Erwin Blumenfeld in colors

C’est dans un contexte de croissance de l’après guerre, et l’effervescence d’une presse en plein essor, que l’activité d’Erwin Blumenfeld se déploie de façon spectaculaire. La photographie de mode est en plein essor et les magazines prospèrent dans une Amérique enrichie par l’économie de guerre et affichant fièrement ses valeurs. Les budgets publicitaires, le nombre de commandes et le niveau de rémunération des photographes augmentent de concert. Vogue , Harper’s Bazaar , Collier’s , Cosmopolitan , Life , Look , tous les grands magazines de mode américains vont faire appel à lui pendant plus de 15 ans . En 1944, 3 ans après son arrivée à New York, Blumenfeld est, le photographe le plus célèbre de sa profession. D’après le New York Times , il est le « grand leader de la photographie imaginative », et le mieux payé ! Cette réussite apparemment exemplaire prouve, s’il en est nécessaire, que la photographie d’après-guerre alliait création et contraintes économiques.
Cette notoriété américaine, il la doit à ses photographies de mode et publicitaires, qu’il réalise à New York pendant les années 1940-1960, dans son studio situé au  Central Park South, mais aussi à son image d’européen cultivé : cette manière si particulière de doter la photographie de « capacités d’absorption et d’amour de l’art » (Harper’s Bazaar , 1941). Intrigué, attiré par ce nouveau langage, qu’est la couleur, etencouragé par Vogue , Erwin  va rapidement jouer avec le Kodachrome. Il trouve là le moyen de citer les grands peintres, ses références, Manet, Vermeer…et en savant  provocateur aussi, il se plait à prendre le contre-pied des conventions par des mises en scène d’un kitsh provocateur, en faisant le choix de couleurs inattendues, aux limites du bon goût, participant à fonder par cette transgression, l’identité colorée de son pays d’adoption.Si la biographie européenne d’Erwin Blumenfeld est connue – l’errance d’un créateur, juif berlinois d’origine, son séjour à Amsterdam (1930), son expérience fondatrice des avant-gardes parisiennes – , on sait peu de choses sur la période américaine et les activités de l’atelier new-yorkais. voir ici  Biographie . Car contrairement à l’idée reçue, c’est dès 1936 qu’il se lance dans la photographie de mode.

Tiraillé entre son désir de s’exprimer en tant qu’artiste et la réalité économique, Erwin Blumenfeld dit cependant être persuadé de pouvoir faire entrer « l’art en contrebande » dans le commerce. Les relations de confiance nouées avant-guerre avec les directeurs artistiques du magazine Vu , Alexandre Brodovitch et Alexandre Liberman, vont lui laisser cependant quelques espaces de liberté et de création. Ce qui n’est pas si simple quand produits de beauté, vêtements, et accessoires, constituent l’ordinaire de la production du studio. Il n’hésite pas à puiser dans son stock d’images fétiches, dans l’histoire de l’art, dans les nouveautés techniques, pour mieux masquer la banalité du produit. Il sait aussi plus simplement s’appuyer sur ses qualités graphiques, sur son intérêt pour la forme vestimentaire, et sur sa fascination pour le corps féminin pour rendre compte non seulement d’une texture ou d’une coupe mais aussi des potentialités géométriques et colorées de la mode féminine.

Cette période américaine a fait la réputation d’Erwin Blumenfeld et  restera avant tout dans son œuvre comme le moment de la découverte, de la fascination et de la mise en valeur de la couleur.

Biographie et plus de photographies ici

Edwin Blumenfeld -Nude with Camellia, New York, 1950

Edwin Blumenfeld -Nude with Camellia, New York, 1950

Erwin Blumenfeld - Untitled  veiled nude, 1940

Erwin Blumenfeld – Untitled veiled nude, 1940

Edwin Blumenfeld - Ruth Knowles in undergarments, photographed, 1955

Edwin Blumenfeld – Ruth Knowles in undergarments, photographed, 1955

Edwin Blumenfeld - Line on face, New York, ca. 1947-1949_e

Edwin Blumenfeld – Line on face, New York, ca. 1947-1949

Edwin Blumenfeld -Goddess of New York, 1944

Edwin Blumenfeld -Goddess of New York, 1944

Edwin Blumenfeld - Nude, New York ,1949

Edwin Blumenfeld – Nude, New York ,1949

Erwin Blumenfeld -Lisette behind Fluted glass, 1954

Erwin Blumenfeld -Lisette behind Fluted glass, 1954

Erwin Blumenfeld- Distorted Nude. 1950

Erwin Blumenfeld- Distorted Nude. 1950

Erwin Blumenfeld Nu, couché, 1945

Erwin Blumenfeld Nu, couché, 1945

Erwin Blumenfeld -Triple Exposure,  1952 PhotoGravure

Erwin Blumenfeld -Triple Exposure, 1952 PhotoGravure

Erwin Blumenfeld- Trois profils. Variante de la photographie parue dans l’article Color and lighting[Couleur et éclairage], de Photograph Annual 1952

Erwin Blumenfeld- Trois profils. Variante de la photographie parue dans l’article Color and lighting[Couleur et éclairage], de Photograph Annual 1952

Erwin Blumenfeld- Legs , 1950's

Erwin Blumenfeld- Legs , 1950’s

Le site d’Erwin Blumenfeld 

Livre à lire sur le sujet  « Blumenfeld Studio, Couleur, New York, 1941-1960 », Ed° Steidl, 2012

Une réponse à “Erwin Blumenfeld in colors

  1. Pingback: Erwin Blumenfeld (1897-1969) – nudes and portraits | La Petite Mélancolie

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s