Franz Fiedler (1885- 1956)

Né en Moravie, Franz Fiedler (1885- 1956) est l’élève du photographe allemand Hugo Erfurth. Ce passionné de photographie est considéré comme un excentrique durant son apprentissage alors qu’il travaille avec les plus grands d’Europe de 1905 à 1911 dont le photographe Rudolph Dührkoop. C’est en 1911 qu’il gagne le premier prix de photographie de l’exposition de Turin , il se fait un nom et expose à Prague en 1913. Il fait parti du cercle intellectuel de Jaroslav Hasek et Egon Erwin Kisch et installe son studio à Dresde en 1916. A Partir de 1919, il se lie d’une grande amitié avec Mme d’Ora (Dora Kallmus) et son mari , et il commence à travailler avec un appareil photo de pliage 9 × 12 , et en 1924 il est l’un des premiers photographes professionnels à utiliser un Leica.

Le studio de Fiedler a été détruit le 13 Février 1945 et tout ce qui restait était une boîte de photographies qui a été déposé avec sa famille en Moravie. Après 1945, il n’avait plus son propre studio et a gagné sa vie en RDA comme auteur de livres sur la photographie.

Others articles about Franz Fiedler (1885- 1956)

Franz Fiedler-Nu assis sous une lanterne-1930

Franz Fiedler-Nu assis sous une lanterne-1930

Franz Fiedler – Self-portrait of F.Fiedler in the cup1950–1959

Franz Fiedler- nude 1910–1929

Franz Fiedler- nude 1930-39

Franz Fiedler nude 1935

Franz Fiedler- Sans titre, 1929

Franz Fiedler- Sans titre, 1929

Franz Fiedler- Stehender Akt (Standing up nude), 1905

Franz Fiedler- Stehender Akt (Standing up nude), 1905

Franz Fiedler- Nu de dos sur la pointe des pieds, 1930

Franz Fiedler- Nu de dos sur la pointe des pieds, 1930

Franz Fiedler -Nu dans la forêt, 1930

Franz Fiedler -Nu dans la forêt, 1930

 

Franz Fiedler- Nu dansant, 1930

Franz Fiedler- Nu dansant, 1930

Franz Fiedler- Nu portant une coupe de fruits , 1930

Franz Fiedler- Nu portant une coupe de fruits , 1930

 

Franz Fiedler – Nu théatral, 1930

Franz Fiedler – Nu théatral, 1930

 

Franz Fiedler -Etude Numero Six ( femme assise) , 1933

Franz Fiedler -Etude Numero Six ( femme assise) , 1933

 

Franz Fiedler - Sur la Riviere, 1933.

Franz Fiedler – Sur la Riviere, 1933.

Franz Fiedler – nude 1935

Franz Fiedler- nude 1930-49

Franz Fiedler nude 1930-39

Franz Fiedler -nude 1935

Franz Fiedler -Portrait of a woman1935

Franz Fiedler Untitled (Female Backlight). 1925.

Franz Fiedler -Künstlerische Aktaufnahmen.1925

Franz Fiedler nude 1935

Franz Fiedler Dancer Renita Kramer 1930–1949

Franz Fiedler Dancer Renita Kramer 1930–1949 1

Franz Fiedler Eyes behind the veil ,1935

Franz Fiedler – Untitled 1935

Franz Fiedler Untitled . 1925.

Franz Fiedler-Dancer,Photoengraving, 1938

Franz Fiedler- the dancer sarah jankelow jumping in front of clouds, 1926

Franz Fiedler- the dancer sarah jankelow jumping in front of clouds, 1926

Franz Fiedler- Tanecnice, 1940

Franz Fiedler- Tanecnice, 1940

Franz Fiedler – Gret Palucca,Sprungmoment (Sudden Moment), 1926

Franz Fiedler – Gret Palucca,Sprungmoment (Sudden Moment), 1926

Franz Fiedler – Sans Titre, 1934

Franz Fiedler – nude from Künstlerische Aktaufnahmen. 1925.

Franz Fiedler – nude from Künstlerische Aktaufnahmen. 1925. 2

Franz Fiedler – Lady au décolleté de fourrure 1930′s

Franz Fiedler – Lady au décolleté de fourrure 1930′s

Franz Fiedler- Painter with model Dresden, 1920s(bromoil)

Franz Fiedler- Painter with model Dresden, 1920s(bromoil)

 

 

Franz Fiedler Self portrait with model, Dresden , 1925.

Franz Fiedler Self portrait with model, Dresden , 1925.

 

Franz Fiedler -Selportrait with a Model, 1930

Franz Fiedler -Selportrait with a Model, 1915-20

 

 

 

 

 

Les sculptures d’ Aristide Maillol par Erwin Blumenfeld Éd°E. Tériade, Paris, VERVE N° 1, 1937& Brassaï (Gyula Halász)Éd°E. Tériade, Paris, VERVE N° 5-6, 1939

« Brassaï, pseudonyme de Gyula Halász, né le 9 septembre 1899 à Brașov (hongrois: Brassó – ville alors austro-hongroise et rattachée à la Roumanie depuis) et mort le 8 juillet 1984 à Nice (Alpes-Maritimes), était un photographe français d’origine hongroise, et aussi dessinateur, peintre, sculpteur et écrivain.

Gyula Halász a trois ans quand sa famille emménage à Paris où ils rejoignent le père qui enseigne la littérature à la Sorbonne. Jeune homme, Gyula Halász étudie la peinture et la sculpture à l’école des Beaux-Arts de Budapest avant de rejoindre la cavalerie austro-hongroise pour y servir durant la Première Guerre mondiale. En 1920 il se rend à Berlin où il y travaillera en tant que journaliste, tout en suivant les cours de l’académie des Beaux-Arts Berlin-Charlottenburg.

Halász déménage en 1924 pour Paris. Seul, il apprend le français en lisant les œuvres de Marcel Proust. Installé à Montparnasse, au cœur du Paris artistique des années 1920, il se lie à Henry Miller, Léon-Paul Fargue et Jacques Prévert.

Il reprend sa carrière de journaliste. Il écrivit plus tard que la photo l’avait aidé à saisir la nuit Parisienne, la beauté des rues et des jardins, qu’il pleuve ou qu’il vente. En utilisant son lieu de naissance, Gyula Halász se forge dès 1923 le pseudonyme de Brassaï qui signifie « de Brassó ». C’est sous ce nom qu’il s’impose comme celui qui a su capturer l’essence de la ville dans ses clichés, publiant un premier recueil en 1932 intitulé « Paris de nuit » qui reçoit un grand succès et le fera même surnommer « l’œil de Paris » par Miller dans l’un de ses essais.

En dehors de ses photos du Paris interlope et sombre, Brassaï s’est aussi intéressé à la haute société, aux intellectuels, à la danse et à l’opéra. Il photographia nombre d’entre ses contemporains, tels Salvador Dalí, Pablo Picasso, Henri Matisse, Alberto Giacometti et certains des écrivains majeurs de l’époque : Jean Genet, Henri Michaux. Une de ses photographies de la série des Graffiti sera utilisée en couverture du recueil de Jacques Prévert Paroles en 1946.

Ses photographies offrirent à Brassaï une célébrité internationale. En 1956, son film « Tant qu’il y aura des bêtes » gagne un prix à Cannes, puis en 1974, il est élevé au rang de Chevalier des Arts et des Lettres, avant de recevoir en 1976, la Légion d’honneur. Il gagne le premier « Grand Prix national de la photographie », deux ans plus tard, à Paris. Il est exposé aux Rencontres d’Arles, (France), lors des soirées de projection au Théâtre Antique, en 1970 pour “Brassaï” de Jean-Marie Drot,et en 1972 pour “Brassaï si, Vominino” de René Burri. Il est l’invité d’honneur des Rencontres en 1974. Une exposition et une soirée d’hommage lui y sont consacrées.

En plus de ses œuvres photographiques, Brassaï écrivit dix-sept livres et de nombreux articles, dont en particulier Histoire de Marie, publié avec une introduction de Henry Miller.

Brassaï est enterré au Cimetière du Montparnasse, à Paris « (Wilkipia)

 

 

Brassaï- sculpture Aristide Maillol, VERVE N° 1, 1937, ed° E. TÉRIADE, PARIS

Brassaï- sculpture Aristide Maillol, VERVE N° 1, 1937, ed° E. TÉRIADE, PARIS

Brassaï- sculpture Aristide Maillol, VERVE N° 1, 1937, ed° E. TÉRIADE, PARIS

Brassaï- sculpture Aristide Maillol, VERVE N° 1, 1937, ed° E. TÉRIADE, PARIS

Brassaï- sculpture Aristide Maillol, VERVE N° 1, 1937, ed° E. TÉRIADE, PARIS

Brassaï- sculpture Aristide Maillol, VERVE N° 1, 1937, ed° E. TÉRIADE, PARIS

Brassaï- sculpture Aristide Maillol, VERVE N° 1, 1937, ed° E. TÉRIADE, PARIS

Brassaï-L’Ile de France et Vénus au collier dans l’atelier de Maillol,1932

Brassaï – Groupe de statues dans l_atelier d_Aristide Maillol, Marly-le-Roi, vers 1936

 

Atelier de Pierre Molinier à Bordeaux par Henri Maccheroni, 1973

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Atelier de Pierre Molinier à Bordeaux par Henri Maccheroni, 1973

scans  from the book  » Un après -midi chez Pierre Molinier “Henri Maccheroni texte de préface de Pierre Bourgeade

Alphonse Maria Mucha

Alfons Mucha (Alphonse Maria Mucha) – Model to illustrate the E. Gebhart,, 1908

 

 

 

David Douglas Duncan- Picasso arranging sculptures, “La Californie », Cannes, France 1956

David Douglas Duncan- Picasso arranging sculptures, “La Californie »,Cannes, France 1956