Ira Bordo/Octavio Paz

les fleuves de ton corps
pays de battements
entrer en toi
pays d’yeux clos
eau sans pensées
entrer en moi
à l’orée de ton corps
pays de miroirs en éveil
pays d’eau qui veille
dans la nuit endormie
je me regarde en ce que je vois
comme entrer par mes yeux
dans un oeil plus limpide
tout ce que je vois me regarde
deltas des bras du désir
sur une couche de vertiges
la transparence est tout ce qui demeure

Octavio Paz -Blanc

Ira Bordo

Ira Bordo

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s