Reutlinger -Autoportrait avec Germaine Schroeder( poètesse ) vers 1913

« Fils, petit-fils et petit-neveu de photographes professionnels parisiens, Jean Reutlinger pratique entre autres la photographie au cours d’une brève existence qui s’achèvera à vingt-trois ans dans les premiers combats de la Grande Guerre. C’est un jeune homme exalté et sensible, cultivant avec ferveur son corps comme son esprit, poète collaborant avec son amie Germaine Schroeder à la revue La Vasque mais aussi champion d’athlétisme, et lié au coureur allemand Hans Braun. Son ouvre photographique, nus, portraits, paysages, est d’un classicisme épuré servi par de beaux tirages aux pigments. Ses portraits évoquent le pictorialisme retenu de Steichen plutôt que celui de l’école française.
Dans une série d’autoportraits avec Germaine Schroeder, dont la BNF ne possède que les négatifs, il explore une voie différente, intime et forte. Cette chronique d’un amour cisaillé par la guerre laisse deviner qu’il aurait été un acteur important du retour à la « photographie pure ». » BNF

John Léo (dit Jean) Reutlinger (1891-22 août 1914) Autoportrait avec Germaine Schroeder( poètessse) [1&2] vers 1913

John Léo (dit Jean) Reutlinger (1891-22 août 1914) -Autoportrait avec Germaine Schroeder( poètesse [1] vers 1913

John Léo (dit Jean) Reutlinger (1891-22 août 1914) -Autoportrait avec Germaine Schroeder( poètesse [1] vers 1913

John Léo (dit Jean) Reutlinger (1891-22 août 1914)Autoportrait avec Germaine Schroeder( poètesse) , vers 1913

John Léo (dit Jean) Reutlinger (1891-22 août 1914)Autoportrait avec Germaine Schroeder( poètesse) , vers 1913

John Léo (dit Jean) Reutlinger (1891-22 août 1914)- Portrait de la poètesse Germaine Schroeder  vers 1913 source bnf exposition

John Léo (dit Jean) Reutlinger (1891-22 août 1914)- Portrait de la poètesse Germaine Schroeder vers 1913 source bnf exposition

John Léo (dit Jean) Reutlinger (1891-22 août 1914)portrait de Germaine Schroeder  vers 1913 source bnf exposition

John Léo (dit Jean) Reutlinger (1891-22 août 1914)portrait de Germaine Schroeder vers 1913 source bnf exposition

John Léo (dit Jean) Reutlinger (1891-22 août 1914)- Portrait de la poétesse Germaine Schroeder dans son appartement du 52, rue Madame, vers 1913 source bnf exposition

John Léo (dit Jean) Reutlinger (1891-22 août 1914)- Portrait de la poétesse Germaine Schroeder dans son appartement du 52, rue Madame, vers 1913 source bnf exposition

Source Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes et de la photographie

© Frédéric Delangle- Série Coït, 2008

 

© Frédéric Delangle- Série Coït, 2008

© Frédéric Delangle- Série Coït, 2008

© Frédéric Delangle- Série Coït, 2008

© Frédéric Delangle- Série Coït, 2008

 

© Frédéric Delangle- Série Coït, 2008

© Frédéric Delangle- Série Coït, 2008

© Frédéric Delangle- Série Coït, 2008

© Frédéric Delangle- Série Coït, 2008

© Frédéric Delangle- Série Coït, 2008

© Frédéric Delangle- Série Coït, 2008

© Frédéric Delangle- Série Coït, 2008

© Frédéric Delangle- Série Coït, 2008

© Frédéric Delangle- Série Coït, 2008

© Frédéric Delangle- Série Coït, 2008

© Frédéric Delangle- Série Coït, 2008

© Frédéric Delangle- Série Coït, 2008

 

© Frédéric Delangle- Série Coït, 2008

© Frédéric Delangle- Série Coït, 2008

Leonor Fini

Leonor Fini- plate from The book Les Descriptions Merveilleuses, written by Juan Bautista Pineiro and translated in French by Francois Xavier Jaujard.1973

 

Brassaï

Auguste Rodin, Le baiser, The Embrace, n.d. (1900s)

Auguste Rodin, le baiser, The Embrace, n.d. (1900-06)

Auguste Rodin, le baiser, The Embrace, n.d. (1900-06)

Pierre Jahan – Étude 120 pour Plain Chant/ Jean Cocteau ,1947

Pierre Jahan(  1909 – 2003 ) a debuté très tôt  la photographie au sein de sa famille. En 1933, il s’installe à Paris et dès lors sa carrière débutera vraiment. est grâce à sa rencontre avec le publicitaire Raymond Gid qui lui confiera  sa première commande.

En 1936, il devient membre du groupe de photographes, « Rectangle » ( Créé entre autre par Emmanuel Sougez). Sous l’occupation Allemande il travaille pour le magazine Images de France, réalise des portraits et se consacre à des séries d’images (la Mort ,  les statue) s, qui feront l’objet d’une publication en 1946 avec un texte de Jean Cocteau. Ils publient également ensemble, en 1947, une édition dans laquelle le poème Plain Chant de Cocteau est illustré de photographies de nus.( voir photographie ci dessous).  En 1949, il rejoint le Groupe des XV, dont nous  que nous évoquons regulièrement  ici.

Très intéressé par le surréalisme, Pierre Jahan réalisera aussi  de nombreux collages et photomontages ( à retrouver sur son site Ici )

Biographie complète ici sur son site

 

Voir toute la serie sur son site Ici