Daniel Masclet (French, 1892-1969)

 » Il y a de la beauté partout », proclamait Daniel Masclet (1892-1969), photographe ,  critique et éditeur, son travail a été exposé dans de nombreuses expositions en France et à l’étranger à partir de 1927.

Violoncelliste professionnel, Masclet fait ses débuts en photographie en assistant le grand Baron de Meyer. En effet, tôt dans sa carrière, Masclet a été présenté par Robert Demachy  au Baron Adolph de Meyer, qu’il a aidé au « Harper Bazaar ». Sous la coupe de Meyer, Masclet appris une variété de techniques d’éclairage et le potentiel artistique du portrait. Il a également fait des tirages pour de Meyer,qui exigeait de la qualité d’impression d’exception. il apprendra beaucoup auprès de lui, pourtant il s’éloigne assez vite du style pictoraliste de son mentor  pour exceller dans le portrait et la nature morte de la nouvelle photographie des années 30 et produit ses brillants portraits, ( George Wague, Carlègle,  Ginette d’Yd ,  Mona Païva et bien d’autres). Il se consacre aussi aux natures mortes produisant d’étonnantes compositions superbement tirées qui annoncent la nouvelle vision photographique de la fin des années 20, un peu à la  Joseph Sudek. Il a par ailleurs, un attrait pour le paysage urbain et photographie Paris, ses quais de Seine, ses vieilles rues du Marais et de l’Ile Saint-Louis. Je n’aborderai pas cette aspect de son œuvre.

Masclet fût également membre du ‘ Groupe des XV’ dont nous avons dejà parlé ici, ( de grands photographes français de l’époque   comme Marcel Bovis, Robert Doisneau, René-Jacques, Pierre Jahan, Willy Ronis et Emmanuel Sougez). Il a cherché à promouvoir et à préserver l’art de la photographie française.

Masclet a ensuite fondé le Club des 30 x 40  à Paris, qui a soutenu les jeunes photographes,et présentant le travail de grands photographes américains. Il a été commissaire des expositions de travaux d’Edward Weston ainsi que Bérénice Abbott. La révélation sera pour Masclet  la découverte du travail de Edward Weston où il se reconnaît dans la devise de l’Américain, pour lequel la photographie doit être «honnête, droite […], utilisée dans sa pureté».
Masclet saisit le monde quotidien qui l’entoure, s’intéresse aux matières, se promène dans Paris et se passionne pour la photo de rue en saisissant tous les petits instants du quotidien. Entre les années trente et cinquante, Daniel Masclet est avec Emmanuel Sougez et Lucien Lorelle le personnage central de la photographie en France

Masclet a amoureusement photographié sa femme Francesca tout au long de sa carrière. Ses premiers portraits d’elle, qui sont souvent à la fois sensuelle et androgyne, remettent en question les rôles traditionnels. Sans accessoires ni retouches, il photographiera pendant cinquante ans sa femme Francesca.
L’artiste et sa muse, feront une union efficace, pourtant issue d’un mariage arrangé en pleine Première Guerre mondiale.

Son travail a été exposé dans de nombreuses expositions en France et à l’étranger à partir de 1927
Il a également collaboré avec le photographe allemand Otto Steinert et a participé  en tant que professeur  à la  « Subjektive Fotografie 1 et 2 » dirigé par ce dernier.

c’est aussi pour son travail d’éditeur que daniel masclet est connu, d’ailleurs on lui attribue à tord bon nombres de photographies qu’il a éditées dans … par exemple.

« II y a dans le visage humain quelque chose de transcendant. Pour le photographier, les outils n’ont pas une importance prépondérante et la technique elle-même ne compte guère. Ce qui compte avant tout, c’est celle ou celui qui se tient derrière la caméra avec son cerveau, son œil et son cœur. Le cerveau qui doit penser, peser, juger, imaginer, réfléchir, inventer … L’œil qui doit regarder, voir, toucher, découvrir, écouter, enregistrer … Le cœur qui doit sentir et aimer … On réussit un bon portrait quand on a la passion et l’instinct des visages, et il est beau quand le photographe l’a tiré du néant à l’exact instant de plus claire signification.  […..].

Un visage humain doit être senti, aimé, adoré… non examiné!…Alors, l’étincelle jaillira des deux pôles: le pôle positif, le modèle; le pôle négatif, le photographe. Et dans cet ordre… la sympathie, la compréhension surgiront de la caresse des deux regards, et le photographe et le modèle, chacun faisant la moitié du chemin l’un vers l’autre se rapprocheront, entreront en communication et s’uniront, à l’intérieur de cette petite chambre, noire, mystérieuse et magique, où de leur rencontre naîtra l’image… L’acte de connaissance sera remplacé par l’acte d’amour. » Daniel Masclet In  Réflexion sur le portrait en photographie, Photorevue,  Editions De Francia , 1971

Je vous présente donc avant tout Les portraits réalisés par Masclet et notamment ceux de Francesca et  comme d’habitude quelque nus…

Un livre à Lire  Daniel Masclet: Photographe Critique théoricien »(Marval, 2001),  par Christian Bouqueret. Acheter ses livres à des prix corrects [d’occasions ],voir sa bibliographie tout simplement,Ici

Daniel Masclet- Doris, 1933

Daniel Masclet- Doris, 1933

Daniel Masclet-Nu sans titre, 1926 1

Daniel Masclet-Nu sans titre, 1926

Daniel Masclet-Nu sans titre, 1926

Daniel Masclet-Nu sans titre, 1926

Daniel Masclet-Nu , 1928

Daniel Masclet-Nu , 1928

Daniel Masclet- Nu (Mademoiselle O.J.), 1926.

Daniel Masclet- Nu (Mademoiselle O.J.), 1926.

Daniel Masclet – Mona Paiva , photogravure, 1933

Daniel Masclet – Mona Paiva , photogravure, 1933

Daniel Masclet-Nu feminin allongé de dos, vers 1930

Daniel Masclet-Nu feminin allongé de dos, vers 1930

Daniel Masclet- Les yeux clos, 1929

Daniel Masclet- Les yeux clos, 1929

Daniel Masclet Portrait de Francesca Masclet, 1927

Daniel Masclet Portrait de Francesca Masclet, 1927

Daniel Masclet – Fantaisie orientale 1927

Daniel Masclet – Fantaisie orientale 1927

Daniel Masclet- Hindustan 1927

Daniel Masclet- Hindustan 1927

Daniel Masclet- Francesca Masclet, vers 1927

Daniel Masclet- Francesca Masclet, vers 1927

Daniel Masclet- Portrait de Francesca Masclet, vers 1927

Daniel Masclet- Portrait de Francesca Masclet, vers 1927

Daniel Masclet- Grisaille, 1927

Daniel Masclet- Grisaille, 1927

Daniel Masclet-Femme au foulard , (Francesca), 1927

Daniel Masclet-Femme au foulard , (Francesca), 1927

Daniel Masclet- Untitled, ( Model, his wife Francesca) ,1926

Daniel Masclet- Untitled, ( Model, his wife Francesca) ,1926

Daniel Masclet-Ma Femme (Francesca), 1927

Daniel Masclet-Ma Femme (Francesca), 1927

Daniel Masclet- Portrait de Francesca Masclet, 1927

Daniel Masclet- Portrait de Francesca Masclet, 1927

Daniel Masclet-Le grain de beaute, 1929

Daniel Masclet-Le grain de beaute, 1929

Daniel Masclet- Portrait de Francesca Masclet, vers 1937

Daniel Masclet- Portrait de Francesca Masclet, vers 1937

Daniel Masclet- Portrait de Francesca Masclet, vers 1939

Daniel Masclet- Portrait de Francesca Masclet, vers 1939

Daniel Masclet- Portrait solarisé de Francesca Masclet, 1935

Daniel Masclet- Portrait solarisé de Francesca Masclet, 1935

Daniel Masclet- portrait de Francesca, 1928

Daniel Masclet- portrait de Francesca, 1928

Une réponse à “Daniel Masclet (French, 1892-1969)

  1. Pingback: Jan De Meyere (Sweden) 1879-1950 | La Petite Mélancolie

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s