Pablo Picasso – La suite des saltimbanques, 14 encres et dessins au crayon papier de 1905 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

 

Un petit détours par la période bleu s’impose pour introduire ces 14 planches très rares de picasso que je vous propose aujourd’hui. Alors qu’il a tout juste À 19 ans, en 1901, Picasso  en compagnie d’un autre peintre Iturrino expose  soixante-quatre peintures durant un mois  à la galerie d’Ambroise Vollard, à Paris. (Ambroise Vollard est un célèbre marchand d’art de la fin du XIXe – début XXe siècle) .Picasso fait  à ce moment là la connaissance du poète Max Jacob. Quatre années plus tard,  en 1905, il  expose à la galerie Serrurier, ses premières toiles roses. C’est au printemps, de cette même années qu’ il peint et dessine Les Saltimbanques, alors qu’il vit en plein  Montmartre.   Ambroise Vollard  lui achète la plupart des toiles roses en mars 1906 et publie  La suite des saltimbanques en 1913, qui se composent de 14 planches et qui sera tiré à 250 exemplaires et imprimée par Louis Fort( qu’on cite peu souvent).

J’ai la chance inespérée d’avoir une lithographie  du « Le repas frugal »  numérotée et signée.Celle que je possède est tachée ( probablement d’un quelconque breuvage…) Ceci dit j’ai pu l’acquérir pour trois francs six sous,  le vendeur ne connaissant visiblement pas la valeur d’une telle pièce… je n’ose même pas vous dire que j’ai du lui en donner 5 francs à l’époque donc même pas un euro !  Cette litho trône et plane au dessus de nos repas familiaux, pour notre grand  plaisir , il va sans dire, mais aussi avec une forme d’étrangeté, tant ces deux compagnons de repas sont unis et distants l’un de l’autre à la fois. Voilà pour l’ anecdote personnelle du jour.

 

Je vous rappelle que pour les voir en grand format,il vous suffit de les ouvrir dans un autre onglet. Je ne les ai pas mis en format très très lourd ( tout simplement pour des problèmes de place dans mes archives mais aussi  de droits de reproduction, mais je peux les fournir… si on me les demande)

Pablo Picasso - Le repas frugal , Planche la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1906-05 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso – Le repas frugal , Planche la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1904, ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

« Le repas frugal  compte parmi les chefs-d’œuvre de l’art graphique du XXe siècle et rappelle avec force ses expériences de jeunesse dans le quartier artistique aux logements modestes de Montmartre. « Le repas frugal » dépasse le simple thème de la misère abjecte; Picasso y représente plutôt l’allégorie de l’artiste qui tire le diable par la queue. L’estampe est peut-être inspirée des illustrations pour « Soliloques du pauvre » de Jehan Richtus, réalisées en 1897 par Theodore Steinlen et son camarade artiste catalan Joaquim Sunyer Miró, qui expriment la même lassitude et la même angoisse. » Musée national du canada.( où l’oeuvre a été acquise)

Pablo Picasso - la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1906-05 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923 1

Pablo Picasso – la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1905 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso - la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1906-05 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso – la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1905 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso - la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1906-05 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso – la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1905 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso - la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1906-05 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso – la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1905 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso - la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1906-05 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso – la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1905 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso - la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1906-05 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso – la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1905 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso - la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1906-05 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso – la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1905 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso - la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1906-05 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso – la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1904-05 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso - la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1906-05 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso – la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1904-05 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso - la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1906-05 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso – la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1904-05 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso - la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1906-05 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso – la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1904-05 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso - la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1906-05 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso – la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1904-05 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso - la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1906-05 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

Pablo Picasso – la suite des saltimbanques, 14 encres ans dessins au crayons de 1904-05 , ed° Ambroise Vollard, Paris, 1923

 

Brassaï (1899 -1984)

« Brassaï, pseudonyme de Gyula Halász, né le 9 septembre 1899 à Brașov (hongrois: Brassó – ville alors austro-hongroise et rattachée à la Roumanie depuis) et mort le 8 juillet 1984 à Nice (Alpes-Maritimes), était un photographe français d’origine hongroise, et aussi dessinateur, peintre, sculpteur et écrivain.

Gyula Halász a trois ans quand sa famille emménage à Paris où ils rejoignent le père qui enseigne la littérature à la Sorbonne. Jeune homme, Gyula Halász étudie la peinture et la sculpture à l’école des Beaux-Arts de Budapest avant de rejoindre la cavalerie austro-hongroise pour y servir durant la Première Guerre mondiale. En 1920 il se rend à Berlin où il y travaillera en tant que journaliste, tout en suivant les cours de l’académie des Beaux-Arts Berlin-Charlottenburg.

Halász déménage en 1924 pour Paris. Seul, il apprend le français en lisant les œuvres de Marcel Proust. Installé à Montparnasse, au cœur du Paris artistique des années 1920, il se lie à Henry Miller, Léon-Paul Fargue et Jacques Prévert.

Il reprend sa carrière de journaliste. Il écrivit plus tard que la photo l’avait aidé à saisir la nuit Parisienne, la beauté des rues et des jardins, qu’il pleuve ou qu’il vente. En utilisant son lieu de naissance, Gyula Halász se forge dès 1923 le pseudonyme de Brassaï qui signifie « de Brassó ». C’est sous ce nom qu’il s’impose comme celui qui a su capturer l’essence de la ville dans ses clichés, publiant un premier recueil en 1932 intitulé « Paris de nuit » qui reçoit un grand succès et le fera même surnommer « l’œil de Paris » par Miller dans l’un de ses essais.

En dehors de ses photos du Paris interlope et sombre, Brassaï s’est aussi intéressé à la haute société, aux intellectuels, à la danse et à l’opéra. Il photographia nombre d’entre ses contemporains, tels Salvador Dalí, Pablo Picasso, Henri Matisse, Alberto Giacometti et certains des écrivains majeurs de l’époque : Jean Genet, Henri Michaux. Une de ses photographies de la série des Graffiti sera utilisée en couverture du recueil de Jacques Prévert Paroles en 1946.

Ses photographies offrirent à Brassaï une célébrité internationale. En 1956, son film « Tant qu’il y aura des bêtes » gagne un prix à Cannes, puis en 1974, il est élevé au rang de Chevalier des Arts et des Lettres, avant de recevoir en 1976, la Légion d’honneur. Il gagne le premier « Grand Prix national de la photographie », deux ans plus tard, à Paris. Il est exposé aux Rencontres d’Arles, (France), lors des soirées de projection au Théâtre Antique, en 1970 pour “Brassaï” de Jean-Marie Drot,et en 1972 pour “Brassaï si, Vominino” de René Burri. Il est l’invité d’honneur des Rencontres en 1974. Une exposition et une soirée d’hommage lui y sont consacrées.

En plus de ses œuvres photographiques, Brassaï écrivit dix-sept livres et de nombreux articles, dont en particulier Histoire de Marie, publié avec une introduction de Henry Miller.

Brassaï est enterré au Cimetière du Montparnasse, à Paris « (Wilkipia)

 

© Brassai- Kiki de Montparnasse au Cabaret des Fleurs, 1932

© Brassaï- Kiki et son accordéoniste, au Cabaret des Fleurs, 1932

© Brassaï- Kiki et son accordéoniste, au Cabaret des Fleurs, 1932

© Brassaï- au Cabaret des Fleurs, Montparnasse 1931

Louise Bourgeois photographed by Brassaï at the Académie de la Grande-Chaumière in Paris in 1937

© Brassaï- Dali et Gala dans son appartement de Paris 1932.

© Brassaï- Dali , Paris 1932

Brassaï (gyula halász) – felix labisse, 1948

Leonor Fini &  Marie Laure Noailles. Brassai. 1946

Brassaï- Picasso & Jean Marais posing as painter and model, 1944

© Brassaï- Picasso Tenant Une De Les Sculptures’, 1939, Holden Luntz Gallery

© Brassaï-Paul Éluard, 1944

Brassai (Gyula Halasz) – Paul and Nusch Eluard in Their Apartment from Brassaï workbook , 1944.

BRASSAI (Gyula Halasz, dit) 1899-1984 Nusch et Paul Eluard, ca. 1944.

Brassaï- Brassaï, Elisabeth et Elise aux « Petits Docks » (maison de couture , Paris, 1932

Brassaï- Elisabeth à la tortue aux « Petits Docks », Paris, 1932 (maison de couture , Paris, 1932

Brassaï-Elisabeth avec le chat Lududu, ca. 1942

Brassaï-Elisabeth à la marinière et au tatouage, ca. 1928

© Brassaï-Anaïs Nin drapée dans un châle, 1932

© Brassaï- -Giacometti, (la main)

© Brassaï- Henri Matisse dessinant un nu 1939

© Brassaï- Matisse , 1938

© Brassaï- Henri Matisse dessinant un nu 1939

Brassaï-Sartre au café de Flore, allumant une cigarette,vers 1945

Brassaï- Simone de Beauvoir au café de Flore Paris, 1945

Henri Michaux assis à sa table de travail 1943-1945 photo Brassaï , épreuve gélatino-argentique , Estate Brassaï – RMN-Grand Palais 3

Roland d’URSEL BRASSAI chez lui, 1950

André Kertész – [Brassaï], Paris, 1935

Ansel Adams, Brassaï, 1973

Brassaï From Le tour de France de la lumière‎ Compagnie des Lampes Mazda, 1937 Ed°Ateliers ABC, Paris

Pablo Picasso:-Woman in Armchair No. 1 (The Polish Cloak) 1949, lithograph

Pablo Picasso:-Woman in Armchair No. 1 (The Polish Cloak) 1949, lithograph

Pablo Picasso:-Woman in Armchair No. 1 (The Polish Cloak) 1949, lithograph

 

Brassaï -Picasso sculptures

Brassai Sculpture en Feu (Picasso) c.1930

 

Brassaï -Picasso’s Femme Magie, c. 1932

Brassaï -Picasso’s Femme Magie, c. 1932

Brassai Trois Personnages (Picasso) c.1932

Brassai -Deux Personnages (Picasso) 1932A. Breton, Picasso dans son élément, Minotaure, no. 1, 1933 [illustrated p. 23]

Brassai-Picasso tenant uNe de Ses Sculptures-1939

 

Brassaï- Picasso & Jean Marais posing as painter and model, 1944

 

 

 

David Douglas Duncan- Picasso La Californie », Cannes, France, 1956

David Douglas Duncan- Picasso’s dining room detail-« La Californie », Cannes, France, 1956

 

David Douglas Duncan- Picasso’s Studio -« La Californie »Cannes, France 1956