Germaine Krull – Etudes de nus

Germaine Krull est né le 29 Novembre 1897 à Wilda, Poznań, près de la frontière entre l’Allemagne et la Pologne en Prusse orientale, d’une famille allemande aisée. Dans ses premières années, sa famille déménage fréquemment dans toute l’Europe. Elle n’a pas reçu une éducation dite « formelle », mais a reçu des cours à la maison  de son père  Johann Friedrich Krull, un ingénieur accompli et un libre penseur. Ce dernier l’a très certainement influencé , en laissant ses robes au placard et la laissant s’habiller  comme un garçon quand elle était jeune. Cette liberté d’esprit ne peut qu’avoir contribué à forger ses idées sur le rôle des femmes et leurs places au sein de la société ,  et son education la probablement aussi prédisposée à la prise de position politique radicale.

Entre 1915 et 1918, elle a pris des cours à  « Lehr- und Versuchsanstalt für Photographie », une école de photographie de Munich, en Allemagne, periode durant  laquelle  elle suit l’enseignement de Frank Eugene (voir article à son sujet ici) , l’un des maîtres du Pictorialisme .

Elle a ouvert un studio à Munich en 1918.Elle se lie d’amitié avec despersonnalités tels que Rainer Maria Rilke, Friedrich Pollock, et Max Horkheimer. A cette periode ( 1918-1921) Germaine Krull était très active politiquement . En 1919, elle est passée du Parti socialiste indépendant de Bavière au Parti communiste de l’Allemagne, et a été arrêtée et emprisonnée pour aider la tentative de fuite d’un émissaire bolchevik à l’Autriche. Elle fût expulsée de  Bavière en 1920 pour ses activités communistes, et s’ est rendu en Russie avec son amant Samuel Levit. Après que Levit ne l’ait quittée en 1921, Krull a été emprisonné comme un « anti-bolchevique» et expulsé de Russie.

Entre 1922 et 1925, elle vivra à Berlin où elle a reprendra sa carrière de photographe. Elle et Kurt Hübschmann (plus tard connu sous le nom de Kurt Hutton) ont travaillé ensemble dans un studio de Berlin entre 1922 et 1924. Parmi les autres photos de Krull produites à Berlin à cette période, il y a notament la serie de  nus  » les amies de chambre » qui furent comparées à « des satires de la pornographie lesbienne. » VOIR CETTE SERIE LES AMIES ICI

Après avoir rencontré le cinéaste communiste néerlandais Joris Ivens  en 1923, elle s’ installe à Amsterdam en 1925.  Krull revient à Paris en 1926, Ivens et Krull conclu un mariage de convenance entre 1927 et 1943, afin que Krull puisse optenir un passeport néerlandais.

Entre 1922 et 1925, elle vivra à Berlin où elle reprend sa carrière de photographe. Elle et Kurt Hübschmann (plus tard connu sous le nom Kurt Hutton) ont travaillé ensemble dans un studio de Berlin entre 1922 et 1924. Parmi les autres photos Krull produite à Berlin étaient nus qui ont été comparés à ‘des satires de la pornographie lesbienne.’Elle a commencé à photographier des nus, essentiellement féminin,  nombre de ces images illustre des publications scientifiques et naturistes et de nombreux magazines. ( par exemple ici un exemple de couverture pour naturiste)

Krull a vécu à Paris entre 1926 et 1928, où elle a ouvert son atelier en 1926 . Elle se lie d’amitié avec l’élite intellectuelle française (Valéry, Gide, Malraux, Morand, Frank Eugene Cocteau, Colette, etc), ainsi que de nombreux artistes et créateurs (l’acteur Louis Jouvet, le réalisateur Jean Renoir, le photographe Eli Lotar  , qui realisera une superbe photo d’elle nue, vêtue de gants, voir plus bas, les peintres Robert et Sonia Delaunay, etc) mais sera surtout amie avec Sonia et Robert Delaunay, Eli Lotar, André Malraux, Colette, Jean Cocteau, André Gide  Son travail consistait essentiellement à faire de la photographie de mode, et portraits et travailler pour des magazines . Néanmoins, le nu a continuera d’être un thème de prédilection dans la photographie de Krull , ( elle est d’ailleurs publiée à cette époque dans la célèbre « Revue des Monats », par exemple) très fréquemment.

Pendant cette période, elle a publié le portfolio Métal ,1928. ayant épousé le réalisateur Joris Ivens,  elle travaillera avec lui  pour le documentaire ‘El Puente’ (Le pont) en 1928 qui réveillera en elle une fascination pour un sujet inhabituel: le paysage industriel. Krull présente dans ce livre 64 photographies en noir et blanc paysage de Paris, Marseille, et de Hollande . Les sujetsphotographiés sont  des ponts, des  bâtiments (par exemple, la Tour Eiffel), et les navires à roues de bicyclette, il peut être lu comme étant une célébration de la machine ou une critique à leur égard. Beaucoup de photographies ont été prises sous des angles dramatiques, et dans l’ensemble du travail a été comparé à celui de László Moholy-Nagy ( Voir tous les articles qui lui sont consacrés ICI)  et Alexander Rodchenko. ( Voir  tous les articles qui lui sont consacrés ICI). En 1999-2004 le portefeuille a été choisi comme l’un des albums photos les plus importants de l’histoire.

En 1928, Krull a été considéré comme l’une des meilleurs photographes de Paris, avec André Kertész ( Voir les articles qui lui consacrés) et Man Ray( Voir les articles qui lui consacrés) . Entre 1928 et 1933, son travail photographique est composée principalement de photojournalisme, comme ses photographies pour le magazine Vu.  En 1930, elle  édite le portfolio « Étude de nu  » avec 24 photos , préfacé par son ami Jean Cocteau aux Librairie des Arts décoratifs. ces clichés expliquera t- elle auront pour vocation de témoigner de la transformation dans laquelle la nudité, est à la fois reliée à l’esthétique et séparée de l’éthique (ses travaux dans ce domaine sont réputés pour sa série les amies).

Quand la seconde guerre mondiale éclate, krull quittera la France et voyagera dès lors à travers le monde entier (Afrique (1941-1942)  Brésil, où elle a photographié la ville d’Ouro Preto. Entre 1942 et 1944, elle était à Brazzaville en République du Congo, après quoi elle a passé plusieurs mois à Alger ) Après la Seconde Guerre mondiale, elle a voyagé en Asie du Sud-Est en tant que correspondant de guerre, et en 1946 elle  devient un des co-propriétaires de l’Hôtel Oriental à Bangkok, en Thaïlande, un rôle qu’elle a entrepris jusqu’en 1966. Ensuite elle déménagera dans le Nord de l’Inde et convertira à l’école Sakya du bouddhisme tibétain. Son grand projet photographique finale a été la publication d’un livre de 1968 « Tibétains en Inde » qui comprenait un portrait du dalaï-lama. Après un AVC, elle a déménagé dans une maison de soins infirmiers à Wetzlar, en Allemagne, où elle est morte le 31 Juillet, 1985.

Cette femme a eu un esprit libertaire toute sa vie, combattant pour la liberté sociale, la condition de la femme des peuples, sa liberté intellectuelle fait d’elle une artiste majeure du 20 siècle.

bien sûr je ne vous présente qu’une partie de son travail, et comme toujours celui autour du nu, mais cela reste une partie de son immense travail.bJe vous présente les planches du porfolio de 1930 qui sont des héliogravures, ainsi que d’autres nus et ses portraits. Vous pouvez retrouverez la séries Les amies, rencontres de lesbiennes ( postés il y a longtemps ici), et le reste de sont travil sur le net.

« L’objectif est un œil mieux fait que l’œil.  Il mérite de voir le monde mieux fait que le monde, ou autrement fait, ce qui est déjà très bien.  Chaque angle nouveau  multiplie le monde par lui même » G.Krull 1931

 See the others articles about this photographer

****************************************************************************************************************************************

Germaine Krull -Etude de nu, c. 1931 Gravures d’argent,

Germaine Krull -Etude de nu (modèle Berthe Krull), c. 1931 Gravures d’argent,

Germaine Krull -Etude de nu (modèle Berthe Krull), c. 1931 Gravures d’argent,

Germaine Krull -Etude de nu (modèle Berthe Krull), c. 1931 Gravures d’argent,

Germaine Krull, Berthe Krull 1923

Germaine Krull- Nude , vers 1920 ,gelatin silver print

Germaine Krull- Der akt, nd, ca.1930 Vintage silver print

Germaine Krull-Nu, 1930

Gernaine Krull- Untitled, 1930,courtesy of Thomas Walther – MOMA

Germaine Krull- And by Chance, 1930s

 

Germaine Krull -Sans titre (Nu), fin des années 1920 – début des années 1930 argent-print Gélatine

Germaine Krull -Nu, c. 1919 silver print Vintage

Germaine Krull -Nu féminin 1928

Germaine Krull – Liegender Akt, 1920er Jahre, Vintage, Gelatinesilber (Lying Nude, 1920s, Vintage, Gelatin Silver)

Germaine Krull – Etude de Nu, 1927

Germaine Krull- Assia, 1930 © editions Marval

Germaine Krull -Art de l’expression II Photogravure Vers 1920.

Germaine Krull- Freia, 1924_e

Germaine Krull – Etude de Nu féminin, 1928

Germaine Krull – Etude de Nu féminin, 1928 &_e

Germaine Krull , Nu aux gants (model Eli lotar), 1930 Rmn

Germaine Krull- nu à la dentelle et aux gants, 1931

Germaine Krull-Untitled or 1924

 

Germaine Krull -Nu dans le bain1931 argent-print Gélatine

Germaine Krull – Nu, Berlin, 1924 argent-print Gélatine

Germaine Krull Dance Study with Mask, Berlin 1923

Germaine Krull – Nudes, 1924

Germaine Krull – Nudes, 1924

Germaine Krull – Etude de Nu, (Dämmerstunden), 1920

Germaine Krull. Akt,1930

Germaine Krull -Nu,Paris, 1930

Germaine Krull- Freia, 1924

Krull Germaine -Freia ,1924

Germaine Krull -etude de nu, Paris, 1930