Germaine Krull the book « Études de nu ». Par Germaine Krull. Preface by Jean Cocteau.1930

 

Germaine Krull – study of nude, before 1930 from « Études de nu ». Par Germaine Krull. Preface by Jean Cocteau.With 24 loose illustrations after photographs printed in photogravure, Paris, Librairie des Arts décoratifs, ,1930.

 

Germaine Krull est né le 29 Novembre 1897 à Wilda, Poznań, près de la frontière entre l’Allemagne et la Pologne en Prusse orientale, d’une famille allemande aisée. Dans ses premières années, sa famille déménage fréquemment dans toute l’Europe. Elle n’a pas reçu une éducation dite « formelle », mais a reçu des cours à la maison  de son père  Johann Friedrich Krull, un ingénieur accompli et un libre penseur. Ce dernier l’a très certainement influencé , en laissant ses robes au placard et la laissant s’habiller  comme un garçon quand elle était jeune. Cette liberté d’esprit ne peut qu’avoir contribué à forger ses idées sur le rôle des femmes et leurs places au sein de la société ,  et son education la probablement aussi prédisposée à la prise de position politique radicale.

Entre 1915 et 1918, elle a pris des cours à  « Lehr- und Versuchsanstalt für Photographie », une école de photographie de Munich, en Allemagne, periode durant  laquelle  elle suit l’enseignement de Frank Eugene (voir article à son sujet ici) , l’un des maîtres du Pictorialisme .

Elle a ouvert un studio à Munich en 1918.Elle se lie d’amitié avec despersonnalités tels que Rainer Maria Rilke, Friedrich Pollock, et Max Horkheimer. A cette periode ( 1918-1921) Germaine Krull était très active politiquement . En 1919, elle est passée du Parti socialiste indépendant de Bavière au Parti communiste de l’Allemagne, et a été arrêtée et emprisonnée pour aider la tentative de fuite d’un émissaire bolchevik à l’Autriche. Elle fût expulsée de  Bavière en 1920 pour ses activités communistes, et s’ est rendu en Russie avec son amant Samuel Levit. Après que Levit ne l’ait quittée en 1921, Krull a été emprisonné comme un « anti-bolchevique» et expulsé de Russie.

Entre 1922 et 1925, elle vivra à Berlin où elle a reprendra sa carrière de photographe. Elle et Kurt Hübschmann (plus tard connu sous le nom de Kurt Hutton) ont travaillé ensemble dans un studio de Berlin entre 1922 et 1924. Parmi les autres photos de Krull produites à Berlin à cette période, il y a notament la serie de  nus  » les amies de chambre » qui furent comparées à « des satires de la pornographie lesbienne. » VOIR CETTE SERIE LES AMIES ICI

Après avoir rencontré le cinéaste communiste néerlandais Joris Ivens  en 1923, elle s’ installe à Amsterdam en 1925.  Krull revient à Paris en 1926, Ivens et Krull conclu un mariage de convenance entre 1927 et 1943, afin que Krull puisse optenir un passeport néerlandais.

Entre 1922 et 1925, elle vivra à Berlin où elle reprend sa carrière de photographe. Elle et Kurt Hübschmann (plus tard connu sous le nom Kurt Hutton) ont travaillé ensemble dans un studio de Berlin entre 1922 et 1924. Parmi les autres photos Krull produite à Berlin étaient nus qui ont été comparés à ‘des satires de la pornographie lesbienne.’Elle a commencé à photographier des nus, essentiellement féminin,  nombre de ces images illustre des publications scientifiques et naturistes et de nombreux magazines. ( par exemple ici un exemple de couverture pour naturiste)

Krull a vécu à Paris entre 1926 et 1928, où elle a ouvert son atelier en 1926 . Elle se lie d’amitié avec l’élite intellectuelle française (Valéry, Gide, Malraux, Morand, Frank Eugene Cocteau, Colette, etc), ainsi que de nombreux artistes et créateurs (l’acteur Louis Jouvet, le réalisateur Jean Renoir, le photographe Eli Lotar  , qui realisera une superbe photo d’elle nue, vêtue de gants, voir plus bas, les peintres Robert et Sonia Delaunay, etc) mais sera surtout amie avec Sonia et Robert Delaunay, Eli Lotar, André Malraux, Colette, Jean Cocteau, André Gide  Son travail consistait essentiellement à faire de la photographie de mode, et portraits et travailler pour des magazines . Néanmoins, le nu a continuera d’être un thème de prédilection dans la photographie de Krull , ( elle est d’ailleurs publiée à cette époque dans la célèbre « Revue des Monats », par exemple) très fréquemment.

Pendant cette période, elle a publié le portfolio Métal ,1928. ayant épousé le réalisateur Joris Ivens,  elle travaillera avec lui  pour le documentaire ‘El Puente’ (Le pont) en 1928 qui réveillera en elle une fascination pour un sujet inhabituel: le paysage industriel. Krull présente dans ce livre 64 photographies en noir et blanc paysage de Paris, Marseille, et de Hollande . Les sujetsphotographiés sont  des ponts, des  bâtiments (par exemple, la Tour Eiffel), et les navires à roues de bicyclette, il peut être lu comme étant une célébration de la machine ou une critique à leur égard. Beaucoup de photographies ont été prises sous des angles dramatiques, et dans l’ensemble du travail a été comparé à celui de László Moholy-Nagy ( Voir tous les articles qui lui sont consacrés ICI)  et Alexander Rodchenko. ( Voir  tous les articles qui lui sont consacrés ICI). En 1999-2004 le portefeuille a été choisi comme l’un des albums photos les plus importants de l’histoire.

En 1928, Krull a été considéré comme l’une des meilleurs photographes de Paris, avec André Kertész ( Voir les articles qui lui consacrés) et Man Ray( Voir les articles qui lui consacrés) . Entre 1928 et 1933, son travail photographique est composée principalement de photojournalisme, comme ses photographies pour le magazine Vu.  En 1930, elle  édite le portfolio « Étude de nu  » avec 24 photos , préfacé par son ami Jean Cocteau aux Librairie des Arts décoratifs. ces clichés expliquera t- elle auront pour vocation de témoigner de la transformation dans laquelle la nudité, est à la fois reliée à l’esthétique et séparée de l’éthique (ses travaux dans ce domaine sont réputés pour sa série les amies).

Quand la seconde guerre mondiale éclate, krull quittera la France et voyagera dès lors à travers le monde entier (Afrique (1941-1942)  Brésil, où elle a photographié la ville d’Ouro Preto. Entre 1942 et 1944, elle était à Brazzaville en République du Congo, après quoi elle a passé plusieurs mois à Alger ) Après la Seconde Guerre mondiale, elle a voyagé en Asie du Sud-Est en tant que correspondant de guerre, et en 1946 elle  devient un des co-propriétaires de l’Hôtel Oriental à Bangkok, en Thaïlande, un rôle qu’elle a entrepris jusqu’en 1966. Ensuite elle déménagera dans le Nord de l’Inde et convertira à l’école Sakya du bouddhisme tibétain. Son grand projet photographique finale a été la publication d’un livre de 1968 « Tibétains en Inde » qui comprenait un portrait du dalaï-lama. Après un AVC, elle a déménagé dans une maison de soins infirmiers à Wetzlar, en Allemagne, où elle est morte le 31 Juillet, 1985.

Cette femme a eu un esprit libertaire toute sa vie, combattant pour la liberté sociale, la condition de la femme des peuples, sa liberté intellectuelle fait d’elle une artiste majeure du 20 siècle.

bien sûr je ne vous présente qu’une partie de son travail, et comme toujours celui autour du nu, mais cela reste une partie de son immense travail.bJe vous présente les planches du porfolio de 1930 qui sont des héliogravures, ainsi que d’autres nus et ses portraits. Vous pouvez retrouverez la séries Les amies, rencontres de lesbiennes ( postés il y a longtemps ici), et le reste de sont travil sur le net.

« L’objectif est un œil mieux fait que l’œil.  Il mérite de voir le monde mieux fait que le monde, ou autrement fait, ce qui est déjà très bien.  Chaque angle nouveau  multiplie le monde par lui même » G.Krull 1931

 

 

Germaine Krull Book cover for Germaine Krull, Études de nu, (Paris, Librairie des Arts Décoratifs – A. Calavas Éditeur, (1930)) 1930

Germaine Krull - Etude de nu, 1930 from "Études de nu". Par Germaine Krull. Preface by Jean Cocteau.With 24 loose illustrations after photographs printed in photogravure, Paris, Librairie des Arts décoratifs, ,1930.

Germaine Krull – Etude de nu, 1930 from « Études de nu ». Par Germaine Krull. Preface by Jean Cocteau.With 24 loose illustrations after photographs printed in photogravure, Paris, Librairie des Arts décoratifs, ,1930.

ÉTUDES DE NU is the second publication to feature Germaine Krull’s nude studies. It was published twelve years after her nude work first appeared in Der Akt – Zwanzig photographische Aufnahmen weiblicher Körper nach der Natur (The nude – twenty photographs of the female body taken from life) together with work by Prof. Jozsef Pésci and Wanda von Debschitz-Kunowski. ÉTUDES DE NU is Krull’s solo celebration of the female form.

The small portfolio is rather simple in design and construction. A small white paper label with the title and author’s name is mounted on the orange paper covered card of the front cover. The portfolio contains 24 photographic plates and two folded leaves with title and introduction by Jean Cocteau. Twenty-two of the plates contain one photograph of one model. Two of the plates show montages or multiple exposures. Twenty photographs show the figures cropped, at least on one side of the image. The photographs come across as a playful mix of styles and techniques just as one finds with Krull’s work in general.

Germaine Krull – Etude de nu, 1930 from « Études de nu ». Par Germaine Krull. Preface by Jean Cocteau.With 24 loose illustrations after photographs printed in photogravure, Paris, Librairie des Arts décoratifs, ,1930.

 

Germaine Krull- Étude de nu, 1930

Germaine Krull- Étude de nu, 1930 from « Études de nu ». Par Germaine Krull. Preface by Jean Cocteau.With 24 loose illustrations after photographs printed in photogravure, Paris, Librairie des Arts décoratifs, ,1930.

Germaine Krull – Etude de nu, 1930 from « Études de nu ». Par Germaine Krull. Preface by Jean Cocteau.With 24 loose illustrations after photographs printed in photogravure, Paris, Librairie des Arts décoratifs, ,1930.

Germaine Krull – Etude de nu, 1930 from « Études de nu ». Par Germaine Krull. Preface by Jean Cocteau.With 24 loose illustrations after photographs printed in photogravure, Paris, Librairie des Arts décoratifs, ,1930.

Germaine Krull – Etude de nu, 1930 from « Études de nu ». Par Germaine Krull. Preface by Jean Cocteau.With 24 loose illustrations after photographs printed in photogravure, Paris, Librairie des Arts décoratifs, ,1930.

 

Germaine Krull-Etude de nu, 1930 from « Études de nu ». Par Germaine Krull. Preface by Jean Cocteau.With 24 loose illustrations after photographs printed in photogravure, Paris, Librairie des Arts décoratifs, ,1930.

Germaine Krull – Etude de nu, 1930 from « Études de nu ». Par Germaine Krull. Preface by Jean Cocteau.With 24 loose illustrations after photographs printed in photogravure, Paris, Librairie des Arts décoratifs, ,1930.

Germaine Krull-Etude de nu, 1930 from « Études de nu ». Par Germaine Krull. Preface by Jean Cocteau.With 24 loose illustrations after photographs printed in photogravure, Paris, Librairie des Arts décoratifs, ,1930.

Germaine Krull – Etude de nu, 1930 from « Études de nu ». Par Germaine Krull. Preface by Jean Cocteau.With 24 loose illustrations after photographs printed in photogravure, Paris, Librairie des Arts décoratifs, ,1930.

Germaine Krull – Etude de nu, 1930 from « Études de nu ». Par Germaine Krull. Preface by Jean Cocteau.With 24 loose illustrations after photographs printed in photogravure, Paris, Librairie des Arts décoratifs, ,1930.

Germaine Krull – Etude de nu, 1930 from « Études de nu ». Par Germaine Krull. Preface by Jean Cocteau.With 24 loose illustrations after photographs printed in photogravure, Paris, Librairie des Arts décoratifs, ,1930.

Germaine Krull – Etude de nu, 1930 from « Études de nu ». Par Germaine Krull. Preface by Jean Cocteau.With 24 loose illustrations after photographs printed in photogravure, Paris, Librairie des Arts décoratifs, ,1930.

Germaine Krull – Etude de nu, 1930

Germaine Krull-Etude de nu, 1930 from « Études de nu ». Par Germaine Krull. Preface by Jean Cocteau.With 24 loose illustrations after photographs printed in photogravure, Paris, Librairie des Arts décoratifs, ,1930.

Germaine Krull – Etude de nu, 1930 from « Études de nu ». Par Germaine Krull. Preface by Jean Cocteau.With 24 loose illustrations after photographs printed in photogravure, Paris, Librairie des Arts décoratifs, ,1930.

Germaine Krull- EROTIC NUDE , circa 1930 Vintage silver printfrom "Études de nu". Par Germaine Krull. Preface by Jean Cocteau.With 24 loose illustrations after photographs printed in photogravure, Paris, Librairie des Arts décoratifs, ,1930.

Germaine Krull- EROTIC NUDE , circa 1930 Vintage silver printfrom « Études de nu ». Par Germaine Krull. Preface by Jean Cocteau.With 24 loose illustrations after photographs printed in photogravure, Paris, Librairie des Arts décoratifs, ,1930.

 

« Photographing is a profession. Craftsmanship. A job that one learns, that one makes more or less well, like all trades. The photographer is a witness. The witness of his time. The true photographer is the witness of every day, they are the reporter. » Germaine Krull
Sur ce lien, en podcast, une autre chronique à propos de Germaine Krull, Les vivants et les morts, Radio Zibeline.

Pierre Boucher (1908-2000)

Graphiste de formation, Pierre Boucher s’est formé à l’Ecole d’arts appliqués à l’Industrie, dans l’atelier de publicité, et a été influencé par les arts décoratifs, l’architecture de Le Corbusier et par l’art moderne.Sa curiosité pour ces différents domaines conduit le photographe à s’appuyer sur des recherches personnelles pour répondre à des commandes. Il utilise des techniques mécaniques d’imagerie à des fins détournées. Il se libère en partie de la chambre noire. Le photomontage le conduit à créer un univers singulier et original, comme dans Electra, pour laquelle il utilise un nu hiératique dont il remplace la tête par un élément issu d’un reportage industriel pour une compagnie d’électricité. D’ailleurs la quatrième de couverture de Pierre Boucher Photomonteur paru en 2003 le décrit très bien….. Acteur majeur de la Nouvelle Vision, Pierre Boucher expérimente toutes les techniques de photographie avant-gardiste et

 » (Son oeuvre)  est protéiforme, comme la plupart de la production photographique de ses contemporains. Il colle à tous les registres de cette photographie moderne comme l’expérimentation avec les photogrammes, photocollages, solarisations et surimpressions. Esprit curieux, cultivé et sportif, Pierre Boucher produit aussi bien des nus surréalistes que des publicités recherchées et bien construites, mais il documente aussi la nouvelle société du temps libre et des loisirs qui s’annonce dès 1936 avec les congés payés accordés par le Front populaire. Que ce soit dans le document ou dans la photographie industrielle, Pierre Boucher déclenche avec ses images chez le spectateur une grande proximité et une empathie avec le sujet représenté. Refusant toute spécialisation que lui permettait encore son époque, Pierre Boucher a photographié toute sa vie ce qu’il aimait  « . Editions Marval. 2003. 4eme de couverture
Un autre aspect essentiel de son oeuvre réside dans le nu, ( sujet de prédilection sur ce blog) ,qu’il expérimente d’abord dans le style de la Nouvelle Objectivité ( sous des angles inédits de corps fragmentés aux courbes dynamiques) . Il pratique ensuite le nu surréaliste ( la surimpression de formes, la solarisation et le photomontage) et le nu néo-classique( l’harmonie et la beauté dans la célébration du corps sur le modèle grec.)Contrairement à ses photographies surréalistes ou publicitaires, ses nus se révèlent dans leur authenticité, sous des angles singuliers. Ils reflètent aussi l’époque des années 1930, avec la libération et la sublimation du corps en harmonie avec la nature.

Parmi ses autres thèmes de prédilection : le sport. Le mouvement, la vitesse, le rythme, le dynamisme, l’élan, le corps en plein effort sont autant de caractéristiques de ses photographies dans ce domaine, il aime aussi les vues urbaines et d’architecture. Ses clichés constituent des témoignages de la société de l’époque.

Enfin, il rapporte également de nombreuses photographies et dessins de ses fréquents voyages ( Maroc Espagne Egypte). Une dimension graphique, issue de son regard formé par ses premières années d’études, se retrouve dans l’ensemble de son travail. Par exemple au milieu des années 30, au Maroc, Pierre Boucher a surtout travaillé dans l’ethnographie des Berbères de l’Atlas. il s’est servi de photos prises dans l’Atlas et à Volubilis pour ses photomontages

Je choisie de vous proposer les photomontages de la série « Fantasmagorie du nu », les surimpressions et double exposition ainsi que les nus, mais son oeuvre ne s’arrête pas là, vous trouverez son travail sur le sport, l’archicture et la publicité sur le net.

Les Fantasmagories du Nu

Pierre Boucher- Les Fantasmagories du Nu #1, 1937

Pierre Boucher- Les Fantasmagories du Nu #1, 1937

Pierre Boucher -Les Fantasmagories du Nu #002., 1937, Original vintage photogravure. c1949.

Pierre Boucher -Les Fantasmagories du Nu #002., 1937,  ( print Original vintage photogravure. c1949.)

Pierre Boucher- nu solarisé (Femme Fleur) Les Fantasmagories du Nu, N° 5, 1935

Pierre Boucher- nu solarisé (Femme Fleur) Les Fantasmagories du Nu, N° 5, 1935

Pierre-Boucher-Antique nude, Volubilis ruins in Morocco,1936 from Les Fantasmagories du Nu# 6 , 1937

Pierre-Boucher-Antique nude, Volubilis ruins in Morocco,1936 from Les Fantasmagories du Nu# 6 , 1937

Pierre boucher Nu - Ruines de Volubilis,1937 from Les Fantasmagories du Nu # 7

Pierre boucher Nu – Ruines de Volubilis,1937 from Les Fantasmagories du Nu # 7

Pierre boucher Nu - Ruines de Volubilis, #8 1937 from Les Fantasmagories du Nu series 1 - Copie

Pierre boucher Nu – Ruines de Volubilis, #8 1937 from Les Fantasmagories du Nu series

Pierre boucher Nu - Ruines de Volubilis,1937 , Les Fantasmagories du Nu 9

Pierre boucher Nu – Ruines de Volubilis,1937 , Les Fantasmagories du Nu# 9

Pierre Boucher- Collage, Les ruines romaines de Volubilis du Maroc , 1936 from les fantasmagories du nu. #10 1937

Pierre Boucher- Collage, Les ruines romaines de Volubilis du Maroc , 1936 from les fantasmagories du nu. #10 1937

Pierre Boucher, Nu à Télouet, Maroc,1936 #11 1937 from Les Fantasmagories du Nu

Pierre Boucher, Nu à Télouet, Maroc,1936 #11 1937 from Les Fantasmagories du Nu

Pierre-Boucher-Les Fantasmagories du Nu # 12,1937

Pierre-Boucher-Les Fantasmagories du Nu # 12,1937

Pierre Boucher- photomontage les fantasmagories du nu.#13, 1937

Pierre Boucher- photomontage les fantasmagories du nu.#13, 1937

Pierre Boucher - Les Fantasmagories du Nu #15A, 1936.

Pierre Boucher – Les Fantasmagories du Nu #15A, 1936.

Pierre Boucher -Les Fantasmagories du Nu #14, 1937

Pierre Boucher -Les Fantasmagories du Nu #14, 1937

Pierre Boucher, Le nu à la plume,1932

Pierre Boucher- Le nu à la plume,1932 surimpression

Pierre-Boucher-les trois grâces,1949

Pierre-Boucher-Les trois grâces,1949 surimpression

Pierre Boucher, Nu à la chevelure, 1943 photomontage,

Pierre Boucher, Nu à la chevelure, 1943 photomontage,

Pierre Boucher - Bras sur le Guadalquivir, 1934

Pierre Boucher – Bras sur le Guadalquivir, 1934

Pierre Boucher - Jeanine Prévert à la loupe, 1938

Pierre Boucher – Jeanine Prévert à la loupe, 1938

Pierre Boucher, Electra ,1961

Pierre Boucher- Electra ,1961

Pierre-Boucher-Photomontage La revolte, 1936

Pierre-Boucher-Photomontage La revolte, 1936

Pierre Boucher- La chute des corps, 1936

Pierre Boucher- La chute des corps, 1936

Pierre Boucher - La chute d’un corps, Photocollage, 1936.

Pierre Boucher – La chute d’un corps, Photocollage, 1936.

Pierre Boucher- Ondine, 1937 photomontge

Pierre Boucher- Ondine, 1937 photomontge

 Pierre Boucher -Nu féminin, 1936

Pierre Boucher -Nu féminin, 1936

Pierre Boucher - Nu avec Résilles de Lumière , 1936

Pierre Boucher – Nu avec Résilles de Lumière , 1936

Pierre Boucher - Nu avec Résilles de Lumière, 1936

Pierre Boucher – Nu avec Résilles de Lumière, 1936

Pierre Boucher - Nude, 1936

Pierre Boucher – Nude, 1936

Pierre Boucher-Nu à tête romaine, 1936

Pierre Boucher-Nu à tête romaine, 1936

Pierre Boucher - Nu ensablé, 1930

Pierre Boucher – Nu ensablé, 1930

Pierre boucher-Femme nue, 1937

Pierre boucher-Femme nue, 1937

Pierre Boucher- Ombre portée, 1938

Pierre Boucher- Ombre portée, 1938

Pierre Boucher - Nu rayé, 1935

Pierre Boucher – Nu rayé, 1935

Pierre Boucher - Nu, 1937

Pierre Boucher – Nu, 1937

Pierre Boucher - Nu surimpression, 1934

Pierre Boucher – Nu surimpression, 1934

Pierre Boucher - Nu , Surimpression, 1935

Pierre Boucher – Nu , Surimpression, 1935

Pierre Boucher, Female Nude, 1935

Pierre Boucher, Female Nude, 1935

Pierre Boucher - Nu au violon, 1938

Pierre Boucher – Nu au violon, 1938

Pierre Boucher-Surimpression II.photogravure. c1933

Pierre Boucher-Surimpression II.photogravure. c1933

Pierre Boucher -Nu dans la mer, Surimpression, 1932

Pierre Boucher -Nu dans la mer, Surimpression, 1932

Pierre Boucher-portrait à la vague,1936-1938, surimpression

Pierre Boucher-portrait à la vague,1936-1938, surimpression

Pierre Boucher-Etude de Nu , 1933

Pierre Boucher-Etude de Nu , 1933

Pierre Boucher La Sirene, 1936

Pierre Boucher La Sirene, 1936

Pierre Boucher - Untitled, Nu, 1935.

Pierre Boucher – Untitled, Nu, 1935

Pierre Boucher- Nu en extérieur, 1935

Pierre Boucher- Nu en extérieur, 1935

Pierre Boucher- Deux penseurs, 1935

Pierre Boucher- Deux penseurs, 1935

Pierre Boucher- Nu #06, 1933

Pierre Boucher- Nu #06, 1933

Pierre Boucher- Nu #19, .1936

Pierre Boucher- Nu #19, .1936

Pierre Boucher - Nu couché 1935

Pierre Boucher – Nu couché 1935

Pierre Boucher - L’eau, 1935

Pierre Boucher – L’eau, 1935

Pierre Boucher- Solarized Arm and Hand, 1933

Pierre Boucher- Solarized Arm and Hand, 1933

Pierre Boucher. Portrait tramé, 1939-46

Pierre Boucher. Portrait tramé, 1939-46

Pierre Boucher - Regard de Janine ( prévert) , 1938

Pierre Boucher – Regard de Janine ( prévert) , 1938

Pierre Boucher - Nu au chandelier, 1948

Pierre Boucher – Nu au chandelier, 1948

Pierre Boucher- Portrait (enfant endormi), 1935

Pierre Boucher- Portrait (enfant endormi), 1935

Pierre Boucher Etude de nu. Rayogramme. 1930.

Pierre Boucher Etude de nu. Rayogramme. 1930.

source Pierre Boucher Photomonteur Edition Marval 2003

Arnet, Rmn, Mutual art, Gazette Drout.

Edmund Kesting Quelques nus

Sa Biographie Ici

Edmund Kesting-Shin and shadow, 1924

Edmund Kesting-Shin and shadow, 1924

Edmund Kesting - Bild mit Glaskugel 'Bildbauwerk', 1923 -1924

Edmund Kesting – Bild mit Glaskugel ‘Bildbauwerk’, 1923 -1924

Edmund Kesting - Akt, 1935

Edmund Kesting – Akt, 1935

Edmund Kesting - Nina Heisig ,1933

Edmund Kesting – Nina Heisig ,1933

Edmund Kesting - Aktaufnahme, 1940

Edmund Kesting – Aktaufnahme, 1940

Edmund Kesting -female nude double exposure , 1930

Edmund Kesting -female nude double exposure , 1930

Edmund Kesting - Rhythmischer Akt, 1933

Edmund Kesting – Rhythmischer Akt, 1933

Edmund Kesting- Nude, 1932

Edmund Kesting- Nude, 1932

Alexander (Hammid) Hackenschmied

Alexander ( Hammid) Hackenschmied- Rita, in double vision, 1942

Alexander ( Hammid) Hackenschmied- Rita, in double vision, 1942

Alexander ( Hammid) Hackenschmied-  Rita,woman, in double vision, 1942

Alexander ( Hammid) Hackenschmied- Rita,woman, in double vision, 1942

Alexander (Hammid) Hackenschmied – Madeleine a odraz v okně ( La Madeleine (Place) and reflection in the window ),Paris, 1939

 

Blanc Théo (1891-1985) et Demilly Antoine (1892-1964)

« Blanc et Demilly », est une signature à jamais indissociable de l’histoire de la photographie. Leur association a pour origine leur union réciproque, chacun à une fille d’Edouard Bron (1860-1939), lui même photographe de renom à Lyon, qui en avait deux. Le premier,  Théo, avait épousé Marcelle, le second, Tony, Adrienne. Edouard Bron.  Ils succèdent à leur beau-père en 1924 à la tête du studio situé 31, rue Grenette, à Lyon. Le Studio Blanc et Demilly devient le lieu à la mode où se précipite la bourgeoisie lyonnaise pour se faire « portraiturer ».

Une parfaite complémentarité entre Blanc – qui maîtrise la technique – et Demilly – amateur de poésie doué d’un grand sens artistique – donne à leurs portraits un modelé et une modernité incomparable.
Curieux, cultivés, conviviaux, ils se montrent à l’écoute des goûts de la clientèle et font preuve d’un dynamisme exceptionnel. Toujours au fait des dernières nouveautés,  ils furent les pionniers du 24/36 et les premiers à utiliser des petits appareils, comme le Leica et le Rolleifex.
En 1935, ils ouvrent un magasin-galerie,  pour exposer et vendre des tirages. Véritable lieu de discussion pour les amateurs de photographie, auxquels Blanc et Demilly prodiguent critiques et conseils, la galerie édite aussi un Bulletin d’informations photographiques mensuel (1938-1939), organise des sorties photo à thème et des concours jusqu’à sa fermeture en 1951.
Amis de nombreux notables et artistes, Blanc et Demilly réalisent leurs portraits – Auguste Lumière, Édouard Herriot, Maurice Utrillo, Pablo Picasso… – et livrent régulièrement des chroniques sur la vie culturelle lyonnaise, couvrant les représentations théâtrales de Roger Planchon, les prix littéraires, et jusqu’aux fêtes religieuses…
En parallèle de ces portraits « alimentaires », Blanc Demilly devient très vite une signature estimée dans le domaine de la photo d’art. Spécialisés dans le genre du paysage, spécialement du paysage lyonnais, les deux beaux-frères étendirent au nu, à la nature morte et à la photo de reportage leurs compétences.
 
 
Blanc et Demilly-Portrait dans la nuit, vers 1945-1950 photocollage

Blanc et Demilly-Portrait dans la nuit, vers 1945-1950 photocollage

Blanc et Demilly-Fantaisie, vers 1945-1950

Blanc et Demilly-Fantaisie, vers 1945-1950

Blanc et Demilly-Femme brune (tête et pied), vers 1945-1950

Blanc et Demilly-Femme brune (tête et pied), vers 1945-1950

Blanc et Demilly-Femme brune (tête) vers 1945-1950

Blanc et Demilly-Femme brune (tête) vers 1945-1950

Blanc et Demilly-Femme brune (tête et buste) vers 1945-1950

Blanc et Demilly-Femme brune (tête et buste) vers 1945-1950

Blanc et Demilly-La jeune femme, vers 1945-1950

Blanc et Demilly-La jeune femme, vers 1945-1950

Blanc et Demilly-Visages vers 1945-1950

Blanc et Demilly-Visages vers 1945-1950

Blanc et Demilly-Les visages, vers 1935 Photomontage

Blanc et Demilly-Les visages, vers 1935 Photomontage

Blanc et Demilly-L'extase, vers 1935 Photomontage

Blanc et Demilly-L’extase, vers 1935 Photomontage

Blanc et Demilly- Le chagrin, 1930

Blanc et Demilly- Le chagrin, 1950

Blanc et Demilly-Nu, vers 1950 3

Blanc et Demilly-Nu, vers 1950

Blanc et Demilly-Nu, vers 1950 2

Blanc et Demilly-Nu, vers 1950 2

Blanc et Demilly-Nu, vers 1950 1

Blanc et Demilly-Nu, vers 1950

Blanc et Demilly-Nu vers 1950

Blanc et Demilly-Nu vers 1950

Blanc et Demilly-Nu vers 1950 2

Blanc et Demilly-Nu vers 1950 2

Blanc et Demilly-Nu vers 1950 1

Blanc et Demilly-Nu vers 1950

Blanc et Demilly-Nu vers 1940

Blanc et Demilly-Nu vers 1940

Blanc et Demilly-Nu vers 1933

Blanc et Demilly-Nu vers 1933

Blanc et Demilly-Nu partiellement solarisé, vers 1950

Blanc et Demilly-Nu partiellement solarisé, vers 1950

Blanc et Demilly-Nu partiellement solarisé, vers 1950 1

Blanc et Demilly-Nu partiellement solarisé, vers 1950

Blanc et Demilly-La jeune femme, vers 1945-1950

Blanc et Demilly-La jeune femme, vers 1945-1950

Blanc et Demilly- Nu vers 1950

Blanc et Demilly- Nu vers 1950

Blanc et Demilly- Nu partiellement solarisé, vers 1950

Blanc et Demilly- Nu partiellement solarisé, vers 1950

Blanc et Demilly- Nu double exposure, 1945 1950

Blanc et Demilly- Nu double exposure, 1945 1950

Blanc et Demilly- Danseuse, vers 1933

Blanc et Demilly- Danseuse, vers 1933

Blanc et Demilly-Danseuse, vers 1933

Blanc et Demilly-Danseuse, vers 1933

Blanc et Demilly-Danseuse, vers 1933

Blanc et Demilly-Danseuse, vers 1933

Blanc et Demilly-Danseuse, vers 1933

Blanc et Demilly-Danseuse, vers 1933

Blanc et Demilly- Danseuse, vers 1940

Blanc et Demilly- Danseuse, vers 1940

Blanc et Demilly- Danseur, danseuses, vers 1935-1939

Blanc et Demilly- Danseur, danseuses, vers 1935-1939

Blanc et Demilly-Portrait, vers 1945-1950

Blanc et Demilly-Portrait, vers 1945-1950

Blanc et Demilly-Portrait d'une jeune fille, vers 1935-1939

Blanc et Demilly-Portrait d’une jeune fille, vers 1935-1939

Blanc et Demilly-La nageuse, vers 1950 Photomontage

Blanc et Demilly-La nageuse, vers 1950 Photomontage

Blanc et Demilly-Mains, vers 1935-1939

Blanc et Demilly-Mains, vers 1935-1939

Blanc et Demilly-Mouvements, vers 1952

Blanc et Demilly-Mouvements, vers 1952

Blanc et Demilly-Portraits à l'ombrelle, vers 1933 Photomontage

Blanc et Demilly-Portraits à l’ombrelle, vers 1933 Photomontage

Blanc et Demilly-Le lèche vitrine vers 1950

Blanc et Demilly-Le lèche vitrine vers 1950

Blanc et Demilly-Bas et jarretière, vers 1939

Blanc et Demilly-Bas et jarretière, vers 1939

Blanc et Demilly- La Vénus, vers 1950

Blanc et Demilly- La Vénus, vers 1950

Blanc et Demilly- La fiancée clandestine, vers 1945-1950

Blanc et Demilly- La fiancée clandestine, vers 1945-1950

Blanc & Demilly- Bolastex , 1930

Blanc & Demilly- Bolastex , 1930

Blanc & Demilly Masque, c. 1935

Blanc & Demilly Masque, c. 1935

Blanc et Demilly-Panneau directionnel, vers 1935

Blanc et Demilly-Panneau directionnel, vers 1935

Blanc et Demilly-Rue du Rêve d'or, vers 1945-1950 Photomontage

Blanc et Demilly-Rue du Rêve d’or, vers 1945-1950 Photomontage

Théodore Blanc (1898-1985) et Antoine Demilly (1892-1964) Demilly vu par lui-même, 1930

Théodore Blanc (1898-1985) et Antoine Demilly (1892-1964) Demilly vu par lui-même, 1930

Edmund Kesting Portraits double exposition et photomontage

Edmund Kesting – A painter sees through the objective (Ein Maler sieht durch’s Objektiv), 1930 , it’s Book page from Edmund Kesting Ein Maler sieht durch’s Objektiv (Halle: Fotokino, 1958)

Edmund Kesting -Alarm (Totentanz von Dresden) 1945

Edmund Kesting -Alarm (Totentanz von Dresden) 1945

Edmund Kesting - Unter Trümmern (Beneath Ruins - negative montage). 1945

Edmund Kesting – Unter Trümmern (Beneath Ruins – negative montage). 1945

Edmund Kesting -Zwischen Trämmern 1945

Edmund Kesting -Zwischen Trämmern 1945

Edmund Kesting- UNTITLED (FIGURE AND OUTLINE), 1930 - Copie

Edmund Kesting- UNTITLED (FIGURE AND OUTLINE), 1930 – Copie

Edmund Kesting -Portrait with shadows, 1930 - Copie

Edmund Kesting -Portrait with shadows, 1930 – Copie

Edmund Kesting - Woman’s Head with lily, 1935

Edmund Kesting – Woman’s Head with lily, 1935

Edmund Kesting - Gerda Kesting Photographing Sunflowers (negative montage). 1930s

Edmund Kesting – Gerda Kesting Photographing Sunflowers (negative montage). 1930s

Edmund Kesting - Portrait of the his wife,  1940 1

Edmund Kesting – Portrait of the his wife, Gerda Kesting? 1940

Self-portrait as painter with pipe”, 1928-29

Edmund Kesting – Self-portrait as painter with pipe”, 1928-29

Edmund Kesting - from Edmund Kesting  , Ein Maler sieht durchs Objektiv1958

Edmund Kesting – from Edmund Kesting , « Ein Maler sieht durchs Objektiv », ed velag halle,1958

Edmund Kesting - from Edmund Kesting  , Ein Maler sieht durchs Objektiv, ed velag halle1958

Edmund Kesting – from Edmund Kesting , « Ein Maler sieht durchs Objektiv », ed velag halle, 1958

Edmund Kesting - from Edmund Kesting  , Ein Maler sieht durchs Objektiv, ed velag halle1958

Edmund Kesting – from Edmund Kesting , « Ein Maler sieht durchs Objektiv », ed velag halle, 1958