Kristen Hatgi/Paul Auster

« Nuit.
Et j’ai avancé ma main de mendiant
vers ton ombre, cramponnée
aux murs nets, ocre,
de la faim.
Au-dessus de nous, le ciel a fait
éclater son secret.
Au-dessus de nous, une charrue a fendu la terre
en deux.
J’ai vidé les constellations, puis
t’ai fourrée à nouveau d’éternité.
Nuit.
Et je t’ai verrouillé dans
la question qui s’écoulait de moi avec la rosée.
Et j’ai appris par cœur le silence.
Et j’ai bâti une réponse pour personne.
Et je suis remonté
de ton corps profond, lumineux.
Et me suis perdu moi-même
à jamais. »

Paul Auster, In Veille

Kristen Hatgi

Kristen Hatgi

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s