Frieda Gertrude Riess

Riess was born in Czarnikau in the Prussian Province of Posen where her Jewish parents were shopkeepers. At the end of the 1890s, the family moved to Berlin where she first studied sculpture under Hugo Lederer (c. 1907) and later photography at the Berlin « Photographischen Lehranstalt », receiving her diploma in the summer of 1915.

In 1918, she opened a business on the prestigious Kurfürstendamm; it became one of the most popular studios in the city. Partly as a result of her marriage to the journalist Rudolf Leonhard in the early 1920s, she extended her clientele to celebrities such as playwright Walter Hasenclever, novelist Gerhart Hauptmann and actors and actresses including Tilla Durieux, Asta Nielsen and Emil Jannings. While on a trip to Italy in 1929, she was invited to photograph Benito Mussolini. In addition, she contributed to the journals and magazines of the day including Die Dame, Berliner Illustrierte Zeitung, Der Weltspiegel, Querschnit and Koralle

Her success in Berlin was however short-lived. In 1932, after falling in love with the elderly French ambassador in Berlin, she moved to Paris with him, disappearing from the public eye. Even the date of her death cannot be clearly established and her place of burial remains unknown  (source wilkipedia)

 

Frieda Riess- Toni Freeden – Dancer, Germany  in a dancing pose – 1927 via getty images

Frieda Riess- The dancer Grit Helgesa Portrait in the role of a Harlekin Vintage,1920 via getty images

Frieda Riess- Ellen Petz Dancer, choreographer, Germany with a partner in the Petz Kainer Ballet ‘Scherzo’; costumes designed by Ludwig Kainer – 1920 via getty images

Frieda Riess- Portrait of Margo Lion, Cabaret Artist, Chansonniere, Actress, Germany, Portrait singing the couplet ‘Die Linie der Mode’ in the Wilde Bühne in Berlin 1924 via getty images

Frieda Riess- Hands Beautiful female hands , 1924 via getty images

Frieda Riess- Portrait of The dancer Grit Hegesa,1919 via getty images

Frieda Riess-Mria Schreker, Opera SingerWife of the composer Franz Schreker ,1922 via getty images

Frieda Riess- Lotte Pritzel Costume designer, doll artist,1925 via getty images

Frieda Riess- Lally Horstmann1920 via getty images

Frieda Riess- Lani Mohr-Solf,1931 via getty images

Frieda Riess- Portrait of the actress Leontine Kühnbergy 1925 via getty images

Frieda Riess- Dare Vare The daughter of the Italian Ambassador in China, wearing a white dress in the summer,1933 via getty images

Frieda Riess-Trude  Hesterberg – Actress, SingerPortrait in the cabaret Wilde Bühne, dressed in a long dress Vintage,1922 via getty images

Frieda Gertrud Riess The Sculptor Renée Sintenis (Die Bildhauerin Renée Sintenis) Gelatin silver print, 1925-35 Via moma

Frieda Gertrud Riess – Woman’s handS, 1924 via

 

Frieda Ries- Renee Sintenis, sculptor, Germany 1925 via

Frieda Riess-Baroness Nadine Uexküll dressed as Nefertiti,1928

Atelier Riess (Frieda Gertrud). Bara – Die Tänzerin Charlotte Bara. Ca. 1926-28.

Frieda Gertrud Riess Nude Model ,photogravure, 1925 via ebay

Frieda Gertrud Riess Nude Model ,photogravure, 1925 via ebay

Frieda Gertrud Riess Nude Model ,photogravure, 1920 via ebay

Frieda Gertrud Riess Nude Model ,photogravure 1920 via ebay

 Elio Luxardo 


Moda, Roma, ca. 1930/’40, Vintage gelatin silver print, on card mount. Courtesy  Galleria Luxardo, Roma


Moda, Roma, ca. 1930/’40, Vintage gelatin silver print, on card mount. Signed in the image. PROVENIENZA: Galleria Luxardo, Roma


Description: Still Life, 1938,  Gelatin silver print, printed 1960. Courtesy  Galleria Luxardo, Roma

Elio Luxardo  - Marinetti futurista, ca. 1930 Vintage gelatin silver print

Elio Luxardo – Marinetti futurista, ca. 1930 Vintage gelatin silver print

Elio Luxardo  -Ballerine futuriste, ca. 1930  Vintage gelatin silver print Galleria Luxardo, Roma

Elio Luxardo -Ballerine futuriste, ca. 1930 Vintage gelatin silver print Galleria Luxardo, Roma

 

Marthe by Pierre Bonnard, c. 1900s Photograph, drawing, and photo/drawing superimposition

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Marthe by Pierre Bonnard, c. 1900s  Photograph, drawing, and photo/drawing superimposition

Henri Michaux – Nous deux encore ,1948 photographie par Brassaï

Henri Michaux assis à sa table de travail 1943-1945 photo Brassaï , épreuve gélatino-argentique , Estate Brassaï - RMN-Grand Palais

Henri Michaux assis à sa table de travail 1943-1945 photo Brassaï , (Détail) épreuve gélatino-argentique , Estate Brassaï – RMN-Grand Palais

the original photo isthisone

Henri Michaux assis à sa table de travail 1943-1945 photo Brassaï , épreuve gélatino-argentique , Estate Brassaï - RMN-Grand Palais

Henri Michaux assis à sa table de travail 1943-1945 photo Brassaï , épreuve gélatino-argentique , Estate Brassaï – RMN-Grand Palais

Henri Michaux – Nous deux encore ,1948

 » Air du feu, tu n’as pas su jouer.
Tu as jeté sur ma maison une toile noire. Qu’est-ce que cet opaque partout ? C’est l’opaque qui a bouché mon ciel.Qu’est-ce que ce silence partout ? C’est le silence qui a fait taire mon chant.

L’espoir, il m’eût suffi d’un ruisselet. Mais tu as tout pris. Le son qui vibre m’a été retiré.
Tu n’as pas su jouer. Tu as attrapé les cordes. Mais tu n’as pas su jouer. Tu as tout bousillé tout de suite. Tu as cassé le violon. Tu as jeté une flamme sur la peau de soie.
Pour faire un affreux marais de sang.

Son bonheur riait dans son âme. Mais c’était tout tromperie. Ca n’a pas fait long rire.

Elle était dans un train roulant vers la mer. Elle était dans une fusée filant sur le roc. Elle s’élançait quoiqu’immobile vers le serpent de feu qui allait la consumer. Et fut là tout à coup, saisissant la confiante, tandis qu’elle peignait sa chevelure, contemplant sa félicité dans la glace.
Et lorsqu’elle vit monter cette flamme sur elle, oh…
Dans l’instant la coupe lui a été arrachée. Ses mains n’ont plus rien tenu. Elle a vu qu’on la serrait dans un coin. Elle s’est arrêtée là-dessus comme sur un énorme sujet de méditation à résoudre avant tout. Deux secondes plus tard, deux secondes trop tard, elle fuyait vers la fenêtre, appelant au secours.
Toute la flamme alors l’a entourée.

Elle se retrouve dans un lit, dont la souffrance monte jusqu’au ciel, jusqu’au ciel, sans rencontrer de dieu… dont la souffrance descend jusqu’au fond de l’enfer, jusqu’au fond de l’enfer sans rencontrer de démon.
L’hôpital dort. La brûlure éveille. Son corps, comme un parc abandonné..

Défenestrée d’elle-même, elle cherche comment rentrer. Le vide où elle godille ne répond pas à ses mouvements.
Lentement, dans la grange, son blé brûle.
Aveugle, à travers le long barrage de souffrance, un mois durant, elle remonte le fleuve de vie, nage atroce.
Patiente, dans l’innommable boursouflé elle retrace ses formes élégantes, elle tisse à nouveau la chemise de sa peau fine. La guérison est là. Demain tombe le dernier pansement. Demain…
Air du sang, tu n’as pas su jouer. Toi non plus, tu n’as pas su. Tu as jeté subitement, stupidement, ton sot petit caillot obstructeur en travers d’une nouvelle aurore.
Dans l’instant elle n’a plus trouvé de place. Il a bien fallu se tourner vers la Mort.
A peine si elle a aperçu la route. Une seconde ouvrit l’abîme. La suivante l’y précipitait.
On est resté hébété de ce côté-ci. On n’a pas eu le temps de dire au revoir. On n’a pas eu le temps d’une promesse.
Elle avait disparu du film de cette terre.
Lou
Lou
Lou, dans le rétroviseur d’un bref instant
Lou, ne me vois-tu pas ?
Lou, le destin d’être ensemble à jamais
dans quoi tu avais tellement foi
Eh bien ?
Tu ne vas pas être comme les autres qui jamais plus ne font signe, englouties dans le silence.
Non, il ne doit pas te suffire à toi d’une mort pour t’enlever ton amour.
Dans la pompe horrible
qui t’espace jusqu’à je ne sais quelle millième dilution
tu cherches encore, tu nous cherches place
Mais j’ai peur
On n’a pas pris assez de précautions
On aurait dû être plus renseigné,
Quelqu’un m’écrit que c’est toi, martyre, qui va veiller sur moi à présent.
Oh ! J’en doute.
Quand je touche ton fluide si délicat
demeuré dans ta chambre et tes objets familiers que je presse dans mes mains
ce fluide ténu qu’il fallait toujours protéger
Oh j’en doute, j’en doute et j’ai peur pour toi,
Impétueuse et fragile, offerte aux catastrophes
Cependant, je vais à des bureaux, à la recherche de certificats gaspillant des moments précieux qu’il faudrait utiliser plutôt entre nous précipitamment tandis que tu grelottes
attendant en ta merveilleuse confiance que je vienne t’aider à te tirer de là, pensant « A coup sûr, il viendra
« il a pu être empêché, mais il ne saurait tarder
« il viendra, je le connais
« il ne va pas me laisser seule
« ce n’est pas possible
« il ne va pas laisser seule, sa pauvre Lou…
Je ne connaissais pas ma vie. Ma vie passait à travers toi. Ca devenait simple, cette grande affaire compliquée. Ca devenait simple, malgré le souci.
Ta faiblesse, j’étais raffermi lorsqu’elle s’appuyait sur moi.
Dis, est-ce qu’on ne se rencontrera vraiment plus jamais ?
Lou, je parle une langue morte, maintenant que je ne te parle plus. Tes grands efforts de liane en moi, tu vois ont abouti. Tu le vois au moins ? Il est vrai, jamais tu ne doutas, toi. Il fallait un aveugle comme moi, il lui fallait du temps, lui, il fallait ta longue maladie, ta beauté, ressurgissant de la maigreur et des fièvres, il fallait cette lumière en toi, cette foi, pour percer enfin le mur de la marotte de son autonomie.
Tard j’ai vu. Tard j’ai su. Tard, j’ai appris « ensemble » qui ne semblait pas être dans ma destinée. Mais non trop tard.
Les années ont été pour nous, pas contre nous.
Nos ombres ont respiré ensemble. Sous nous les eaux du fleuve des événements coulaient presque avec silence.
Nos ombres respiraient ensemble et tout en était recouvert.

J’ai eu froid à ton froid. J’ai bu des gorgées de ta peine.
Nous nous perdions dans le lac de nos échanges.
Riche d’un amour immérité, riche qui s’ignorait avec l’inconscience des possédants, j’ai perdu d’être aimé. Ma fortune a fondu en un jour.
Aride, ma vie reprend. Mais je ne me reviens pas. Mon corps demeure en ton corps délicieux et des antennes plumeuses en ma poitrine me font souffrir du vent du retrait. Celle qui n’est plus, prend, et son absence dévoratrice me mange et m’envahit.
J’en suis à regretter les jours de ta souffrance atroce sur le lit d’hôpital, quand j’arrivais par les corridors nauséabonds, traversés de gémissements vers la momie épaisse de ton corps emmailloté et que j’entendais tout à coup émerger comme le « la » de notre alliance, ta voix, douce, musicale, contrôlée, résistant avec fierté à la laideur du désespoir, quand à ton tour tu entendais mon pas, et que tu murmurais, délivrée « Ah tu es là ».
Je posais ma main sur ton genou, par-dessus la couverture souillée et tout alors disparaissait, la puanteur, l’horrible indécence du corps traité comme une barrique ou comme un égout, par des étrangers affairés et soucieux, tout glissait en arrière, laissant nos deux fluides, à travers les pansements, se retrouver, se joindre, se mêler dans un étourdissement du cœur, au comble du malheur, au comble de la douceur.
Les infirmières, l’interne souriaient ; tes yeux pleins de foi éteignaient ceux des autres.
Celui qui est seul, se tourne le soir vers le mur, pour te parler. Il sait ce qui t’animait. Il vient partager la journée. Il a observé avec tes yeux. Il a entendu avec tes oreilles.
Toujours il a des choses pour toi.
Ne me répondras-tu pas un jour ?
Mais peut-être ta personne est devenue comme un air de temps de neige, qui entre par la fenêtre, qu’on referme, pris de frissons ou d’un malaise avant-coureur de drame, comme il m’est arrivé il y a quelques semaines. Le froid s’appliqua soudain sur mes épaules je me couvris précipitamment et me détournai quand c’était toi peut-être et la plus chaude que tu pouvais te rendre, espérant être bien accueillie ; toi, si lucide, tu ne pouvais plus t’exprimer autrement. Qui sait si en ce moment même, tu n’attends pas, anxieuse, que je comprenne enfin, et que je vienne, loin de la vie où tu n’es plus, me joindre à toi, pauvrement, pauvrement certes, sans moyens mais nous deux encore, nous deux…” Henri Michaux

Marcel G. Lefrancq (1916-1974)

Marcel G. Lefrancq est un nom peu connu du surréalisme Belge et pourtant, il compte a son actif bon nombre de collages et de photographies ainsi que quelques objets témoins de ce mouvement en Belgique.

En 1939, il compta parmi les membres fondateurs du Groupe surréaliste en Hainaut. La même année, il est engagé comme photographe par l’IRPA, pour procéder à l’inventaire des oeuvres d’art risquant d’être détruites par la guerre qui s’annonce. En 1940, il publie à deux reprises des clichés dans L’invention collective, la revue belge dirigée par René Magritte ( voir les autres articles sur lui Ici) et Raoul Ubac ( voir les autres articles sur lui Ici), avec qui il est ami, puis il entre dans la résistance.

Après la dissolution du Groupe surréaliste en Hainaut, il participe à la création du groupe Haute Nuit, en 1947. Deux ans plus tard, Dotremont lui écrit pour proposer un rapprochement entre Haute Nuit et Cobra. C’est dans cet esprit que Lefrancq collabore aux numéros 2 et 6 de la celèbre revue  Cobra.

La majeure partie de son oeuvre photographique est moins surréalistes ( les thématiques font plus penser à Brassaï, par exemple)  mais ses collages ou objets, le restent. je vous propose quelques collages et photographies vous pouvez les retrouver sur le site que son fils à créer Ici (en petits formats).

Les photographies

à retrouvez pour celles datant d’aavant ou de 1948, dans le livre  « Aux Mains de La Lumière, Images et Poèmes. Introduction by Armand Simon. Mons, France,  Editions de Haute Nuit, 1948

Marcel G. Lefrancq - Heide, 1942

Marcel G. Lefrancq – Heide, 1942

Marcel G. Lefrancq -Sculpture, 1948

Marcel G. Lefrancq -Sculpture, 1948

Marcel G. Lefrancq - Eglogue emblématique, 1967

Marcel G. Lefrancq – Eglogue emblématique, 1967

Marcel G. Lefrancq -Etude de forme 1, 1939

Marcel G. Lefrancq -Etude de forme 1, 1939

Marcel G. Lefrancq – Nu à la dentelle, 1955

Marcel G. Lefrancq – Nu à la dentelle, 1955

Marcel G. Lefrancq -L'actuelle, 1947

Marcel G. Lefrancq -L’actuelle, 1947

Marcel G. Lefrancq -sans titre (avant 1945)

Marcel G. Lefrancq -sans titre (avant 1945)

Marcel G. Lefrancq -sans titre, Nd

Marcel G. Lefrancq -sans titre, Nd

Marcel G. Lefrancq -La sieste, 1942

Marcel G. Lefrancq -La sieste, 1942

Marcel G. Lefrancq - Sans Titre, 1972

Marcel G. Lefrancq – Sans Titre, 1972

Marcel G. Lefrancq - Portrait d’Akarova, 1938 Photomontage Akarova et le masque du diable dans l’histoire du soldat (Stravinsky) 1935

Marcel G. Lefrancq – Portrait d’Akarova, 1938 Photomontage Akarova et le masque du diable dans l’histoire du soldat (Stravinsky) 1935

Marcel G. Lefrancq - La Venus des Ténèbres, 1949

Marcel G. Lefrancq – La Venus des Ténèbres, 1949

Marcel G. Lefrancq - Haunted eyes, 1947

Marcel G. Lefrancq – Haunted eyes, 1947

Marcel G. Lefrancq -le regne vegetal 1938

Marcel G. Lefrancq -le regne vegetal 1938

Marcel G. Lefrancq -Endless Repetition, 1948

Marcel G. Lefrancq -Endless Repetition, 1948

Marcel-G. Lefrancq -Étude de forme V, 1948(AUX MAINS DE LA LUMIÈRE. IMAGES ET POÈMES présentés par Armand SIMON. Mons (Belgique), Éditions de Haute nuit, 1948)

Marcel-G. Lefrancq -Étude de forme V, 1948(AUX MAINS DE LA LUMIÈRE. IMAGES ET POÈMES présentés par Armand SIMON. Mons (Belgique), Éditions de Haute nuit, 1948)

Marcel G. Lefrancq - l'ennemi, 1948

Marcel G. Lefrancq – l’ennemi, 1948

Marcel G. Lefrancq - Eloge du carnage, 1948

Marcel G. Lefrancq – Eloge du carnage, 1948

Marcel G. Lefrancq - Elue, 1945 (2)

Marcel G. Lefrancq – Elue, 1945

Marcel G. Lefrancq - La Loi de la Coincidences , 1948 from AUX MAINS DE LA LUMIÈRE. IMAGES ET POÈMES présentés par Armand SIMON. Mons (Belgique), Éditions de Haute nuit, 1948 (2)

Marcel G. Lefrancq – La Loi de la Coincidences , 1948 from AUX MAINS DE LA LUMIÈRE. IMAGES ET POÈMES présentés par Armand SIMON. Mons (Belgique), Éditions de Haute nuit, 1948

Marcel G. Lefrancq - Méréorite ,1940

Marcel G. Lefrancq – Méréorite ,1940

Marcel G. Lefrancq -L'objectivité scientifique , 1948

Marcel G. Lefrancq -L’objectivité scientifique , 1948

Marcel-G. Lefrancq -Parc de Mons la nuit, 1938

Marcel-G. Lefrancq -Parc de Mons la nuit, 1938

Les Collages

Marcel G. Lefrancq - Les onze mois de la bonne année 1939 - 1945 1 (2)

Marcel G. Lefrancq – Les onze mois de la bonne année 1939 – 1945

Marcel G. Lefrancq - Les onze mois de la bonne année 1939 - 1945 1 (2)

Marcel G. Lefrancq – Les onze mois de la bonne année 1939 – 1945

Marcel G. Lefrancq - Les onze mois de la bonne année 1939 - 1945 (2)

Marcel G. Lefrancq – Les onze mois de la bonne année 1939 – 1945

Marcel G. Lefrancq - Visage from Les onze mois de la bonne année 1939 - 1945 1

Marcel G. Lefrancq – Visage from Les onze mois de la bonne année 1939 – 1945

Marcel G. Lefrancq - Collage,from Les onze mois de la bonne année 1939 - 1945

Marcel G. Lefrancq – Collage,from Les onze mois de la bonne année 1939 – 1945

Marcel G. Lefrancq - Collage, from Les onze mois de la bonne année 1939 - 1945

Marcel G. Lefrancq – Collage, from Les onze mois de la bonne année 1939 – 1945

Marcel G. Lefrancq - Qui dort dîne, 1938

Marcel G. Lefrancq – Qui dort dîne, 1938

Marcel G. Lefrancq -Le Saint Esprit, 05.05.1938

Marcel G. Lefrancq -Le Saint Esprit, 05.05.1938

Marcel G. Lefrancq-Les secours de la religion, 06.05.1938

Marcel G. Lefrancq-Les secours de la religion, 06.05.1938

Marcel G. Lefrancq - Nécessité du retour à la terre ,1938

Marcel G. Lefrancq – Nécessité du retour à la terre ,1938

Marcel G. Lefrancq - L’oeuf de l’aigle, 1938

Marcel G. Lefrancq – L’oeuf de l’aigle, 1938

Marcel G. Lefrancq - circeo,1939

Marcel G. Lefrancq – circeo,1939

Marcel G. Lefrancq - sans titre, 05.06.1939

Marcel G. Lefrancq – sans titre, 05.06.1939

Marcel G Lefrancq -Initiation ou lettre ouverte à Monseigneur, 1939

Marcel G Lefrancq -Initiation ou lettre ouverte à Monseigneur, 1939

Marcel G. Lefrancq - La dialectique 1945

Marcel G. Lefrancq – La dialectique 1945

Marcel G. Lefrancq - La Chute de l’Empire d’Orient, 1947

Marcel G. Lefrancq – La Chute de l’Empire d’Orient, 1947

Horace Roye-Narberth (1906 – 2002 )

Horace Roye-Narberth  The « Welsh Maid » , 1942  The « Irish Maid » London , 1941, The « Scottish Maid » , 1941,The « English Maid »,1939 ed° G.Routledge & Sons

Horace Roye-Narberth, plus communément connu sous le nom d’artiste Roye, fut l’un des pionniers photographes britanniques du 20e siècle,  célèbre pour ses nus et des photos de starlettes et notamment pour celle ci Tomorrow’s crucifixion , d’un tout autre genre.

A partir de 1938, Roye produit une succession d’études sur le nu féminin.publiées sous forme de petits livrets  comme ceux  qui vous sont présentés aujourd’hui, véritable ôde à la beauté féminine et sa nudité.  The Welsh Maid, The Irish Maid , The Scottish MaidThe English MaidThe Irish Maid, qui ont tous trouvés une  extrême popularité, en particulier pendant la guerre. Ces photographies sont prises en bord de mer où à la campagne, pour chaque livret, les mises en scène sont les mêmes. La plage, sur la mer, dans un près, dans un verger, dans les rochers…

Ces livrets ne sont qu’un tout petit aspect de son large travail, reste à son actif bien plus de publications, et comme il aimait à le dire, Roye a vu passer plus 10.000 femmes nues à travers l’objectif.  Il a également  travaillé pour le cinéma . Il était ami et collaborateur avec Walter Bird  ( Voir l’article Ici) et John Everard ( Voir l’article Ici) , qui tout comme lui sont des grands noms de la photographie de nu des années 1930-1940. avec lesquels il a publié notament Eves without leaves . Ils ont crée en ensemble les editions LTD .

Pour la petite anecdocte,  Il a été poursuivi pour avoir refusé de passer de l’aérographe sur les poils pubiens d’une photo, mais  al a réussi à se défendre en justice et avaoir gain de cause, arguant que la représentation de la beauté ne doit pas être entravée par la pruderie.

Je ne vous présente pas toutes les planches de chaque livret mais une sélection, et je ne vous les présente pas non plus dans l’ordre d’apparition  (Les teintes de tirage varient selon le livret , je n’ai rien changé, même si le dernier tire beaucoup sur le jaune, et un peu trop à mon goût….) . vous pouvez retrouvez ces planches sur des sites d’enchères en tirage noir et blanc)

Horace Roye-Narberth – The Welsh Maid ,London , ed° G.Routledge & Sons ,  1942

Roye - -48 photographic Studies Welsh Maid,London , ed° G.Routledge & Sons , 1942

Roye – -48 photographic Studies Welsh Maid,London , ed° G.Routledge & Sons , 1942

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Roye - Nude from the book Welsh Maid, 1940

Roye – Nude from the book Welsh Maid, 1940

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye - Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye – Nude from the book Welsh Maid

Horace Roye-Narberth – The Irish Maid. George Routledge & Sons,London.1941

Horace Roye- The Irish Maid,

Horace Roye- The Irish Maid,

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

the irish maid 12 - Copie

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the bookThe Irish Maid, (15)

Horace Roye- Nude from the bookThe Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- Nude from the book The Irish Maid

Horace Roye- The English Maid George Routledge & Sons,London, 1939

Horace Roye- The English Maid George Routledge & Sons,London.1939

Horace Roye- The English Maid George Routledge & Sons,London.1939 ( réedition 1941)

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939 (4)

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Horace Roye- Nude from the book The English Maid,1939

Giancarlo Botti- Le Crazy Horse,Paris

Giancarlo Botti- Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti-  Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti- Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti-  Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti- Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti-  Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti- Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti-  Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti- Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti-  Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti- Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti-  Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti- Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti-  Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti- Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti-  Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti- Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti-  Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti- Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti-  Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti- Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti-  Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti- Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti-  Le Crazy Horse,Paris 1956

Giancarlo Botti- Le Crazy Horse,Paris 1956