratiqueraient un jour qui guide l’échappée de ce cœur s’il ne faisait dehors désespérément noir.
Ô nocturne sans issue qui se joue dans les cercles de la nuit musicale, infernal serpent qui s’est décapité en avalant sa queue, bracelet aux sept chaînes hermétiques…
Le ballon rouge et bleu est très fort : il me soulève de mon lit, fasciné. Je sens la fatigue d’une lévitation dont je serais le médium, et les affres d’un spectateur qui croirait au danger. Une sorte de jouissance vague me balance ; et – me rappelant l’abîme du sommeil, vertige souterrain qu’interrompt la secousse périodique, rude comme une chute – je répète obscurément :
J’aime encore mieux monter que descendre. Ca ira bien – jusqu’au plafond. »

 

Claude Cahun et Moore- Aveux non avenus, planche VII, 1919-1929

« Une feuille de verre. Où mettrai-je le tain ? En deça, au delà ; devant ou derrière la vitre ?

Devant je m’emprisonne. Je m’aveugle. Que m’importe, passant, de te tendre un miroir où tu te reconnaisses, fût-ce un miroir déformant et signé de ma main ? […]

Derrière. Je m’enferme également. Je ne saurai rien du dehors.

Laisser la vitre claire, et selon les hasards et les heures voir confusément, partiellement, tantôt les fugitifs et tantôt mon regard. Réciprocité parfaite. »

Claude Cahun et Moore- Aveux non avenus, planche VIII, 1919-1929

Claude Cahun et Moore- Aveux non avenus, planche VIII, 1919-1929

« Je suis dans le poing et dans la plaie ; je me reconnais ici, là et partout. »

« Un nouveau verbe, un nouvel objet – et le même sujet. Toujours le même enchaînement de plaintes »

« Signalement :
Front moyen
Yeux moyens
Intelligence moyenne
Sensibilité peu marquée
Oreilles grandes
Lèvres mobiles, langue souple
Mains prestes, mains de jongleur — pour l’Olympia ou le vol à la tire

Signe particulier : une ligne de vie faisant le tour du pouce. »

Claude Cahun et Moore- Aveux non avenus, planche IX , 1919-1929

« Distribuer le gâteau en retranchant ma part. Si un cube n’entre pas dans ma construction, je le supprime. Un à un je les retire tous […].

Je me fais raser les cheveux, arracher les dents, les seins – tout ce qui gêne ou impatiente mon regard – l’estomac, les ovaires, le cerveau conscient et enkysté. Quand je n’aurai plus qu’une carte en main, qu’un battement de cœur à noter, mais à la perfection, bien sûr je gagnerai la partie. » Aveux non avenus

Claude Cahun et Moore- Aveux non avenus, planche X , 1919-1929

« Tu t’es ému de quelques-unes de mes folies ( parfois des plus futiles), et cela au hasard, sans grand discernement.
Tu m’as reproché de m’être levée au milieu de la nuit pour regarder passer un train ( oui, comme les vaches!) probablement quelconque mais que je chargeais d’une présence chère… Tu as incriminé des regards (que toi seul as su voir), je ne sais quels contacts, et mon idolâtrie (ça, c’est la vengeance divine), et mon exagération verbale (honteuse, littéraire). Je la reconnais d’ailleurs, je te donne raison; mais j’ai l’ambition de vivre soumise à d’autres vérités que la vérité littérale. Simple accumulateur qui prend l’électricité nécessaire n’importe où il y a du courant -voilà ce que je suis. Voilà ce qu’il faut être. Mes passions me sont merveilleusement indifférentes (interchangeables selon la meilleure occasion, pour ainsi dire à volonté).

 

Claude Cahun et Marcel Moore, Aveux non avenus. (Unavowed confessions), Paris, Editions du Carrefour, 1929-1930. with text and 10 photogravures.( preface Pierre Mac Orlan) // scanned Book.

Écrivain, photographe et militante associée surréalistes de gauche en France dans les années 1930, Claude Cahun est le pseudonyme de Lucy Schwob. En collaboration avec sa compagne  Suzanne Malherbe, qui adopta le nom de Marcel Moore, Cahun réalise des œuvres écrites, sculptures et collages qui explorent souvent l’identité de genre.

L’Essai autobiographique de Cahun, Aveux non avenus [inavouées confessions], a été publié à Paris en 1930, est le travail d’art original fait par Cahun et Moore  qui a duré de 1919à 1929 .

Cahun apparaît sous les formes énigmatiques, en jouant des personnages différents à l’aide de masques et miroirs et mettant en vedette androgyne rasée ou cheveux coupé, comme peut être vu dans les vues multiples d’elle sur le côté inférieur gauche de ce collage. L’image comprend également des symboles constitués par les femmes de se représenter eux-mêmes — le œil pour Moore, l’artiste et la bouche pour Cahun, l’écrivain et acteur. Considérant que la majorité des surréalistes était des hommes, dont les images femmes apparaissent comme des objets érotiques, autoportraits androgynes de Cahun explorent identité féminine, telle que construite, aux multiples facettes et en fin de compte comme ayant une absence nihiliste au cœur. Cahun écrit: « sous ce masque, un autre masque. Je ne serai jamais fini de soulever tous ces visages. »

 

 

František Drtikol – Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris, 1929

« Dans mon travail, je m’appuie sur l’affirmation du Livre de la Genèse que Dieu a créé l’homme à son image. Il est clair qu’il n’a pas créé l’habillement pour l’homme, il est né nu. C’est pourquoi je regarde la nudité comme l’œuvre de Dieu, en sa beauté comme la chose la plus évidente et morale. Je soutiens que l’humanité serait plus naturelle, sincère et belle si elle avait prêté attention au nu plus souvent. Avec la nudité, les distinctions sociales disparaissent et la beauté de l’homme demeure. Dans mon travail, je suis inspiré par trois choses: le mouvement , l’immobilité et l’expression des lignes individuelles . J’utilise ensuite le fond et les accessoires – des objets simples comme des cercles, des lignes ondulées et des colonnes .
Je laisse la beauté de la ligne elle-même avoir un impact, sans fioriture, en supprimant tout ce qui est secondaire. Ou j’illustre une notion et l’intensifie avec la lumière et parfois par suggestion par le biais un simple trait ondulé, cercle, à la surface ou juste avec une ombre portée sur une toile de fond. Ou bien j’utilise le corps comme un objet de décoration, en le positionnant dans divers milieux et sources de lumières. C’est ainsi que je crée toutes mes photos « .František Drtikol

František Drtikol (1883-1961)

František Drtikol n’était pas seulement un brillant photographe, dont les travaux ont influencé toute une génération, mais en même temps un personnage très controversé, dans lequel se mélangeait des contradictions difficiles à comprendre. Drtikol possède plusieurs visages. Il y a František Drtikol l’artisan dans son atelier de photographie dans lequel défilaient les personnages illustres de l’époque, comme les deux présidents Tomáš Garrigue Masaryk et Edvard Beneš. Ensuite, il y a Drtikol l’artiste, dont la facette la plus connue est celle du photographe de nus féminins. C’est d’ailleurs grâce à cette production qu’il a acquis une renommée internationale et qu’il a été récompensé à Paris. (Aux côtés d’autres artistes tchèques, Drtikol a participé à l’exposition Art Déco à Paris en 1925, où il a reçu le Grand Prix. Suite à ce succès, en 1929, on lui a publié un grand portfolio de nus dans une édition de collecteurs que je vous présente aujourd’hui.

Dans les années 1930, il a acquis une bonne réputation aux Etats-Unis, où il a eu plusieurs expositions indépendantes, une expérience tout à fait inédite pour un artiste tchèque) . La diversité de ses approches artistiques est impressionnante , une période Art nouveau avec des portraits, des nus féminins et des paysages, des cut-up, de la peinture, puis un style influencé par l’Avant-garde, le constructivisme( influencé par Jaroslav Rössler qui était employé dans son atelier). Par exemple, pour l’anecdote et illustré le personnage complexe qu’il était, bien qu’il fût issu d’une famille catholique, il a cherché un nouveau chemin spirituel et il devient un pionnier du bouddhisme et du yoga en République Tchèque.

Il débute assez jeune par un apprentissage chez un photographe et peu après commence à se concentrer sur son propre travail photographique. Il approfondit ensuite ses compétences et son talent au cours de l’école de la photographie à Munich. Après des études à Munich et le service militaire, Drtikol a ouvert son premier studio de photographie à Prague, l’établissant comme l’un des studios les plus prospères en Europe pendant les années vingt.

La carrière de Frantiskek Drtikol dans la photographie a grandi pendant les années du Prague Symboliste et les deux mouvements qui influencent profondément ses premières photographies de nus en leur donnant une qualité picturale ‘Art Nouveau’. Toutefois, pendant les années 1920 et 1930, ses influences décalées et il a commencé à créer un nouveau genre de photographie de nu avec une approche avant-gardiste. Souvent il intégrer la danse expressive et style Art déco dans ses photographies de nus. Après son Prix à Paris son Studio est devenu incontournable et , un certain nombre d’artistes talentueux, comme Jan Zrzavý, Vlasta Burian, Josef Čapek ou Alfons Mucha son passé sous son objectif. On peut donc en conclure que, déjà dans les années 1930, Drtikol avait une renommée internationale. Il se consacrait aux nus et portraits principalement à cette époque, mais parallèlement à tout cela il continuait sa quête spirituelle et pratiquait intensivement le bouhdisme. Il traduit des livres, donne des conférences et forme même un groupe d’adeptes. En 1929, il aurait atteint le Nirvana. Dans une de ses lettres, a écrit à ce sujet: « et j’ai été tout et le tout,et en cela je n’étais que rien absolu. ». Cela prenait beaucoup de place dans sa vie, quant bien même il continuait à photographier et peindre. C’est sous l’influence de son développement spirituel que se transforme sa production artistique. En 1923, son style change. Ses photographies contiennent trois éléments – le corps nu de la femme, des formes géométriques simples, le plus souvent une ligne onduleuse, et la lumière. Ce style originel a par la suite évolué vers encore plus de simplicité. Mais dans le milieu des années 1930 Drtikol abandonne complètement la photographie. Il vend son studio, ses plaques de verre, négatifs, et la caméra pour se consacrer à la peinture.

Le paradoxe et les multiples facettes de Drtikol se dévoile aussi dans le fait qu’il fût plus tard un membre actif du Parti communiste , il l’était dès 1945 et ce jusqu’à sa mort en 1961, et même un camarade actif également en 1948, il aurait été témoin au processus dans les années 1950, et en 1968 niant la revolution….

František Drtikol , dessinateur, peintre mais surtout célèbre photographe de format international.fût beaucoup plus apprécié à l’étranger que chez lui., tout comme cela s’applique à d’autres classiques de la photographie tchèque,Jaromír Funke et Josef Sudek pour ne citer qu’eux…

František  Drtikol –  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris, 1929 préface de Claude de Santeul.
[30 planches en héliogravure]

 publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des art décoratifs, Paris 1929

publiée dans Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des art décoratifs, Paris 1929

František Drtikol planche I, 1929

František Drtikol planche I,  publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche II, 1929

František Drtikol- Planche II,  publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche III, 1929

František Drtikol- Planche III,  publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche IV 1929

František Drtikol- Planche IV , publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche V 1929

František Drtikol- Planche V, « La Priere », 1925  publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche VI, 1929

František Drtikol- Planche VI, publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche VII, 1929

František Drtikol- Planche VII, publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche VIII, 1929

František Drtikol- Planche VIII, publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche IX, 1929

František Drtikol- Planche IX, « La Mort », 1925  publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche XVII, publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des art décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche XVII, publiée dans Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche X, 1929

František Drtikol- Planche X,publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche XI, 1929

František Drtikol- Planche XI, publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche XII, 1929

František Drtikol- Planche XII,publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche XIII, publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des art décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche XIII, publiée dans Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche XIV, 1929

František Drtikol- Planche XIV, publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche XV, 1929 1

František Drtikol- Planche XV, publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche XVI, 1929

František Drtikol- Planche XVI,publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František  Drtikol - ,from  Les Nus de Drtikol, Plate XVIII, Edtion Librairie des art décoratifs, Paris, 1929

František Drtikol – Planche  XVIII, publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche XIX, 1929

František Drtikol- Planche XIX,publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche XX, 1929

František Drtikol- Planche XX,publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche XXI, 1929

František Drtikol- Planche XXI,publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche XXII, 1929

František Drtikol- Planche XXII, publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche XXIII, 1929

František Drtikol- Planche XXIII,publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche XXIV, 1929

František Drtikol- Planche XXIV, publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche XXV, 1929

František Drtikol- Planche XXV, publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche XXVI, 1929

František Drtikol- Planche XXVI, publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche XXVII, 1929

František Drtikol- Planche XXVII,publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche XXVIII, 1929

František Drtikol- Planche XXVIII, publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche XXIX, 1929

František Drtikol- Planche XXIX, publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

František Drtikol- Planche XXX, 1929

František Drtikol- Planche XXX, publiée dans  Les Nus de Drtikol, Edtion Librairie des arts décoratifs, Paris 1929

Karel Teige : Devětsil & ReD ( 1927-31)

Né à Prague en Décembre 1900, Karel Teige était un éditeur et graphiste ainsi que la figure majeure du mouvement d’avant-garde tchèque « Devětsil ». Fondée en 1920, la Devětsil  s’inspire du  surréalisme et  du cubisme,  populaires en Europe occidentale à l’époque, mais aussi du mouvement  Russe « Proletkult » (Пролеткульт – [modifier radicalement les formes artistiques existantes avec une nouvelle approche révolutionnaire esthétique de classe ouvrière ]. Teige et ses accolites avant gardistes  portent et déplacent les principes du poétisme et du constructivisme à travers les différentes disciplines artistiques. Dans ses compositions typographiques et collages se lisent les liens entre surréalisme et fonctionnalisme.
Teige est devenu le porte-parole de Devětsil en 1921, élaborant le principe que «Tout art nouveau,  est nécessairement une réaction contre le précédent ».

Cette nouvelle orientation a été renforcée par ses visites à Paris en 1922 et ses interactions avec les artistes là-bas, y compris Constantin Brancusi, Pierres Albert-Birot et Man Ray avec qui il gardera des liens étroits. Il a lu avec voracité et élargi ses voyages au début des années 1920 afin obtenir une connaissance de première main du cubisme , du surréalisme et des mouvements de constructivisme russe. il a visité toutes les grandes villes Russes et Européens dans le but de deployer et construire des relations personnelles et étroites avec les artistes  d’avant-garde.
Teige a été publié dans la revue expressionniste allemande « Die Aktion » ,  a collaboré étroitement au sujet de l’architecture avec Le Corbusier et Walter Gropius et a donné des conférences au Bauhaus, tandis que son influence dans son propre pays a été considérable, Teige était vraiment un pilier du mouvement moderniste international.

En 1924, Teige ayant embrassé le constructivisme Russe , le  » tableau poème » ou « Poème Pictural », nait avec Jaroslav Seifert.  Teige et Seifert étaient convaincus que ce nouveau système de signe non verbal serait réveiller les sens, de sorte que dans la future société socialiste on pourrait profiter pleinement de tous les effets sensoriels. Leur vision  de la société idéale, était d’abolir la division du travail et de l’art, ainsi , l’art comprendrait toutes les activités humaines, même les sports, le jardinage ou la cuisine.On comprend donc que Teige est impliqué politiquement à travers ses actes créatifs. Il crée à la fois pour la Nation, le peuple et l’art , ces trois niveaux étant indissociables. et je vous conseille également ici sur wordpress toujours en anglais Excerpts from Karel Teige’s “Poetism Manifesto” (1928)
Translated by Gerald Turner. From Between Two Worlds: A Sourcebook of Central European Avant-Gardes, 1910-1930. (The MIT Press. Cambridge, MA: 2002) [Originally published as “Manifest poetismu,” in ReD Vol. 1, No. 9 (1928)]

Cette forme d’expression  est devenu rapidement  très populaire parmi les artistes du Devětsil et « poésie optique » devient une nouvelle « norme » lexicale. Des Poèmes d’image associant la disposition typographique et  des poèmes combinés avec le collage et le photomontage, et ont été  produits en masse à cette époque. Très vite, Karel Teige a affirmé la perte de « l’autonomie de la peinture », la  remplaçant par l’Affiche et le Poème Image. A cette époque  il a commencé à écrire des scénarios de films et utilisant la technique de dissolution comme un moyen de mise en forme poétique des objets dans d’autres objets.
 Au printemps 1927  Teige est désavoué par le presse Tchèque . Une vague critique assez virulente pointe en effet ce dernier et le mouvement Devětsil comme obsolète et épuisée. Pourtant en Octobre 1927 un Magazine mensuel voit le jour  » ReD » éditer sous la houlette de  Devětsil .  Publié entre 1927-1931, ( Bien que Devětsil déclinera jusqu’à cesser toute activité en 1930). Le contenu de la revue a été principalement déterminé par Teige, il a  en effet édité et conçu les trois volumes.
Il présente des thématiques très diversifiées, embrassant la poèsie,  l’architecture, la peinture, la photographie, la sculpture,  , la politique,le théâtre, la danse, et témoigne très largement du mouvement Surréaliste Français ( en autre et particulièrement quand même) , et International. Tous les avant- guardistes Russes et Européens de l’époque y sont publiés. ReD est un véritable miroir de la Culture Surréaliste. Teige ayant été forcé de se retirer de son engagement public,  continuera à maintenir son travail de  poème d’image et son travail d’éditeur- concepteur, avec la parution du magazine jusqu’en 1931

En 1951, il meurt d’une crise cardiaque. Il est dit qu’elle ne fût que la résultante d’une campagne de presse soviétique féroce contre lui. En definitive ,c‘est l’histoire d’un homme qui a essayé de changer le monde en renversant les valeurs morales et artistiques vers la cause de ce qu’il espérait être une société meilleure et qui a fini par être écrasé par ceux qui (à première vue  ) apparaissaient  également  travailler pour une société meilleure. Telle était la différence entre Teige et les communistes qui, à sa mort en 1951qui  ont confisqué tous les manuscrits et écrits qu’ils pouvaient trouver dans l’appartement de Teige.

Je vous présente aujourd’hui simplement quelques planches de ce magazine, témoignant, du champ culturel que Red balayait.

La majeure parie des ReD Ici ansi que les autres travaux d’éditeur et de typographe de Karel Teige  ( très complet)

Article très complet en Anglais sur Karel Teige  Ici  ( lien en traduction française, c’est approximatif mais on le comprend très bien. Vous pouvez le désactiver si vous le souhaitez)

et sur son travail de typographe editeur  Ici

Yves Tangy - From ReD published by Karel Teige), 197-28

Yves Tangy – From ReD ( Directed ans published by Karel Teige), 197-28

Salvator dali et Louis Bunel , Le chien andalou From ReD published by Karel Teige ReD 3, 1929-31

Salvator Dali et Louis Bunel , Le chien andalou From ReD ( Directed ans published by Karel Teige) ReD 3, 1929-31

Toyen- Fata-moragana & Štyrský Krajina v oblacích. (1927-1931) From ReD published by Karel Teige), 1927-28

Toyen- Fata-moragana & Štyrský Krajina v oblacích. (1927-1931) From ReD ( Directed ans published by Karel Teige), 1927-28

the Dancer Milca Mayerová- uncredited, published In ReD( Dirrected ans published by Karel Teige), issue # 1, 1927-28

the Dancer Milca Mayerová- uncredited, published In ReD( Directed ans published by Karel Teige), issue # 1, 1927-28

René Clair & Francis Picabia Entr'acte; Man Ray Etoile de Mer. From ReD published by Karel Teige), 1927-28 From ReD published by Karel Teige), 1927-28

René Clair & Francis Picabia Entr’acte; Man Ray Etoile de Mer. From ReD ( Directed ans published by Karel Teige), 1927-28 From ReD published by Karel Teige), 1927-28 ( articles sur Man Ray)

Vítězslav Nezval & Karel Teige (1924)6 Tabeau Poème, L'Embarquement pour Cythère published In ReD( Dirrected ans published by Karel Teige), issue # 2, 1928-29

Vítězslav Nezval & Karel Teige (1924)6 Tabeau Poème, L’Embarquement pour Cythère published In ReD( Directed ans published by Karel Teige), issue # 2, 1928-29

Constantin Brancusi (1925) Pták = L'oiseau From ReD published by Karel Teige),Red 2 , 1928-1929

Constantin Brancusi (1925) Pták = L’oiseau From ReD ( Directed ans published by Karel Teige),Red 2 , 1928-1929

Moholy-Nagy- Plakát (L'Affiche Reklameplakat ,Photoplastik) & Olly Dolly sister, From ReD published by Karel Teige) Octobre 1927

László Moholy-Nagy- Plakát (L’Affiche Reklameplakat ,Photoplastik) & Olly Dolly sister, From ReD ( Directed ans published by Karel Teige)Octobre 1927 (voir les articles sur László Moholy-Nagy)

Man Rayn - Kiki & l'étoile de mer From ReD published by Karel Teige), 1928

Man Ray- Kiki & l’étoile de mer From ReD ( Directed ans published by Karel Teige), 1928 ( articles sur Man Ray)

Guillaume Apollinaire & eige & Mrkvička From ReD published by Karel Teige), 1927-28

Guillaume Apollinaire , Teige & Mrkvička From ( Directed ans published by Karel Teige), 1927-28 voir ici la version originale

Jindřich Štyrský ( Noční rychlík Express de nuit, The wedding Trip, & Jaroslav Seifert. published In ReD( Dirrected ans published by Karel Teige), issue # 2, 1928-29

Jindřich Štyrský ( Noční rychlík Express de nuit, The wedding Trip, & Jaroslav Seifert. published In ReD( Directed ans published by Karel Teige), issue # 2, 1928-29

Jarmila Horáková, 20.1.1928 from ReD published by Karel Teige), issue6 , 1929

Jarmila Horáková, 20.1.1928 from ReD ( Directed ans published by Karel Teige), issue6 , 1929

Man Ray &Tristan Tzara - From ReD published by Karel Teige), 1927-28

Man Ray &Tristan Tzara – From ReD ( Directed ans published by Karel Teige), 1927-28 ( articles sur Man Ray)

Man Ray From ReD published by Karel Teige), 1928-29

Man Ray From ReD ( Directed ans published by Karel Teige), 1928-29 ( articles sur Man Ray)

Marc Chagall From ReD published by Karel Teige), 1927-28

Marc Chagall From ReD ( Directed ans published by Karel Teige), 1927-28

Picasso- Zátiší ( Nature morte ) & Le Corbusier, Pierre Jeanneret & Charlotte Perriand , Kovové lehátko (Chaise longue ) From ReD published by Karel Teige), Octobre 1927

Picasso- Zátiší ( Nature morte ) & Le Corbusier, Pierre Jeanneret & Charlotte Perriand , Kovové lehátko (Chaise longue ) From ReD ( Directed ans published by Karel Teige), Octobre 1927

Paul Outerbridge 1924 From ReD published by Karel Teige), ReD 2, 1928-29

László Moholy-Nagy From ReD ( Directed ans published by Karel Teige), ReD 2, 1928-29 (voir les articles sur László Moholy-Nagy)

Paul Outerbridge 1924 From ReD published by Karel Teige), ReD 2, 1928-29

Paul Outerbridge 1924 From ReD ( Directed ans published by Karel Teige), ReD 2, 1928-29

Max Ernst- Puška ( Le fusil Gewehr Les malheurs des immortels) & Max Ernst- Přírodopis ( L'histoire naturelle Naturgeschichte.) From ReD published by Karel Teige), 1927-1928

Max Ernst- Puška ( Le fusil Gewehr Les malheurs des immortels) & Max Ernst- Přírodopis ( L’histoire naturelle Naturgeschichte.) From ReD ( Directed ans published by Karel Teige), 1927-1928 voir article sur  Max Ernst )

Marc Chagall From ReD published by Karel Teige), 1927-28

Marc Chagall From ReD( Directed ans published by Karel Teige) 1927-28

From ReD published by Karel Teige), 1927-28

From ReD ( Directed ans published by Karel Teige)), 1927-28

E. O Hoppé- Alla Nazimova published In ReD( Dirrected ans published by Karel Teige), issue # 1, 1927-28

E. O Hoppé- Alla Nazimova( Actrice Russe), published In ReD( Directed ans published by Karel Teige), issue # 1, 1927-28 ( voir Ici ce portrait et plus sur Alla Nazimova)

Arthur Harfaux (1929) From ReD published by Karel Teige), issue # 3, 1929-31

Arthur Harfaux (1929) From ReD ,( Directed ans published by Karel Teige) issue # 3, 1929-31

Aenne Biermann (German, 1898 – 1933)

Aenne Biermann est née Anna Sibilla Sternfeld en 1898 dans la province du Rhin de l’Allemagne. Après son mariage et la naissance de ses deux enfants, Biermann a commencé à s’impliquer dans le mouvement de la « Nouvelle Objectivité » des années 1920. Ce mouvement rejetait les principes expressionnistes et favorisait le travail avec des formes simples et un contenu social. Le mouvement a pris fin avec la chute de la République de Weimar et la montée de Hitler.
Son travail a été affiché à chaque exposition de photographies majeur en Allemagne dans les années 1920.
Le travail de Biermann propose des cadres serrés, et met l’accent sur les surfaces tactiles. Elle a expérimenté l’imagerie métaphorique des objets du quotidien, des minéraux et des plantes.

Aenne Biermann - Acentauria Mochata 1931

Aenne Biermann – Acentauria Mochata 1931

Aenne Biermann- Porträt der Schauspielerin M(aria) F(ein) , 1929

Aenne Biermann- Porträt der Schauspielerin M(aria) F(ein) , 1929

Aenne Biermann -Untitled ( Portrait of Anneliese Schiesser) , 1929

Aenne Biermann -Untitled ( Portrait of Anneliese Schiesser) , 1929

Aenne Biermann -Untitled (nude study of Anneliese Schiesser) ,1931

Aenne Biermann -Untitled (nude study of Anneliese Schiesser) ,1931

Aenne Biermann- Untitled (photomontage with portrait of Anneliese Schiesser and view of Paris), 1929

Aenne Biermann- Untitled (photomontage with portrait of Anneliese Schiesser and view of Paris), 1929

Aenne Biermann – Untitled montage , 1931

Aenne Biermann - "Frauenbildnis", photogravure, 1931

Aenne Biermann – « Frauenbildnis », photogravure, 1931

Aenne Biermann -Akt (Nude), 1930

Aenne Biermann -Akt (Nude), 1930

Aenne Biermann- Untitled, akt, 1930s

Aenne Biermann- Untitled, (Akt), 1930s

Aenne Biermann- winter, 1931

Aenne Biermann- winter, 1931

Aenne Biermann - Acentauria Mochata 1931

Aenne Biermann – Acentauria Mochata 1931

Aenne Biermann - Round peppers, 1928.

Aenne Biermann – Round peppers, 1928.

Aenne Biermann - Kastanienknospen. 1929

Aenne Biermann – Kastanienknospen. 1929

Aenne Biermann-Rubber Tree , 1927

Aenne Biermann-Rubber Tree , 1927

Aenne Biermann- Funkie. 1926

Aenne Biermann- Funkie. 1926

Aenne Biermann -Wurfel.  photogravure. c1930

Aenne Biermann -Wurfel. photogravure. c1930

Aenne Biermann- Finale, 1927-28

Aenne Biermann- Finale, 1927-28

Aenne Biermann- Komposition. 1929

Aenne Biermann- Komposition. 1929

Aenne Biermann - Fireworks, 1931

Aenne Biermann – Fireworks, 1931

Aenne Biermann-  Contemplation, d' Helga ( Betrachtung, Tochter Helga) , 1930

Aenne Biermann- Contemplation, d’ Helga ( Betrachtung, Tochter Helga) , ( self- portrait) 1930