Edmund Kesting Quelques nus

Sa Biographie Ici

Edmund Kesting-Shin and shadow, 1924

Edmund Kesting-Shin and shadow, 1924

Edmund Kesting - Bild mit Glaskugel 'Bildbauwerk', 1923 -1924

Edmund Kesting – Bild mit Glaskugel ‘Bildbauwerk’, 1923 -1924

Edmund Kesting - Akt, 1935

Edmund Kesting – Akt, 1935

Edmund Kesting - Nina Heisig ,1933

Edmund Kesting – Nina Heisig ,1933

Edmund Kesting - Aktaufnahme, 1940

Edmund Kesting – Aktaufnahme, 1940

Edmund Kesting -female nude double exposure , 1930

Edmund Kesting -female nude double exposure , 1930

Edmund Kesting - Rhythmischer Akt, 1933

Edmund Kesting – Rhythmischer Akt, 1933

Edmund Kesting- Nude, 1932

Edmund Kesting- Nude, 1932

Annemarie Heinrich (1912-2005)

« Annemarie Heinrich  était une photographe d’origine allemande naturalisée argentine. Spécialisée dans les portraits et le nu artistique, elle s’illustra plus particulièrement en photographiant dans les années 1940 une série d’actrices et d’acteurs de cinéma de son pays d’adoption. Elle fut probablement la première en Argentine à pratiquer la photographie comme une forme d’art.

Elle grandit à Berlin, jusqu’à ce que des raisons économiques et politiques (son père, auparavant premier violon à l’opéra de Berlin, revenu blessé de la Grande Guerre, était dorénavant dans l’incapacité de jouer de son instrument) portèrent sa famille à émigrer en Argentine en 1926,  C’est d’un de ces deux oncles, photographe de la localité, qu’elle apprit la photographie, se voyant offrir ainsi une alternative à son désir de devenir scénographe, désir irréalisable pour elle en Argentine, car ne possédant pas encore la langue espagnole.

Après que la famille eut déménagé vers le Grand Buenos Aires, à Villa Ballester (partido de San Martín), elle chercha, en l’absence de cours ou d’ouvrages spécialisés, à s’engager comme apprentie dans différents studios de photographie tenus par des Allemands, Polonais, Hongrois ou Autrichiens, où elle accomplit toutes sortes de tâches ‒ nettoyer les cuves de développement, préparer le révélateur etc. ‒, tout en étudiant, à ses heures, l’espagnol au Colegio Roca.
Le week-end, au moyen de l’appareil photo de son père, elle prenait des photos sur la place de Villa Ballester, le quartier qu’elle habitait avec sa famille. Elle aménagea une salle obscure dans le domicile parental et ouvrit, à l’âge de 18 ans, son premier studio de photographie. Avec l’aide de son père, elle confectionna ses propres sources d’éclairage à partir de bidons de kérosène.

Elle commença bientôt à faire le portrait des dames de la haute société pour le compte de la revue Mundo social, et, poser devant l’appareil photo de Heinrich étant devenu une sorte de consécration que toutes recherchaient, son studio de la rue Santa Fe se transforma progressivement en un lieu mythique.

Dans les années 1930, elle s’illustra surtout, en parallèle avec le grand développement que connut alors l’industrie du cinéma et la radio, et en plus de ses photos de mode, de danse, ou de ses nus, par des portraits d’actrices et d’acteurs, qu’elle fit paraître dans les revues consacrées au spectacle, telles que Sintonía, Radiolandia, El Hogar, entre autres En particulier, dès le tout premier numéro en 1935, et une quarantaine d’années durant, le magazine Radiolandia publia en page de couverture les photographies de Heinrich. Une première exposition consacrée à ses photographies eut lieu en 1938 ; de nombreuses autres devaient suivre à partir de 1950, en Argentine même, au Brésil, au Pérou, en Italie, en France et en Union soviétique ‒ la dernière en date au musée de la Photographie à Charleroi.

Annemarie Heinrich réalisa le portrait photographique de nombre de célébrités argentines, du spectacle ou autres, de la période dorée du cinéma et du théâtre argentins, images qui aux yeux de beaucoup d’Argentins aujourd’hui, souvent dans l’ignorance que ces photos sont d’elle, ont fini par revêtir un caractère de photo officielle, et appartiennent en quelque sorte à la mémoire collective argentine.

En 1953, elle cofonda l’éphémère groupe de photographes argentins Carpeta de los diez et mit sur pied en 1979, conjointement avec cinq autres photographes, le Conseil argentin de la Photographie, dont le propos était (et est encore) l’étude et la diffusion de la production photographique nationale argentine et l’introduction des œuvres les plus innovantes de la création mondiale. Entre autres faisaient partie de ce Conseil ses disciples Sara Facio et Alicia D’Amico.

En 1982, elle se vit décerner le prix Konex ‒ Diplôme du Mérite ‒ au titre de l’un des 5 meilleurs photographes de la décennie en Argentine.

Elle s’éteignit en septembre 2005, à l’âge de 93 ans, à Buenos Aires. Elle avait été mariée avec l’écrivain Ricardo Sanguinetti, dont elle eut deux enfants, Alicia et Ricardo Sanguinetti, qui sont tous deux actifs comme photographes. Alicia travaille dans le même studio que sa mère. ». wikipedia

 

Annemarie Heinrich- Caprichos, Anita Grim, 1936

Annemarie Heinrich- Cara II, Rosita Montenegro, 1939

Annemarie Heinrich- Conchita Montenegro – Mexican actress, 1939

Annemarie Heinrich- Conchita Montenegro – Mexican actress, 1939

Annemarie Heinrich- Alejandra Boero, 1960

Annemarie Heinrich- publicité pour des cigares,1937

Annemarie Heinrich- Sara Rivero, “Laraignée {serie Tabarís} , 1939

AnneMarie Heinrich-Carmen Miranda , Buenos Aires, 1930s.

AnneMarie Heinrich-Carmen Miranda , Buenos Aires, 1930s.

Annemarie Heinrich-Tita Merello actice, et chanteuse 1938

Annemarie Heinrich-Sra Steplaine, fashion, nd

AnneMarie Heinrich-Carmen Miranda , Buenos Aires, 1935

Annemarie Heinrich- La mano , 1950

Annemarie Heinrich- carnet de travail, après 1973 puisque la date y figure

Annemarie Heinrich- Portrait d’Antonio Truyol , 1947

Annemarie Heinrich – Harald Kreuzberg, santa Fe, argentina,

Annemarie Heinrich-Harold Kreuzberg, 1945 (Modern German Dancer)

Annemarie Heinrich- Serge Lifar, bailarin y coreografo – ballet El Espectro de la Rosa, Teatro Colon, Buenos Aires, 1935

Annemarie Heinrich- las hermanas Marini, bailarinas del Teatro Colon, Buenos Aires.

Annemarie Heinrich-Renata Schotelius, 1952

Annemarie Heinrich-Fashion I 1938

Annemarie Heinrich- Portrait de Sara Rivero, 1939

Annemarie Heinrich, Blanco y Negro, 1954

Annemarie Heinrich-Torso, 1937

Annemarie Heinrich-Nude XII, 1945

AnneMarie Heinrich- portrait nu de l’actrice Tilda Thamar, 1949 ( accusations de ‘l’exposition obscène’ à l’epoque)

Annemarie Heinrich- Nude XXIV, 1938

Annemarie Heinrich- Nu XXXIV, 1934

Annemarie Heinrich – Nu XII, 1945

AnneMarie Heinrich- Nu XXI, 1942

Annemarie Heinrich-Nu XIX,1948

Annemarie Heinrich-Nu XIX,1948

Annemarie Heinrich- La luna ( la lune) ( model Anjah Willey), 1935

Annemarie Heinrich- El reloj- Ines York, 1946

Annemarie Heinrich – El velo (The Veil),  »Sombreros » Series, 1960

Annemarie Heinrich- la ronde, 1960

Annemarie Heinrich. Simbolos, 1958

Annemarie Heinrich-Symphony , 1940

Anne Marie Heinrich- Nu III, La Paloma, 1937

Annemarie Heinrich-Autoportrait avec son fils 1947

Francesca Woodman- Untitled, New York ,1979-80

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Francesca Woodman- Untitled, New York ,1979-80[ scan From the Catalogue of the exhibition at the Palais des Expositions, Achille Bonito Oliva, Rome, Feb-Mar, 2000 Francesca Woodman Providence Roma N-Y , ed° Caste]

Francesca Woodman -Untitled, Rome, Italy, 1977-1978

Francesca Woodman   -Untitled, Rome, Italie, 1977-1978 (I.154) © Courtoisie George et Betty Woodman -Untitled, Rome, Italy, 1977-1978 (I.154) © Courtesy George and Betty Woodman

 

William Mortensen -Wind Blown, 1930s

William Mortensen -Wind Blown, 1930s

 

Claude Cahun

Claude Cahun -Self-Portrait, c. 1925 (Collection Leslie Tonkonow and Klaus Ottmann)
From “Inverted Odyseeys Claude Cahun , Maya Deren, Cindy Sherman » , Ed° Shelley Rice, 2000.

 

Francesca Woodman

Francesca Woodman – Untitled , Providence, Rhode Island 1975 – 76