Bertolt Brecht – Sermons domestiques , In Hauspostille, 1927

« Ne vous laissez pas séduire

Car il n’est pas de retour.

Déjà le jour approche

Le vent de la nuit souffle

Mais le matin ne viendra pas.

Ne vous laissez pas conter

que la vie est peu de choses.

Buvez la vie en grands traits

Il sera toujours trop tôt

Quand vous devrez la quitter.

Ne vous laissez pas rouler

Vous n’avez pas trop de temps.

Laissez pourrir les cadavres

La vie l’emporte toujours

Et l’on ne vit qu’une fois.

Ne vous laissez pas traîner

Aux corvées et aux galères.

De quoi donc auriez-vous peur?

Vous mourrez comme les bêtes

Après la mort le néant. »

Josef Breitenbach Bertolt Brecht, 1930's

Josef Breitenbach – Bertolt Brecht, 1930’s

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s